DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
 Abonnement
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
 Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > année 1991

Extraits de la revue
Partage international

March 1991 - N 31 Vol. 4, n 2



Questions / Réponses


Q. Comment se fait-il que Maitreya (ou son collaborateur) se soit fourvoyé au point de prédire qu'il n'y aurait pas la guerre au Moyen-Orient ? S'il est le Christ, il sait certainement ce qui va se produire, comme la plupart des autres prédictions semblent le confirmer...

R. Cette question m'a été posée, sous différentes formes, dans de nombreux courriers et appels téléphoniques. Une clarification semble donc nécessaire.

La prédiction que la crise serait « désamorcée » date du 2 janvier, et le bombardement de l'Irak a commencé le 16. Entre-temps, la situation a changé presque de jour en jour. Selon mon Maître, la Hiérarchie a cru jusqu'au dernier instant que la sagesse l'emporterait et qu'on allait trouver une solution pacifique.

Sous l'inspiration de Maitreya, de nombreux « sages », hommes d'Etat ou scientifiques, travaillaient fiévreusement pour éviter une catastrophe. Leur insuccès est dû à un durcissement de l'attitude de Saddam Hussein comme de Georges Bush (et/ou de ses conseillers), qui l'un et l'autre s'étaient rendus prisonniers d'une position qu'ils ne pouvaient abandonner sans perdre la face. Il aurait fallu mettre au point une solution négociée qui permette à Saddam Hussein de quitter le Koweït sans que sa dignité ait trop à en souffrir, ce qui aurait permis d'éviter la guerre.

Un grand nombre de gens tiennent pour parole d'évangile les prévisions contenues dans les articles rédigés à partir d'interviews du collaborateur de Maitreya, en dépit de tout ce que j'ai dit et écrit à ce sujet. Ils semblent penser que les prédictions de Maitreya sont autant d'énoncés prophétiques touchant à des événements appelés à se dérouler selon un ordre préétabli, fixé depuis le commencement des temps — comme s'il s'agissait de prophéties bibliques de l'ère moderne, dont le libre arbitre humain ne peut altérer la réalisation. Il en va tout différemment : les événements prédits ne constituent que le prolongement de tendances créées par l'humanité elle-même, dans le cadre de la loi de causalité (la loi de cause et d'effet). Le propos de Maitreya est de mettre en lumière, à notre intention, le fonctionnement de cette loi grâce à sa compréhension approfondie, scientifique de la manière dont elle opère. Il n'est pas d'énoncer des arrêtés divins, ni de prédire un avenir qu'il connaîtrait par quelque forme de clairvoyance. Il met en évidence les événements qui résulteront de nos actions à travers la loi de causalité, pour autant que nous persistions dans une direction donnée. Cependant, l'humanité est dotée de libre arbitre, ce qui lui permet de changer à tout moment le cours des événements, pour le meilleur ou pour le pire. En raison de la loi du libre arbitre humain, Maitreya ne peut intervenir pour nous imposer des solutions que nous pourrions préférer aux conséquences de nos propres actions.

De toute façon, il n'avait pas écarté l'éventualité d'un affrontement mais seulement celle d'une guerre d'importance majeure. Il a prédit que si des combats devaient avoir lieu, ils seraient de courte durée et qu'un cessez-le-feu interviendrait sous la pression de l'opinion publique, quand les Américains et les Britanniques prendraient conscience des morts et des blessés occasionnés par la guerre. Au moment où je rédige cette réponse, sous l'inspiration de Maitreya plusieurs gouvernements, dont celui de l'Iran, s'efforcent déjà d'obtenir un cessez-le-feu. Les intégristes chrétiens et juifs, ainsi que les médias, se référant à l'Ecriture sainte, ont attisé les émotions du public avec un scénario d'apocalypse. Mais si terrible, si destructeur que soit ce conflit (surtout pour la population civile de l'Irak et du Koweït), il ne s'agit ni de l'apocalypse, ni du commencement d'une troisième guerre mondiale. Il débouchera sur une reconstruction complète du Moyen-Orient, marquée en particulier par la création d'une patrie pour les Palestiniens. Peut-être même assisterons-nous à l'émergence d'un nouveau réalisme de la part des Américains, lorsqu'ils mesureront le coût en vies humaines de leur insistance à acheter de droit « divin » leur essence à moindre prix.



Q. Peut-être les prédictions ne devraient-elles pas être formulées de manière si dogmatique — c'est le moins qu'on puisse dire — afin d'éviter des déceptions à certains ?

R. D'accord sur le problème que vous soulevez. C'est nous qui décidons des titres, et leur donnons une tournure propre à capter instantanément l'attention des médias auxquels ils sont envoyés. Dans cette optique, il est parfois difficile de faire preuve de prudence verbale, car les médias ne portent bien sûr aucun intérêt aux formulations accompagnées de « peut-être », « il se pourrait que »,, etc. Par ailleurs, les lecteurs auraient de quoi s'étonner s'ils savaient à quel point j'interviens rédactionnellement pour donner un ton « modéré », à certaines déclarations du collaborateur de Maitreya, surtout lorsque ses prédictions se situent dans un cadre temporel.



Q. Avons-nous besoin d'une protection particulière pendant la méditation de transmission, ou bien les Maîtres nous protègent-ils de toute influence extérieure négative ?

R. Pendant la méditation de transmission, les Maîtres contrôlent totalement les processus énergétiques et tous ceux qui y participent sont entièrement protégés des influences de toute autre origine. Les Maîtres ne nous protègent pourtant pas des effets de notre propre imagination astrale.



Q. Est-il possible, durant la méditation de transmission, de faire appel à des visualisations ou à l'imagination créatrice pour garder l'attention sur le centre Ajna, en imaginant de la lumière dans ce chakra, par exemple, ou autre chose du même genre ?

R. C'est possible, mais ce n'est pas nécessaire. En déployant trop d'efforts en ce sens, on risque de perturber l'alignement entre le cerveau et l'âme, qu'il est important de maintenir.



Q. L'acquisition du contrôle des émotions a-t-elle pour conséquence qu'on ne pleure plus ?

R. Non. Il faut distinguer entre les pleurs causés par une réaction émotionnelle et ceux qui ont pour origine une réponse du cœur. Les larmes de béatitude des saints et des yogis sont bien connues.



Q. La pilule contraceptive a-t-elle des effets nocifs pour les disciples ?

R. Pas seulement pour les disciples !



Q. La technologie de la Lumière servira-t-elle à neutraliser les déchets toxiques ?

R. Oui.



Q. Il est écrit dans les livres d'Alice Bailey que tous les membres de l'évolution des anges, ou des dévas, passent à un certain moment par l'étape humaine. Cela signifie-t-il qu'à un moment donné, certaines personnes sont sur la ligne d'évolution humaine et d'autres sur la ligne d'évolution angélique ?

R. Non, tous les individus se trouvent sur la ligne d'évolution humaine. Ce qui est écrit dans les livres d'Alice Bailey signifie que la vie, sous toutes ses formes, est soit sur le point de devenir humaine, est humaine ou se trouve au-delà du stade humain. Dans les évolutions angéliques, ou déviques, il y a donc ceux (des myriades) qui sont sub-humains (les élémentaux de la nature, etc) et ceux qui sont surhumains (les Archanges, par exemple). Tous nos corps, physique, astral, mental, sont constitués de substance dévique. Les élémentaux acquièrent ainsi l'expérience conduisant à l'étape humaine.



Q. Où se trouvait physiquement Jésus et qu'a-t-il fait durant les années dites « perdues » (lorsqu'il avait entre 12 et 30 ans) ?

R. Selon les informations dont je dispose (je n'ignore pas qu'il existe un grand nombre d'idées différentes à ce sujet), Jésus passa physiquement toutes ces années en Palestine. Il fut un membre actif des Esséniens, comme le fut aussi Jean-Baptiste. Il reçut d'eux certains entraînements en vue de sa mission future.

Dès l'age de 12 ans, Il commença à être adombré par Maitreya, processus qui fut plus ou moins achevé lorsqu'il eut 24 ans.

A sa naissance, Jésus était un initié du troisième degré, et sa vie consista donc à pouvoir passer la quatrième initiation (la Crucifixion, ou Grande Renonciation), symbolisée par la crucifixion sur le plan physique.

Pendant ces années « perdues », il voyagea en effet dans un grand nombre d'écoles et de centres spirituels, en Egypte, en Inde et en Extrême-Orient, comme différents groupes le croient et le relatent. Mais aucun de ces déplacements ne se fit dans son corps physique. Il était un initié suffisamment avancé pour pouvoir fonctionner totalement consciemment hors de son corps.



Q. Il y a quelques mois, un pilote survolant les montagnes dans l'Idaho a repéré un « yantra », ou graphique bouddhiste, géant, parfaitement délimité et dessiné dans la terre. Les recherches dans cette zone reculée ne permirent de découvrir ni empreintes de pas, ni signes de vie humaine, nulle part. Qui a donc pu réaliser cette empreinte ? Est-elle à mettre en relation avec les cercles dans les champs de céréales en Angleterre ?

R. L'information dont je dispose est que ce graphique a été entièrement réalisé de main d'homme, et n'a aucune relation avec le phénomène des cercles. C'est, littéralement, un canular géant.



Q. Pourriez-vous donner votre commentaire concernant les icônes qui pleurent ou saignent ?

R. Ces phénomènes, qui sont aujourd'hui si nombreux, sont créés par le Maître qui fut Marie, la mère de Jésus, en Palestine. Ce Maître, qui n'est pas actuellement en incarnation, est également responsable des nombreuses apparitions de la Madone a travers le monde. Il s'agit là de « signes » qui, parmi d'autres, indiquent la présence du Christ dans le monde.



Q. Que voulez-vous dire exactement lorsque vous affirmez que l'énergie du Christ est en relation avec le « Cœur du Soleil » ?

R. Notre Soleil a une nature triple. Il rayonne trois qualités différentes de l'énergie ardente. Le corps physique de Soleil rayonne le Feu par Friction. Le « Cœur du Soleil », intérieur, rayonne le Feu Solaire, l'énergie que nous appelons l'amour. Cette énergie est incarnée au niveau planétaire par le Christ. Il est le Seigneur de l'Amour. Du Soleil Spirituel Central émane le Feu Electrique, incarnant la Volonté et le Dessein de notre Logos Solaire.



Q. Vous qui croyez à la réincarnation, pensez-vous que de notre propre libre arbitre, nous choisissions notre prochaine incarnation, ou bien une puissance suprême est-elle responsable du choix de l'incarnation qu'elle considère la plus appropriée à notre développement spirituel ? Si c'est nous qui en décidons, pourquoi Hitler ou Jack l'éventreur auraient-ils choisi une pareille vie ? Il paraît évident qu'on ne choisirait pas une vie consacrée à faire le mal...

R. Le choix d'une incarnation est déterminé par notre propre âme. C'est l'âme qui s'incarne, dans toutes les formes. Cependant, l'âme ne choisit pas délibérément de s'incarner dans un véhicule appelé à présenter telles ou telles caractéristiques — celles d'un homme ou d'une femme malveillants, par exemple. L'âme est divine et parfaite. Son but est de créer, avec le temps, un véhicule à travers lequel cette perfection puisse trouver sa pleine expression. Du fait de la loi du libre arbitre, l'homme ou la femme en incarnation est amené à faire des choix, égoïstes ou altruistes, qui vont à l'encontre du dessein de l'âme, ou au contraire contribuent à sa réalisation. Une personnalité profondément malveillante, au lieu d'accomplir les objectifs de l'âme, donne libre cours à ses propres instincts séparatistes. C'est le cas d'un Hitler ou d'autres criminels qui pratiquent l'assassinat à grande échelle. La plupart de ces gens sont déséquilibrés émotionnellement et mentalement, et tendent à répondre aux formes-pensées de destruction présentes dans le « mental collectif ». Hitler était un cas à part : il s'agissait d'un médium soumis à l'obsession de certains membres de la Loge Noire (les forces du mal).



Q. Maitreya, dans son message n° 11, a affirmé par votre entremise : « Je ne puis plus longtemps rester à l'écart et regarder mes chers petits mourir ». Les « petits » meurent depuis le commencement des temps, et leur mort est provoquée par l'inhumanité de l'homme envers ses semblables. Pourquoi a-t-il attendu jusqu'à maintenant pour s'attaquer à ce problème ?

R. Maitreya ne vient pas pour s'attaquer au problème de la famine dans un monde regorgeant de ressources. Il vient pour nous inciter à nous y attaquer et à le résoudre en partageant les ressources du monde. Il vient maintenant dans le cadre d'une loi cyclique, et le moment de son avènement est conditionné par des facteurs d'ordre cosmique.



Q. Nous éprouvons de l'amour pour notre famille. Du point de vue du Soi, s'agit-il d'une illusion ?

R. Non. L'amour est la nature du Soi.



Q. D'autres planètes sont-elles affectées par le changement d'ère, des Poissons au Verseau ?

R. Oui. Toutes.



Q. Maitreya me répondra-t-il si je lui écris personnellement pour lui poser des questions ? Si oui, où puis-je lui adresser un courrier ?

R. Certaines personnes m'adressent des courriers à l'attention de Maitreya en me demandant de les faire suivre, mais je ne peux le faire. Il ne reçoit pas de lettres personnelles.



Q. En tant qu'âmes, nous nous manifestons en ces mondes inférieurs et négatifs pour apprendre des leçons, pour progresser et nous développer, et pour équilibrer le karma que nous avons créé. Peut-être ne devrions-nous donc pas chercher à lutter contre la guerre ou les calamités de toutes sortes, car elles offrent à notre âme les expériences nécessaires à son apprentissage...

R. Cette approche me semble révéler une réelle mécompréhension de la loi du karma (ou loi de causalité). C'est ce genre d'attitude qui a contribué à maintenir de nombreuses sociétés, comme celle de l'Inde par exemple, dans un état arriéré, à la merci des lois de caste et de nombreuses superstitions. La loi du karma est de nature dynamique et non statique. Les guerres et autres fléaux ne nous sont pas « envoyés » pour nous apprendre des leçons, mais constituent le résultat, les effets, des actes de l'humanité. Les leçons à en tirer consistent, en premier lieu, à ne pas engendrer la guerre, et à éviter de créer, par des pensées et des actions erronées, les circonstances qui rendent inévitables certaines calamités.



Q. Par quel moyen peut-on parvenir à un état de conscience supérieur et devenir ainsi une personne pleinement réalisée ?

R. Maitreya a déclaré que la pratique de l'honnêteté mentale, de la sincérité spirituelle et du détachement renforce la conscience du Soi et conduit à la réalisation du Soi.

L'utilisation de la prière du nouvel âge (Partage international, vol. 1, sept. 1988) permet de développer l'identification appropriée avec le Soi, nécessaire pour y parvenir.



Q. Personne ne souhaite que des millions de personnes vivent dans la misère et meurent de faim, mais avons-nous les moyens de subvenir à leur besoins ?

R. Oui, cela ne fait aucun doute. Il existe dans le monde un surplus de nourriture de 10 pour cent par habitant. Ce n'est qu'un problème de répartition et de redistribution, ce qui est, bien évidemment, une question de volonté politique. A l'heure où j'écris, le conflit du Moyen-Orient coûte chaque jour des millions de dollars. Chaque avion coûte dans les 5 millions et un missile à peu près 1 million de dollars. Il est évident qu'il n'est pas question de moyens financiers, mais de déterminer ce qui est prioritaire. Mettre fin à la famine constitue aujourd'hui une priorité absolue pour l'humanité.






Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR

 | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.