DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2000

Extraits de la revue
Partage international

December 2000 - N° 148



Questions / Réponses


Q. Maitreya est-il apparu à nouveau devant des groupes ?

R. Le dimanche 29 octobre, Maitreya est apparu à un groupe d'environ 150 chrétiens, à Libreville, au Gabon. Il a parlé pendant 20 minutes. Une source a été magnétisée auparavant dans les environs.
Le dimanche 5 novembre, Maitreya est apparu à un groupe de 250 chrétiens, aux Etats-Unis. Il a parlé durant 18 minutes. Une source a été magnétisée dans les environs auparavant.
La ville où Maitreya est apparu le dimanche 24 septembre, est Laval, au Québec.



Q. Quelle sera pour nous la meilleure attitude à adopter lorsque Maitreya apparaîtra à la télévision ?

R. Manifester votre joie !



Q. Comment se fait-il que c'est toujours Maitreya ou le Maître Jésus qui apparaît aux gens et jamais un autre Maître, ou le prophète Mahomet, par exemple, ou l'un des saints : saint Pierre, saint Paul, saint Georges, etc., et à quel niveau se situent ces saints dans la Hiérarchie ?

R. Ces saints sont maintenant des Maîtres et il est probable qu'ils apparaissent à certaines personnes comme le font Maitreya et le Maître Jésus. Cependant nous ne pouvons publier que les récits qui nous sont adressés, et qui, jusqu'à présent, n'ont concerné principalement que Maitreya et Jésus. Au Japon, le Maître de Tokyo apparaît fréquemment.
Les gens pourront trouver saint Pierre (le Maître Morya), saint Jean (le Maître Koot Hoomi) et saint Paul (le Maître Hilarion) dans le premier groupe des Maîtres qui seront présentés par Maitreya après le jour de la Déclaration.



Q. M. Creme a déclaré que plusieurs Maîtres étaient venus dans le monde en 1975. Cela signifie-t-il qu'ils sont nés cette année-là ?

R. Non. Ils sont sortis de leurs retraites pour émerger dans le monde moderne.



Q. Maitreya a-t-il un nombril ?

R. Non. Il n'est pas né d'une mère. Il a construit lui-même son propre corps.



Q. Le Maître décrit le Christ comme « l'aîné d'une grande famille de frères » (Partage international, octobre 1997). Dans quel sens le mot « aîné » est-il utilisé ? Il y a des Maîtres dans la Hiérarchie qui sont plus âgés ? Maitreya fut, me semble-t-il, l'un des premiers de l'humanité terrestre à passer les initiations. Est-ce en ce sens qu'il est considéré comme l'aîné d'une grande famille de frères incluant tous les autres Maîtres ?

R. Il est l'aîné car il est le plus évolué (depuis que le Bouddha se trouve à Shamballa).



Q. Je ne crains pas la mort, mais il semble que la peur de la mort soit programmée dans mon corps en temps que mécanisme de survie, et qu'elle se manifeste dans des circonstances extrêmes. Existe-t-il un moyen d'empêcher la peur physique d'envahir le mental ? Est-ce d'ailleurs souhaitable ?

R. Le mécanisme de survie du corps n'est pas réellement de la peur, mais un instinct d'auto-préservation. C'est notre conditionnement qui crée la peur de la mort, de la maladie et de la vieillesse. On peut s'en débarrasser. Essayez de penser comme Krishnamurti.



Q. Quelle est la différence entre la lumière dorée et la pure lumière blanche dont on peut parfois faire l'expérience pendant la méditation ou dans un état de « sommeil conscient » ? De quels plans émanent-elles respectivement ?

R. Elles émanent toutes deux de l'âme : la lumière dorée du niveau bouddhique et la lumière blanche du niveau atmique.



Q. Pourquoi arrive-t-il parfois que l'on ait mal à la tête ou que l'on soit légèrement ébloui pendant ou aussitôt après la méditation ? Est-ce dû à la fatigue du cerveau, et dans ce cas ne serait-il pas préférable d'arrêter la méditation pendant un instant ?

R. Ces symptômes physiques (qui disparaissent en général rapidement) sont le résultat de la pression des énergies qui traversent les chakras (ou centres). Selon le type de méditation, ces énergies viennent de l'âme ou, en ce qui concerne la méditation de transmission, de la Hiérarchie.



Q. Dans les dernières années du XXe siècle, une femme peu ordinaire, connue sous le nom d'Elenia, est apparue à Santa Monta (la Montagne sainte), près de San Lorenzo, une petite ville au sud-est de Caguas (Porto Rico). Elle accomplit de nombreux miracles et fit un certain nombre de prédictions qui se sont avérées exactes. Elle était considérée comme une incarnation de la Vierge Marie. Il y avait alors, et il y a toujours, de nombreuses apparitons d'ovnis dans la région. [1] Qui était cette femme, et quels étaient son origine et son but ? [2] Pourquoi ces apparitions d'ovnis ?

R. [1] C'était une disciple de l'un des Maîtres et une initiée du troisième degré. [2] Caguas est situé près d'un terrain d'atterrissage d'ovnis.



Q. Pourriez-vous donner votre avis sur le fait d'aider les autres sous forme d'argent ou d'aide matérielle. D'un côté, on souhaite aider les plus défavorisés, mais, d'un autre côté, il a été démontré que « l'aide alimentaire », par exemple, peut diminuer la capacité des gens de se nourrir eux-mêmes. De plus, il semblerait que les différentes formes d'aide peuvent annuler les leçons qu'une âme a décidé d'apprendre, ou les défis qu'elle a décidé de relever. Un autre exemple d'aide mal orientée serait de donner de l'argent ou de la boisson alcoolisée à un alcoolique. Certaines formes d'aide peuvent tout simplement entraver les efforts personnels de l'individu. Il est clair qu'il faut faire preuve d'une sagesse considérable si l'on veut porter assistance aux autres. Dans la mesure où cette sagesse nous fait défaut, et étant donné qu'il existe des situations où donner, dans un but de partage, peut avoir finalement des conséquences néfastes, pourriez-vous nous dire comment faire pour que notre aide soit réellement utile.

R. Sans vouloir vous critiquer, à mon avis, les réserves ci-dessus ne sont qu'une façon de justifier un refus de donner. Comme le dit Maitreya : « Le partage est divin. Lorsque vous partagez, vous reconnaissez Dieu en votre frère. » Il appartient à ce « frère » d'utiliser au mieux ce qui a été partagé avec lui.



Q. Vous avez affirmé que la faim et la pauvreté seraient éliminées « à jamais » sur cette planète. Alléluia ! Mais qu'a voulu dire Jésus lorsqu'il a déclaré, comme il est écrit dans la Bible : « Vous avez toujours les pauvres avec vous ; mais moi, vous ne m'avez pas toujours. » [Mat 26 : 11]. Ou bien cette affirmation est-elle apocryphe ?

R. Il n'a pas voulu dire que cette situation durerait indéfiniment. Il a voulu dire que lui, Jésus, était parmi eux seulement pour une courte période, alors qu'il y avait toujours des pauvres autour d'eux.



Q. Je crois comprendre que chacun vient au monde pour régler son karma. Il est donc inévitable qu'il existe une certaine inégalité. Partager et donner à chacun des conditions de vie identiques me semble contraire à la loi du karma. Qu'en pensez-vous ?

R. Il existe de nombreuses façons de « régler » son karma. Mourir de faim n'en fait pas partie.



Q. Qui décide des différences existant entre ceux qui naissent dans les pays riches et ceux qui naissent dans les pays pauvres ?

R. Nous-mêmes qui vivons dans les pays riches, par notre autosatisfaction.



Q. Saï Baba enseigne ouvertement dans le monde. Pourquoi Maitreya ne peut-il faire de même sans y être invité par l'humanité ?

R. C'est la loi. Ils ont tous deux des fonctions différentes.



Q. L'ère du Verseau est supposée être l'ère de la synthèse. Saï Baba affirme que l'unité est divine. Nous sera-t-il plus facile de nous unir avec le divin au cours de cette ère ?

R. Oui, mais la divinité réside en nous-mêmes. Il s'agit de reconnaître cette divinité en chaque être.



Q. Si un enregistrement est fait, avec une caméra vidéo ou un magnétophone, au moment de votre adombrement par Maitreya ou Saï Baba lors de vos conférences ou pendant les méditations de transmission, [1] les bandes vidéo et les cassettes audio sont-elles énergétisées ? [2] Si oui, par quel type d'énergie et dans quelles circonstances sera-t-il bénéfique de passer ces bandes afin de libérer les énergies, en admettant que ce soit possible ? [3] Ces énergies peuvent-elles être transmises à de nouvelles cassettes vidéo et audio lorsque l'on fait des copies ?

R. [1] Oui. [2] L'énergie d'amour. [3] Oui.



Q. Est-il exact [1] que le prince Gautama se trouve maintenant sur Sirius, et [2] que le Bouddha se trouve à Shamballa, ayant fait la promesse de rester avec l'humanité jusqu'à ce que chaque être humain devienne un Maître et ait par conséquent passé la cinquième initiation ? [3] De plus, si le mot Bouddha désigne une fonction dans le règne des âmes, de même que le mot Christ, et si pendant cette ère Maitreya détient la fonction de Christ, qui détient celle de Bouddha ? Pourriez-vous apporter quelques précisions ?

R. [1] Oui. [2] Oui. [3] Le Bouddha et le Christ ne sont pas des « fonctions » dans la Hiérarchie. Ce sont des individus qui incarnent des énergies divines liées à leur état de conscience : le Bouddha l'aspect sagesse, et le Christ l'aspect amour.



Q. La création d'une seule monnaie européenne est-elle un petit pas en avant permettant de « sceller la porte de la demeure du mal », étant donné qu'avec un seul marché financier en Europe au lieu de neuf, les spéculateurs ont un champ de manœuvre plus réduit, ou, au contraire, cette monnaie européenne cause-t-elle encore davantage de divisions entre les pays du G8 et ceux du tiers monde ?

R. Elle cause davantage de divisions.



Q. Récemment, Partage international a publié une question sur les immigrés et les demandeurs d'asile ; le conseil de la Hiérarchie était d'ouvrir les portes. Récemment 58 immigrés clandestins chinois ont été trouvés morts dans le container d'un camion entrant en Grande-Bretagne. Les gouvernements et les peuples des différents pays européens ont vraiment peur d'ouvrir les portes et d'autoriser un afflux d'étrangers qui pourraient menacer le niveau de vie de leurs ressortissants. Les facteurs qui font que des gens sont si désespérés qu'ils risquent une mort aussi terrible demeurent. Ouvrir les portes n'est certainement pas la seule solution.

R. Bien sûr, « ouvrir les portes » n'est pas la seule solution. On m'a demandé le point de vue de la Hiérarchie sur un problème difficile. La réponse se trouve dans le principe du partage. Si les ressources mondiales étaient distribuées de manière plus équitable, personne ne serait incité à risquer sa vie comme c'est le cas aujourd'hui. « Ouvrir les portes » signifie en fait « partager les ressources ».



Q. Si l'on en juge d'après les photographies publiées dans Share international et d'après l'expérience des photographes eux-mêmes, il semblerait que le phénomène de « bénédiction de lumière » non seulement ne cesse de croître dans le monde entier, mais évolue vers des motifs de plus en plus précis et des images de plus en plus claires. (J'ai parlé récemment à un certain nombre de photographes qui m'ont déclaré jeter presque chaque jour des dizaines de photos présentant des raies de lumières identiques, me semble-t-il, aux « bénédictions de lumière » montrées dans votre revue.) Est-ce effectivement le cas ? Est-ce parce que les appareils photos deviennent meilleurs ou parce que les Maîtres chargés de manifester ces phénomènes y excellent de plus en plus ?

R. Ni l'un ni l'autre. C'est simplement parce qu'il y a davantage de bénédictions que l'on croit. Progressivement les gens finiront par comprendre ce qu'elles sont et cesseront de jeter les photographies où elles apparaissent.



Q. L'Organisation mondiale de la santé et d'autres institutions médicales avertissent que les « super-virus » résistant aux antibiotiques rendent certains traitements médicaux quasiment impossibles et présentent un énorme risque pour la santé. Votre Maître a-t-il quelque conseil d'ordre général à donner qui permettrait d'aider la profession médicale à faire face à ce danger croissant ?

R. Il n'appartient pas à mon Maître (ni à aucun Maître) d'aider l'humanité en ce qui concerne les formes résistantes de « super-virus ». C'est à nous de trouver le moyen de résoudre un problème que nous avons nous-mêmes créé. Il y a eu un usage tout à fait abusif des antibiotiques qui, inévitablement, a conduit à la situation actuelle.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR

 | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.