DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 2005

Extraits de la revue
Partage international

May 2005 - N° 201



Questions / Réponses


Q. Le pouvoir du peuple se fait sentir de plus en plus et commence à attirer l'attention des médias. Le Kirghizistan est le dernier exemple en date. [1] A t-il été « aidé » par des agents provocateurs ? [2] La révolution « orange » d'Ukraine fut-elle alimentée par des agents provocateurs ? [3] L'exemple du Kirghizistan provoquera-t-il un effet domino dans la région, tout comme chaque exemple précédent de peuple affirmant son pouvoir semble avoir inspiré le soulèvement suivant ?

R. [1] Non. [2] Oui, des deux côtés. [3] Oui, très probablement.



Q. John Bolton est l'ambassadeur choisi par George Bush pour représenter les Etats-Unis à l'Onu. J. Bolton a toujours été férocement (pour ne pas dire fanatiquement) opposé aux Nations unies et pourrait réaliser les craintes de nombreuses personnes en minant les Nations unies de l'intérieur. [1] Est-ce l'intention des Etats-Unis ? [2] Si c'est exact, quelles seraient les conséquences pour les Nations unies ?

R. [1] J'en ai bien peur. Mais les Etats-Unis ont toujours considéré les Nations unies comme un organisme uniquement destiné à implanter les intérêts américains. [2] Pendant un certain temps les Etats-Unis vont continuer à dominer l'Onu ou à agir de manière unilatérale - mais cette époque va se terminer.



Q. Est-il exact que des soldats américains - notamment ceux qui sont sérieusement blessés, handicapés à vie et/ou traumatisés - sont rapatriés aux Etats-Unis aussi secrètement, aussi discrètement que possible ?

R. Oui.



Q. Pensez-vous qu'une interview opportune « pas nécessairement majeure » de Maitreya se produira en Grande-Bretagne ? L'interview a-t-elle déjà eu lieu ?

R. [1] Non. [2] Non.



Q. Le sentiment de culpabilité est, comme nous le savons tous, un fardeau lourd à porter, si rien ne peut être fait pour redresser le tort causé. Ce mécanisme doit sûrement jouer un rôle énorme (même s'il n'est pas reconnu) dans la vie de toutes les nations qui doivent savoir dans une certaine mesure, consciemment ou inconsciemment, qu'elles agissent mal et causent beaucoup de tort, de misère et de destruction. Comment ce mécanisme de conscience agit-il [1] aux Etats-Unis ? [2] en Israël ?

R. [1] Les Etats-Unis sont totalement polarisés. Par conséquent, seule la moitié de la population sent que leur pays fait du mal. L'autre moitié ressent la condamnation du reste du monde. [2] La majorité des Israéliens soutient le gouvernement actuel et considère maintenant l'oppression des Palestiniens comme méritée (en raison des actes terroristes perpétrés à l'encontre d'Israël).



Q. Le message de Maitreya parvient-il à l'Afrique ?

R. Maitreya vit à Londres dans différents temples hindous. Il se rend à la mosquée et dans des églises, mais il vit dans des temples. Il vit quelques années dans un temple, puis quelques années dans un autre. Lorsqu'il se trouve dans ces temples, il enseigne aux swamis ses idées concernant la transformation du monde, puis il les envoie de par le monde faire partager leur expérience et ses enseignements. Les enseignements de Maitreya sont transmis à travers de nombreux swamis, des hommes instruits et intelligents, éduqués dans la tradition hindoue. Swami Nirliptananda a écrit un certain nombre d'articles pour Partage international. C'est le principal swami d'un temple où Maitreya a vécu pendant des années. Bon nombre de swamis se rendent en Asie et dans certaines parties d'Afrique où existent des communautés hindoues qui ont besoin de swamis dans leurs temples.



Q. Il existe un groupe de pays - l'Inde, le Japon, le Brésil et l'Allemagne - qui voudraient devenir membres du Conseil de sécurité. Est-ce le signe que le Conseil de sécurité de l'Onu va changer, ou s'agit-il simplement d'une forme de nationalisme de la part de ces pays ?

R. Il s'agit des deux. C'est une forme de nationalisme, bien sûr, ces pays voulant avoir davantage leur mot à dire, mais c'est également la constatation que le veto détenu par un petit nombre de pays - les cinq membres originaux du Conseil de sécurité - dénature l'action des Nations unies. Par exemple, l'Irak n'avait pas respecté dix-neuf résolutions des Nations unies prises à son encontre et ce fut une des raisons invoquées pour l'attaquer. S'il n'avait pas existé de résolutions non satisfaites, l'Irak aurait quand même été attaqué. Ce fut un simple prétexte. Israël n'a toujours pas respecté soixante-trois résolutions des Nations unies car le veto américain empêche toute action à son encontre. Certains pays s'impatientent enfin de plus en plus de la domination toute puissante du Conseil de sécurité, et celui-ci a maintenant vingt-cinq membres au lieu de quinze. Il a été élargi et chaque membre possède une voix, mais seuls les cinq membres originaux possèdent le droit de veto.

A mon avis, la véritable valeur de l'Onu est mal comprise ; elle n'a pas encore été saisie par certains pays et par l'humanité en général. Les Maîtres l'appellent « l'espoir du monde ». L'Onu est réellement l'espoir futur de l'humanité, et si nous ne sommes pas capables de la préserver et de la débarrasser de tout ce qui réfrène son action, les choses empireront pour l'humanité. Ce qui devrait disparaître en premier, à mon avis, c'est le Conseil de sécurité. Il a accompli sa tâche ; il est dépassé et ne fonctionne plus de manière véritablement utile ni démocratique lorsqu'il s'agit de résoudre les graves problèmes d'aujourd'hui.

L'un de ces problèmes est la situation israélo-palestinienne, et on ne peut rien y changer en raison du droit de veto des Etats-Unis. Les Etats-Unis ne s'intéressent à l'Onu que dans la mesure où ils peuvent exercer un contrôle sur elle. Aux Etats-Unis, vous seriez surpris, l'Onu est presque un mot tabou pour certaines personnes.

De nombreux Américains, les électeurs inconditionnels de Bush, par exemple, haïssent l'idée même des Nations unies. Ceux qui votent pour des gens comme Kerry, ou Clinton, ou n'importe quel démocrate, auront un point de vue différent, mais même eux ne comprennent pas totalement l'importance des Nations unies.

Dans une large mesure, la vision que les Américains se font de l'Onu est celle d'un endroit où ils peuvent faire valoir leur point de vue et leurs intérêts. Ce sont eux qui insistèrent pour que Boutros Boutros-Ghali s'en aille et soit remplacé par l'actuel secrétaire général, Kofi Annan. Kofi Annan a été choisi par les Américains et ce choix a été accepté par les autres nations afin de parvenir à un compromis. Les Américains pensaient que Kofi Annan se montrerait faible, mais étant donné qu'il manifeste son indépendance, ils voudraient maintenant qu'il s'en aille. C'est un homme avisé et juste. Il ne veut pas offenser les Américains. Il sait que lorsque les Etats-Unis ne peuvent agir à leur guise, ils ne paient pas leur dû. Chaque pays paie une somme correspondant à son produit national brut. Etant donné la taille des Etats-Unis et le montant énorme de leur produit national brut, ils paient plus que n'importe quel autre pays. Par conséquent lorsqu'ils n'acquittent pas leur dû, cela limite énormément l'activité de l'Onu. Kofi Annan a naturellement, en tant que secrétaire général, la responsabilité de s'assurer que les différents pays paient ce qu'ils doivent, il est donc " victime d'un chantage " de la part des Etats-Unis et de certains autres pays. Il y a seulement trois pays qui paient leur contribution en temps voulu, sans qu'on le leur demande : ce sont les Pays-Bas, la Norvège et le Canada. Les autres jouent de leur pouvoir politique : « Nous paierons lorsque vous ferez ce que nous vous demandons ».  Et ainsi Kofi Annan doit sans cesse manœuvrer pour ne pas renverser l'équilibre du pouvoir.

La première chose à supprimer, à mon avis, est le Conseil de sécurité et le droit de veto qui va avec. Nous aurons alors toutes les nations, la société des nations, le lieu de dialogue des nations, l'Assemblée des Nations unies. Le Conseil de sécurité avait été mis en place pour contrôler quelque peu des pays comme la Russie - la Chine peut-être, mais certainement la Russie - pendant la Guerre froide.

Les Etats-Unis étant extrêmement dominateurs et combatifs, ils sont parvenus à leurs fins et contrôlent dans une certaine mesure ce que fait Israël, même si Israël est largement incontrôlable. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les Etats-Unis renforcent la position d'Israël. Ils contrôlent ce que fait Israël au sens où ils utilisent toujours leur droit de veto, si bien qu'Israël n'est pas contraint de respecter les résolutions de l'Onu. Sans le veto des Etats-Unis, il pourrait y avoir une menace, par exemple un embargo économique, mais les Etats-Unis font le nécessaire pour que cela n'arrive pas car ils travaillent avec Israël. Les Etats-Unis (c'est-à-dire le Pentagone), Israël et certains Etats de l'Europe de l'Est sont les nouvelles puissances de l'Axe dans le monde.



Q. Dans des cas individuels et quelquefois communautaires, la confession, la pénitence, la vérité et la réconciliation sont des méthodes de compensation et le premier pas vers un processus de guérison. Quel est, à votre avis, la meilleure méthode ?

R. La vérité et la réconciliation.



Q. [1] Si certaines personnes s'assoient sur la carte de la « main » de Maitreya pendant la méditation de transmission transmettront-elles mieux ? [2] Quel autre effet cela aura-t-il ? [3] Si quelqu'un découpe la photographie de la « main » de Maitreya de manière à la porter à l'intérieur d'une de ses chaussures, cela peut-il lui apporter la guérison et le maintenir en bonne santé ? [4] On a dit que cela n'était pas une manière correcte d'utiliser la « main » de Maitreya ; quel est votre avis ?

R. [1] Non. [2] Aucun. [3] Non. [4] La main n'est pas destinée à être « portée » sur soi. Il s'agit d'un moyen d'attirer l'aide de Maitreya en regardant la main et en demandant de l'aide.



Q. Placer la « main » de Maitreya devant des ordinateurs réduit-il la quantité d'ions positifs émanant de ceux-ci ?

R. Non.



Q. Est-ce que l'on peut recevoir des messages de Maitreya à travers la photographie de sa « main » ?

R. Non. Non. Non !



Q. Quelqu'un m'a demandé de reproduire pour lui une « empreinte de la main » de Maitreya sous forme de photo de bonne qualité et d'en faire une copie dans l'autre sens, comme une image dans un miroir. Cela fait-il une différence si « l'empreinte de la main » est une image inversée ?

R. Oui. On ne devrait pas en faire une image inversée. Les gens croient qu'ils peuvent prendre ce qui est réellement un don divin et en faire ce qu'ils veulent, en donner une image inversée. C'est tout simplement manquer de respect à l'égard du don divin qu'est « empreinte de la main ». La réponse en tout cas est que cela ne devrait pas être fait. Cela dénature « empreinte de la main ». Cette main agit comme une ouverture vers Maitreya. Elle vous permet, lorsque vous la regardez, d'invoquer son aide. Lorsque vous regardez l'empreinte de la main sérieusement, vous invoquez l'attention de Maitreya et demandez son aide. Il a déclaré « Mon aide est à votre disposition. Il vous suffit de la demander ». La main vous permet de demander l'aide de Maitreya, dans les limites karmiques. Maitreya doit travailler dans les limites de la loi karmique, comme tous les Maîtres ; c'est la seule chose qui les limite - pas leur propre karma, car ils ne produisent pas de karma, mais la loi karmique gouvernant notre libre arbitre. La main est offerte pour donner aux gens la possibilité de faire usage de ce don d'accès à Maitreya, afin de demander son aide.



Q. Pourriez-vous indiquer sur quel niveau de conscience continueront à fonctionner après la mort ceux qui font partie des groupes travaillant pour l'Emergence et dont le niveau d'évolution se situe entre 1,5 et 1,9 ? Sera-ce selon la teneur habituelle de leur " niveau de conscience quotidien " ?

R. Au niveau où ils se trouveront au moment de leur mort.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYA

BENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.