DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
 Maitreya se fait connaître
 Le signe de l'Etoile
  Communiqués
  Conférences...

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Actualité > Analyses > Sciences

Sciences

La fusion nucléaire a froid

« Le procédé de fusion nucléaire - procédé à froid, sans danger, sans rejets, utilisant un simple isotope de l'eau - résoudra tous les besoins énergétiques de l'humanité. Cette technique sera mise à notre disposition avec l'instauration du partage... »
(Benjamin Creme,
Share International, déc. 1988)




HomeLa fusion nucléaire à froid fait un bond en avant

Le 31 octobre 1997, une équipe de chercheurs scientifiques a réussi, pour la première fois, à créer un excédent d'énergie par le processus de la fusion nucléaire à froid. Le Jet Project, basé à Oxford, en Angleterre, rassemble des chercheurs d'Europe, du Japon, de Russie et des Etats-Unis. Ce groupe avait déjà réussi à créer de l'énergie à partir de la fusion nucléaire, mais jusqu'à présent, la quantité d'énergie produite était bien inférieure à l'énergie nécessaire au processus lui-même. Maintenant que la fusion à froid se révèle viable, la prochaine étape consistera à trouver comment augmenter cette quantité d'énergie produite pour qu'elle soit utilisable.

(Source: BBC TV, G.-B.) (Partage international - décembre 1997)



HomeFusion nucléaire à froid : la solution approche

Au laboratoire Rutherford Appleton de Didcot, en Angleterre, une équipe de scientifiques japonais serait extrêmement proche de découvrir la fusion nucléaire à froid. Le processus ouvre la porte à une source d'énergie sans danger, sans limite et bon marché, à base d'hydrogène, la substance la plus abondante dans l'univers.

(Source Evening Standard, Grande-Bretagne) (Partage international - octobre 1997)



HomeLa meilleure preuve en date

" Le procédé de fusion est la méthode adaptée à l'avenir immédiat. On utilisera une forme d'énergie nucléaire dérivée d'un simple isotope de l'eau. C'est une énergie sans danger, qui se trouve en extrême abondance dans les eaux des océans et des rivières du monde. Cette fusion nucléaire n'utilise pas de chaleur, mais un procédé à froid, et elle sera utilisée dans un temps relativement court... " (Benjamin Creme, La réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, 1979)

Lors de la sixième conférence annuelle sur la fusion nucléaire à froid qui s'est tenue à Hokkaïdo au Japon, plusieurs scientifiques ont fait état de la meilleure preuve en date de la fusion nucléaire à froid : une réaction nucléaire produite à des températures proches de la température ambiante.

La nouvelle de la " découverte " de la fusion nucléaire à froid s'est répandue dans le monde en mai 1989, après que deux électrochimistes travaillant à l'Université de l'Utah, aux Etats-Unis, aient annoncé avoir réussi à produire une réaction nucléaire à des températures comprises entre 30 et 100 degrés centigrades. Le professeur Martin Fleishmann, de l'Université de Southampton, en Grande-Bretagne, et le professeur Stanley Pons, de l'Université de l'Utah, ont fait passer du courant électrique à travers deux électrodes immergées dans une solution d'eau lourde, c'est-à-dire contenant de l'hydrogène lourd, ou deutérium, dont le noyau renferme un neutron supplémentaire. On trouve de l'eau lourde, sous cette forme, en abondance dans l'eau de mer. Au cours de l'expérience, le deutérium et l'oxygène de l'eau ont été séparés par le courant électrique. Il s'est alors produit une accumulation du deutérium autour de l'électrode négative et de l'oxygène autour de l'électrode positive. Selon leur théorie, lorsque les noyaux de deutérium ont été suffisamment nombreux, ils ont fusionné pour former de l'hélium, ainsi qu'un excès de chaleur supérieur à la quantité de chaleur initialement requise pour déclencher la réaction.

M. Fleishmann et S. Pons expliquent que cet excès de chaleur tient à l'existence d'une réaction de fusion nucléaire à froid. Ils n'ont cependant pu clairement détecter la présence d'hélium qui aurait confirmé leur thèse.

Les implications sous-jacentes à cette expérience étaient considérables. Par définition, le processus de fusion nucléaire à froid ne requiert pas de températures extrêmes, comme pour la fusion nucléaire à chaud où elles atteignent plusieurs millions de degrés. De plus, le processus qui a libéré d'énormes quantités d'énergie n'a nécessité qu'un appareillage simple, et le taux de radiations du type de celles générées dans les réactions de fission (le processus de division de l'atome par collision, utilisé dans les centrales nucléaires et dans les bombes) s'est avéré quasiment nul. Si l'on pouvait exploiter la technologie de la fusion à froid, le monde tel que nous le connaissons en serait transformé. Imaginez que votre maison fonctionne avec de l'énergie produite à partir de conteneurs d'eau. Dans ce cas, nul besoin de sociétés de distribution d'énergie. Et un simple tuyau d'arrosage suffirait pour recharger votre voiture. L'environnement ne souffrirait pratiquement d'aucune pollution. Ce serait la fin de l'ère du pétrole.

Cependant, M. Fleishmann et S. Pons n'ont pu reproduire leur expérience que dans 30 à 50 pour cent des cas. Dans le monde entier, d'autres scientifiques ont tenté de reproduire l'expérience, sans grand succès. Un certain nombre d'équipes de recherche et d'éminents scientifiques, dont plusieurs physiciens nucléaires impliqués dans des projets de fusion nucléaire à chaud, on jugé " frauduleuses et erronées " les découvertes de M. Fleishmann et S. Pons. Les deux chercheurs ont même été accusés de pratiquer une " mauvaise science ". En 1990, ils ont quitté les Etats-Unis pour poursuivre leurs travaux en France, grâce à des concours financiers japonais. Toutefois, certains chercheurs ont entrepris leurs propres projets de recherche sur la fusion à froid dans différents pays.

De très fortes présomptions

Lors de la conférence de Hokkaïdo et pour la toute première fois, plusieurs laboratoires ont apporté une preuve quantifiée de production d'hélium, sous-produit de la fusion à froid. Ces résultats ont une portée historique. Ils outrepassent toutes les lois " normales " de la physique et de la chimie et fournissent la meilleure preuve en date de la fusion nucléaire à froid.

En 1994, l'équipe de l'Université d'Osaka, au Japon, fut la première à reproduire sans équivoque un excès de chaleur. Ils détectèrent également une émission d'hélium. En 1996, une équipe de l'Université de Rome est également parvenue à créer de l'hélium accompagné d'un excès de chaleur, avec une reproductibilité fiable. C'est cette équipe qui a démontré pour la première fois la corrélation réciproque, quantifiable, entre l'accroissement de la production d'hélium et l'augmentation de chaleur. Le Centre américain de la sécurité navale, basé à China Lake, en Californie, est également parvenu à ce résultat.

A la conférence d'Hokkaïdo, quatre équipes ont annoncé être parvenues à produire des excès de chaleur, lors d'expériences reproductibles à cent pour cent : l'Université d'Illinois, aux Etats-Unis ; l'INFN, de Frascati, en Italie ; l'Université d'Osaka, au Japon et la société Clean Energie Technology, de Dallas, au Texas. Depuis 1989 et 1995 respectivement, l'Université A&M, du Texas, et l'Institut de Recherche de l'Université de Stanford, en Californie, étaient déjà parvenus à produire des excès de chaleur, mais de manière irrégulière. Au cours de la conférence, au moins vingt autres rapports, faisant état de production d'excès de chaleur produite dans des expériences de fusion nucléaire à froid, ont été présentés par des équipes du monde entier.

(Partage international - juin 1997)



HomeRévélations sur la fusion nucléaire à froid

interview de Russ George par Connie Hargrave

San Francisco, E.-U.

Scientifique indépendant, Russ George a mené de longues recherches afin de percer le mystère de la fusion nucléaire à froid, phénomène découvert par les professeurs Fleischmann et Pons en 1989. Il est l'auteur du premier article sur la fusion à froid que la prestigieuse Société américaine de physique ait jamais accepté de publier (l'an dernier). Grâce à des preuves photographiques et au résultat d'expériences menées à l'Institut recherche de Stanford en Californie, il a fourni à la communauté scientifique la preuve de l'existence de la fusion à froid, en tant que réaction nucléaire contrôlée. Il est sur le point de développer des applications simples qui utilisent cette réaction comme source d'énergie bon marché. Connie Hargrave l'a interviewé pour Partage international.

Partage international: La fusion nucléaire à froid semble être une source de chaleur inépuisable consommant, dans un environnement normal, des matériaux que l'on peut facilement se procurer. Pourquoi cette source potentielle d'énergie n'éveille-t-elle pas davantage d'intérêt?

Russ George: Le concept de la fusion à froid va à l'encontre des principes établis par la science moderne et la menace dans ses fondements mêmes.

En fait, le nombre de personnes qui travaillent dans ce domaine, à travers le monde, a chuté d'environ 1 000 à 100, en raison de la nature insaisissable de cette réaction. La fusion nucléaire à froid n'est pas une invention mais un phénomène naturel dégageant de grandes quantités d'énergie. Cependant, à l'état naturel, cette réaction ne se produit pas à grande échelle et elle n'est pas non plus très violente ni facilement reproductible. C'est pourquoi il a été difficile de fournir des preuves scientifiques. La plupart des scientifiques sont des spécialistes un peu fermés, formés à appliquer des " recettes de cuisine " stéréotypées. Contrairement aux recherches classiques qui restent dans les domaines balisés, le travail sur la fusion à froid s'aventure dans des territoires nouveaux et en grande partie inconnus. Peut-être était-il plus facile pour un généraliste comme moi, sans statut académique, ni salaire, ni réputation à défendre, de se lancer dans une telle recherche.

Jusqu'à présent, on ne sait maîtriser la fusion nucléaire que dans le but de produire des explosions atomiques. Et pour déclencher une réaction de fusion, comme dans le cas d'une bombe à hydrogène, des températures équivalentes à celles existant au coeur du soleil sont nécessaires. On comprend alors l'éclat de rire des spécialistes devant la possibilité de réactions nucléaires se déclenchant à température ambiante.

PI. Dans ce cas, comment Fleischmann et Pons pouvaient-ils savoir que leur découverte mettait en jeu de l'énergie nucléaire et non pas seulement une simple réaction chimique?

RG. Les premiers à avoir observé ces réactions étaient de bons chimistes qui ont compris que les principes de la chimie ne s'appliquaient pas dans ce cas là. Ils ont constaté un excédent de chaleur: pour un apport initial de puissance électrique de 10 watts, il se dégageait une chaleur correspondant en fait à un apport de 11 watts. Dans le cas de réactions chimiques classiques, la production de chaleur s'interrompt lorsque la source d'énergie s'épuise. Pons et Fleischmann ont su qu'il ne s'agissait pas d'une réaction chimique, car rien de connu dans le domaine de la chimie ne permet de générer une telle quantité d'énergie. C'est ainsi qu'ils ont conclu que la réaction était nucléaire.

PI. Pour quelle raison tant de scientifiques refusent-ils ces découvertes et les considèrent-ils comme une aberration?

RG. Une réaction nucléaire doit être synonyme d'émission de radiations et dans l'esprit des scientifiques une réaction nucléaire qui ne génère pas de radiations mesurables est impossible.

Selon l'affirmation de certains scientifiques: " Là où il se manifeste, le feu nucléaire laisse des cendres ", et tout le monde sait que les " cendres " d'une réaction nucléaire, ce sont les radiations. La fusion à froid, quant à elle, génère d'intenses radiations alpha, ce qui est totalement différent: pour s'en protéger, quelques atomes suffisent alors qu'il faut un mètre d'épaisseur de plomb pour se protéger contre les radiations émises par l'explosion d'une bombe atomique. En résumé, comme la fusion à froid ne génère aucune radiation nucléaire dégageant une certaine énergie ou ayant un quelconque pouvoir de pénétration, les scientifiques l'ont classée comme étant non nucléaire. Cette vision est maintenant totalement enracinée dans leurs esprits, un peu comme le concept d'une Terre plate à l'époque de Copernic.

Lorsque la fusion à froid sera reconnue par la science, la physique nucléaire et atomique devront être reconsidérées. Les scientifiques devront se poser les questions suivantes: " Avons-nous émis de fausses hypothèses? A côté de quoi sommes-nous passés? " La découverte de la fusion à froid est actuellement, si l'on peut dire, le " mouton à cinq pattes " de la physique contemporaine.

PI. Je pensais que les scientifiques étaient par nature des gens curieux et qu'une telle perspective les enchanterait.

RG. Il y en a certains, mais en tout cas pas les dernières générations de scientifiques qui font actuellement autorité dans le domaine de la physique. Considérez la position des scientifiques qui ont atteint les sommets dans leur domaine, qui ont écrit les ouvrages de référence, qui ont atteint la cinquantaine ou la soixantaine et qui occupent des chaires dans de prestigieuses universités. Voici le message que leur délivrent ces premiers résultats de la fusion à froid: " Votre ouvrage achevé il y a dix ans, que l'on considère comme la " bible " de la physique nucléaire, est en grande partie erroné. En fait, vous n'avez pas fait mention des découvertes à venir les plus importantes qui soient dans le domaine du nucléaire. A savoir celles qui concernent l'existence de toute une autre famille de réactions nucléaires, qui n'émettent aucune radiation à caractère pénétrant. "

" Dans un futur proche, nous utiliserons un procédé par fusion [... ] On utilisera une forme d'énergie nucléaire dérivée d'un simple isotope de l'eau, qui ne présente aucun danger et se trouve en surabondance dans les eaux des océans et des rivières. Cette fusion nucléaire n'utilise pas de chaleur mais un procédé à froid et elle sera utilisée dans un avenir relativement proche [... ]" (Benjamin Creme, la Réapparition du Christ et des Maîtres de Sagesse, 1979)

PI. Vous disposez de preuves photographiques démontrant l'existence de la fusion à froid...

RG. Oui, au printemps 1998, j'ai présenté à la Société américaine de physique un article à caractère scientifique démontrant l'occurrence d'une réaction nucléaire à un niveau microscopique. Les photos montrent que lorsqu'un métal comme le palladium est utilisé dans des réactions de fusion à froid, il en sort recouvert d'éruptions ressemblant à des micros volcans. Ceci met en évidence la dissipation d'une très grande quantité de chaleur entraînant la fonte ou la vaporisation du métal, mais seulement en des points microscopiques. Connaissant la température de fusion du palladium, nous avons calculé la quantité d'énergie nécessaire à la fusion de ces micro-points sans provoquer de fusion alentour. Vu le chiffre astronomique que nous avons trouvé, la source d'énergie ne pouvait être que nucléaire.

PI. Quel fut l'accueil réservé à ces découvertes?

RG. Il fut poli. Les scientifiques ont déclaré: " Oui, vous avez des preuves de l'existence d'une chaleur d'origine nucléaire mais elle n'est accompagnée d'aucune émission de radiations; donc cette réaction n'est pas d'origine nucléaire. " Avec ces scientifiques, on tourne en rond parce que pour eux, aucun autre type de réaction nucléaire n'est possible.

PI. Quelles preuves avez-vous dû apporter afin de démontrer d'une manière concluante qu'il s'agit effectivement d'une réaction nucléaire?

RG. Il y a eu production d'hélium et en l'occurrence de deutérium*, comme c'est le cas lors de la fusion de deux atomes d'hydrogène. Lors de ces réactions, la présence d'hélium a été décelée dans tous les cas, mais les sceptiques démentent en prétendant que cet hélium se serait " infiltré " à partir de l'atmosphère.

PI. Avez-vous réussi à prouver que ce n'était pas le cas?

RG. En juillet 1998, à l'Institut de recherche de Stanford, j'ai utilisé pour mes expériences un spectromètre de masse de haute qualité. Cet appareil permet une mesure exacte des atomes et il a déterminé un taux d'hélium supérieur à 10 pour un million, suite à la réaction de fusion à froid. J'ai également utilisé de l'hydrogène gazeux pour la réaction, au lieu d'eau lourde**, car l'eau, de par ses impuretés, fausse les mesures des spectromètres. Mes expériences à base de substances gazeuses ont été un succès. En conséquence, tous les scientifiques peuvent maintenant examiner la procédure qui démontre que la quantité d'hélium supplémentaire ne s'est pas " infiltrée " à partir de l'atmosphère ambiante, car il est impossible que se produise une " fuite " d'une concentration basse vers une concentration plus élevée.

L'étape suivante serait une confirmation de mes recherches par une source indépendante telle que le Pacific Northwest Laboratory du Département américain de l'énergie, qui est le mieux équipé au monde pour la détection d'hélium résultant de réactions nucléaires. Toutefois, avec les moyens dont je dispose, il m'est impossible, sans soutien financier extérieur, de faire mener à bien de tels essais.

Pl. Avez-vous travaillé seul?

RG. Oui, je ne suis pas subventionné, mais grâce à mes relations avec des scientifiques de haut niveau et avec des lauréats de prix Nobel, j'ai réussi à travailler de façon indépendante. Par exemple, j'ai pu utiliser les meilleures spectromètres de l'Institut de recherche de Stanford, bien qu'officiellement je n'aie pas accès à ce service. Ils ont fermé les yeux et j'y suis entré à chaque fois par la porte de service. De même, j'ai pu effectuer des expériences au laboratoire de recherche nucléaire du gouvernement américain situé à Los Alamos, au Nouveau Mexique.

PI. Quand verrons-nous des applications pratiques de cette découverte?

RG. Pour mes expériences, j'utilise actuellement un cylindre à gaz rempli d'hydrogène gazeux et de quelques autres substances actives, et il produit de la chaleur sans discontinuer. La température croît en fonction de l'augmentation du volume et la réaction se prolonge indéfiniment. Le cylindre est analogue au modèle standard utilisé pour stocker du gaz comprimé, comme par exemple les bonbonnes d'hélium qui servent à remplir les ballons dans les parcs d'attraction. La seule différence est que la température du cylindre se maintiendra indéfiniment autour de 250 °C.

PI. Les substances utilisées ne s'épuisent-elles pas au bout d'un moment, et ne coûtent-elles pas trop cher?

RG. Non. Une réaction de fusion peut produire de la chaleur pendant des siècles sans " épuiser " les substances nécessaires à son déroulement. La réaction requiert de " l'hydrogène lourd " qui, de même que l'hydrogène, se trouve en abondance dans l'univers. La réaction peut également fonctionner avec d'autres substances chimiques, certaines étant simplement plus efficaces que d'autres. Ainsi, personne ne pourra se constituer de monopole sur les substances utilisées, en vue d'en tirer profit.

PI. Je suppose que les centrales électriques ne s'intéressent pas à la fusion nucléaire à .froid?

RG. Non, car la fusion nucléaire à froid ne requiert qu'un investissement ponctuel pour l'achat initial du matériel et des substances chimiques. En fait, la technologie relative à ce genre de fusion pourra dans l'avenir être utilisée à petite échelle par toute personne dotée d'un esprit inventif. Elle est d'une telle simplicité qu'il sera impossible de l'entourer de barrières technologiques.

PI. Il paraît que de grandes entreprises financent des recherches sur la fusion à froid.

RG. Oui, Fiat, Mitsubishi et Toyota continuent à financer la recherche, mais ils gardent le secret. Leur succès est quelque peu limité à cause du mode de fonctionnement de la réaction. De plus, l'énergie produite est " lente et régulière ", ce qui permet, par exemple, de chauffer une maison ou une serre, mais son intensité est encore insuffisante pour propulser un véhicule.

PI. Quelles applications pratiques voyez-vous pour la fusion à froid?

RG. Il y aura certainement des applications dont tout le monde pourra bénéficier. Des pays pauvres comme le Sri Lanka ou le Ghana, qui n'ont pas les moyens financiers ni l'expérience pour construire des centrales nucléaires, pourront utiliser cette nouvelle technologie. Le cylindre peut simplement être posé quelque part et, comme il produit de la chaleur en permanence, il suffit de l'enrouler de tuyaux d'eau pour produire de l'eau chaude. Ceci permettra d'énormes progrès dans des zones où le coût de l'énergie était jusqu'ici prohibitif.

Le dessalage de l'eau et le chauffage de serres, à grande échelle, deviendront maintenant plus économiques. Grâce à des techniques d'ingénierie, on pourrait l'utiliser à grande échelle pour la production d'électricité.

Des entreprises capables de financer des équipes de chercheurs pourront bientôt fabriquer des produits à usage commercial. Il faudra davantage de temps pour voir arriver les applications domestiques en raison des règles de sécurité qui imposent de longues procédures de tests.

* L'hydrogène lourd, ou deutérium, a un neutron supplémentaire dans son noyau. ** L'eau lourde contient de l'hydrogène lourd. L'eau de mer contient en abondance cette forme d'eau lourde.

Pour toute information complémentaire, contacter Russ George: rgeorge@hooked.net ou http://www.hooked.net/-rgeorge. Tél. 415-493-4515.

[Voir aussi l'article de Connie Hargrave La fusion à froid, une perspective d'avenir, Partage international, décembre 1992.]
Connie Hargrave est correspondante de Partage international en Colombie britannique, au Canada.(Partage international - avril 1999)



HomeLa fusion à froid pour neutraliser les déchets radioactifs

Des scientifiques du Trenergy Laboratory de Salt Lake City, aux Etats-Unis, affirment avoir découvert une méthode pour neutraliser les déchets nucléaires. Cette découverte est confirmée par l'un des plus grands laboratoires nucléaires européens, le Cise, situé près de Milan (Italie).

Le procédé est sûr, suffisamment simple pour être reproduit dans un laboratoire de lycée, et son coût est inférieur à celui du stockage d'une quantité équivalente de déchets radioactifs pendant un an. Le coût du traitement d'un kilo de déchets, par cette méthode, reviendrait à 2 000 dollars, alors que le coût annuel de stockage d'un kilo de déchets s'élève à 2 500 dollars.

La durée du procédé qu'utilisent les scientifiques américains est d'environ une heure, et il nécessite l'équivalent de 5 francs d'électricité à 300 watts dans une cellule spéciale pour fusion à froid appelée aussi cellule de transmutation nucléaire à basse énergie. Les scientifiques italiens ont déclaré que les résultats étaient tellement remarquables qu'ils ne pouvaient s'être produits par erreur ou suite à une contamination. Ils ont confirmé que ce procédé permettait de transmuter des éléments radioactifs dangereux comme le thorium, le césium ou l'uranium en éléments non radioactifs tels que le titane ou le cuivre. Selon les estimations des scientifiques, le thorium met des milliards d'années pour se neutraliser naturellement.

Le Département américain de l'énergie s'intéresse à ce projet et offre son soutien. Plusieurs grands laboratoires et universités américaines ont depuis confirmé la validité de ce procédé et de ses résultats qui pour beaucoup de scientifiques semblent impossibles. Les inventeurs sont prêts à mettre une cellule de test à disposition de toute personne voulant contester leur travail, contre une simple caution de 5 000 dollars.

Pour plus d'informations, contacter le Dr Hal Fox: halfox@slkc.uswest.net ou le site Web: http://www.padrak.com/ine (Source: Positive News, Grande-Bretagne) (Partage international - avril 1999)

 

HomeEnergies de l’avenir

« On utilisera les énergies naturelles contenues dans les atomes de l’eau. »[B. Creme, la Réapparition du Christ et des Maîtres]

En juin 2001 s’est tenue à Weinfeld (Suisse) une conférence internationale sur les nouvelles énergies, qui a réuni 200 scientifiques de tous horizons.
L’un des principaux intervenants, le professeur Jean-Pierre Vigier, y a exposé les travaux sur la fusion à froid, menés par le professeur Zvonko Maric, chef du département de physique de l’Université de Belgrade.
La fusion nucléaire, qui est au cœur du fonctionnement des étoiles, consiste à faire fusionner deux atomes et à récupérer l’énergie dégagée par cette réaction. On croit généralement que cette fusion ne peut se produire qu’à très haute température et sous des pressions très élevées. Mais le professseur Maric a développé avec succès un procédé simple de fusion à froid. Selon J.-P. Vigier, les expériences du professeur Maric ont été reproduites avec succès dans plusieurs pays. 
Rappelons que si la fission nucléaire produit de grandes quantités d’isotopes radioactifs dangereux, la fusion nucléaire est généralement sans danger écologique.
Electricité de France (entreprise qui a depuis longtemps axé sa politique sur la fission) suit de près cette question et avait envoyé à la conférence un certain nombre de représentants. D’autant que, selon J.-P. Vigier, elle s’est aperçue que les réacteurs vieillissent plus vite que prévu, et produisent donc une électricité plus chère. D’où son intérêt pour des solutions alternatives à la fois plus écologiques et plus économiques, la fusion produisant une énergie « propre » et illimitée. 

(Partage international - avril 2002)


Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.