DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
 Maitreya se fait connaître
 Le signe de l'Etoile
  Communiqués
  Conférences...

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Actualité > Analyses > Economie

Annuler la dette des pays pauvres

HomeLa Grande-Bretagne va annuler une partie de la dette du tiers monde

La Grande-Bretagne a annoncé qu’elle va renoncer aux créances qu’elle détient sur un certain nombre de pays parmi les plus pauvres et invite d’autres pays riches à procéder de même. Elle prévoit de consacrer un budget annuel de 100 millions de livres pour effacer 10 % de la dette de 32 pays pauvres auprès de créanciers internationaux, dont la Banque mondiale et la Banque pour le développement de l’Afrique. Gordon Brown, Chancelier de l’Echiquier, a fait l’annonce suivante lors d’une rencontre avec des membres du Mouvement pour un commerce équitable : « Les déshérités ne peuvent plus attendre et par conséquent notre intention est de montrer l’exemple en remboursant une part de leur dette auprès de la Banque mondiale et de la Banque pour le développement de l’Afrique. Nous nous engageons seuls sur cette voie aujourd’hui mais nous vous suggérons d’user de votre autorité morale pour inviter d’autres pays à suivre cette voie de façon à ce que les pays les plus pauvres puissent se tourner vers l’avenir débarrassés du fardeau de la dette. »

G. Brown a également répété une suggestion faite précédemment en faveur d’une réévaluation des réserves en or du Fond monétaire international (FMI), actuellement évaluées à un dixième de leur valeur sur le marché, et d’utiliser les fonds ainsi libérés en faveur d’une annulation de la dette du tiers monde. « Nous ne pouvons pas en-terrer les espoirs d’une moitié de l’humanité dans des chambres fortes où repose de l’or. L’annulation de la dette détenue par le FMI pourrait être financée par une meilleure utilisation de l’or détenue par cette institution. »

[Source : The New York Times, Etats-Unis] (Partage International novembre 2004)




HomeUn appel en faveur des pays pauvres

« La dette sera annulée. » (PI, mai 1989)

Les hauts fonctionnaires de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international ont appelé les 181 pays membres à financer un plan d'apurement de la dette en faveur des pays en voie de développement les plus endettés. Philippe Maystadt, le ministre des Finances belge, président du comité intérimaire du FMI, a déclaré que les pays industrialisés devaient participer à ce projet. Il s'est plaint du manque de bonne volonté de la part des pays créanciers à rassembler les fonds nécessaires. La Russie a été l'une des premières à répondre à cet appel urgent : le ministre des Finances russe, Anatoli Tchoubaïs, a informé l'assemblée du FMI que son pays était prêt à annuler une partie de la dette des pays les plus pauvres. Il a cependant fait remarquer que les dettes héritées de l'ancienne Union soviétique sont bien plus importantes que celles des autres pays créanciers.

(Source : El Pais, Espagne)


HomeEradiquer la dette pour l'an 2000

Au cours d'un colloque financier qui a réuni les pays du G-7 et du Commonwealth au mois de septembre, le chancelier britannique Gordon Brown a proposé une initiative globale afin d'éradiquer la dette des pays les plus pauvres (3,5 milliards de dollars) pour l'an 2000. Pour atteindre cet objectif, il préconise la vente des réserves d'or du Fonds monétaire international. G. Brown suggère qu'en l'an 2000 soixante quinze pour cent des pays les plus pauvres du monde puissent bénéficier de plans d'annulation de leur dette. Ce qui permettrait de réaffecter les ressources nationales au profit de l'éducation, de la santé et de la lutte contre la pauvreté.

(Source : The Guardian, Grande-Bretagne)


HomeRéduction de dette pour la Bolivie

La Bolivie a vu le poids de sa dette diminuer de 448 millions de dollars. Cette décision contribue à réduire la dette globale de l'Amérique du Sud de quatorze pour cent.

La Banque mondiale et le FMI, qui ont avalisé cette remise de dette, ont entamé des pourparlers avec le Mozambique, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire, afin d'élaborer des accords similaires. L'Ouganda a été le premier à ouvrir la voie de la remise de dettes en bénéficiant d'un apurement de 338 millions de dollars.

(Source : Trouw, P.-B.) (Partage international - novembre 1997)


HomeLa Banque mondiale présente un plan d'annulation de la dette

« La dette sera annulée. Il n'y a pas d'autre possibilité. » (un collaborateur de Maitreya, Partage international mai 1989)

On ne saurait guère reprocher aux sceptiques de s'esclaffer à l'idée que la Banque mondiale propose un plan pour éradiquer la dette des pays les plus pauvres. Cette idée aurait en effet paru impensable il y a seulement quelques années. Et pourtant, le président de la Banque mondiale, Jaines Wolfensohn, souhaite mettre sur pied un tel mécanisme, financé en premier lieu par les ressources internes de la Banque, afin de permettre aux pays les moins favorisés d'effacer leurs dettes vis-à-vis du FMI, de la Banque mondiale elle-même, ainsi que de diverses banques régionales de développement.

Parmi les ONG et autres groupes de pression, on a accueilli positivement cette démarche qui supprimerait un fardeau d'environ onze milliards de dollars dus aux institutions financières internationales. Le plus stupéfiant, c'est que le gouvernement conservateur britannique, représenté par le chancelier Kenneth Clarke, semble soutenir la proposition. Le chancelier a ainsi déclaré : « Il faut une stratégie d'ouverture pour les pays dont le poids de la dette est insupportable. » K. Clarke espère que cette question sera suffisamment avancée en avril 1996, lors des prochaines réunions du FMI et de la Banque mondiale. Le directeur général du FMI, Michel Camdessus, s'est montré inquiet face à la tendance actuelle de réduction des budgets d'aide au développement. Leur niveau a en effet chuté à 0,3 % du PIB, loin en dessous des 0,7 % ciblés par l'ONU. M. Camdessus a déclaré qu'aucune raison ne justifiait le maintien d'une telle tendance et qu'une correction s'imposait.

(Source: The Guardian Weekly, G.-B.) (Partage international - décembre 1995)


HomeAnnulation de la dette des pays les moins avancés

« La dette des pays pauvres sera annulée. Il n'y a pas d'autre possibilité. » (Partage international - mai 1989).

Les ministres des Finances des sept pays les plus riches ont adopté un plan d'annulation de la dette pour les pays les moins avancés (PMA). Cette mesure prise par les pays du G7 annulerait plus de sept milliards de dollars de dette, au profit d'une vingtaine de pays parmi les plus endettés du monde, majoritairement africains. Le G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada) s'est engagé à supprimer jusqu'à 80 % de la dette de ces pays. Actuellement, les pays industrialisés acceptent d'abandonner sélectivement leurs créances sur des pays en voie de développement qui répondent à certains critères, jusqu'à hauteur de 67 % de leur dette. Les représentants des gouvernements ont estimé que l'Ouganda pourrait être l'un des premiers pays à remplir les conditions requises pour bénéficier de ce programme d'annulation. L'organisation humanitaire britannique Oxfam International estime pour sa part que cette mesure permettrait à l'Ouganda d'économiser 80 millions de dollars en paiement d'intérêts, soit six fois les dépenses de santé du pays.

(Source : Associated Press) (Partage international - novembre 1996)



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.