DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
 Maitreya se fait connaître
 Le signe de l'Etoile
  Communiqués
  Conférences...

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Actualité > Analyses > Sciences

Ingénierie génétique

HomeUne percée dans les cellules souches

« Grâce à l’ingénierie génétique actuelle, des organes pourront être reconstitués. Au lieu d’aller à l’hôpital pour avoir recours à une ablation ou à une greffe d’organe, nous pourrons obtenir la reconstitution de cet organe grâce à cette technologie. » [Benjamin Creme, la Mission de Maitreya, tome III, page 237]

A Melbourne (Australie), pour la première fois au monde, des scientifiques ont réussi à reconstituer un organe entier à partir de cellules souches.

Une équipe de l’Ecole de médecine Monash a créé un thymus, petit organe délicat du système immunitaire. Un porte-parole a précisé que des essais sur l’homme pourraient commencer d’ici deux ans.

[Source : The Herald Sun, Australie] (Partage international - octobre 2002)



HomeUne avancée de la thérapie génique

" Les chercheurs découvriront l’information génétique qu’il est nécessaire de donner à un organe pour lui permettre de se régénérer, parfois en quelques heures. Cette technique sera utilisée d’ici quelques années. " [Partage international, septembre 1989]

Après des années d’études consacrées à la thérapie génique, très prometteuses puis assez décevantes, les chercheurs français ont fait part du premier succès incontestable obtenu dans le traitement par la thérapie génique. Bien que la méthode utilisée ne soit peut-être pas applicable à d’autres maladies, cette thérapie s’est montrée efficace pour trois bébés souffrant d’un désordre génétique connu sous le nom de SCID (sévère déficience immunitaire combinée XI), un état qui oblige le malade à vivre dans une bulle stérile. Au bout de trois mois de traitement, les bébés vivaient chez eux comme n’importe quel autre enfant. Au bout de dix mois, leur système immunitaire était normal.

Tel qu’il est décrit dans la revue Science, le procédé consiste à prélever de la moelle osseuse du malade, d’où l’on extrait des cellules souches, dans lesquelles on introduit un virus contenant un gène de remplacement, ce virus aidant à transporter le gène dans les cellules. Les cellules contenant le gène sain sont alors transplantées à nouveau chez le patient, et les gènes correcteurs se multiplient, éliminant ainsi le gène défectueux. SCID réagit particulièrement bien à la thérapie génique et le succès obtenu avec ces patients ne mènera pas nécessairement au traitement d’autres maladies. Mais un membre de l’équipe de médecins qui avait essayé d’utiliser pour la première fois la thérapie génique en 1990 a déclaré : " Si l’on ne parvient pas à corriger SCID, on ne pourra corriger rien d’autre. " Maintenant, ce premier pas est franchi.

[Source : New York Times, Etats-Unis.] (Partage international - juin 2000)



HomeUne nouvelle méthode de clonage

Des scientifiques ont cloné six veaux, utilisant une nouvelle technique qui ouvre la possibilité d’une ère nouvelle dans la médecine régénératrice, qui devrait permettre de remplacer quasiment n’importe quelle partie du corps. Près de quatre ans après que des scientifiques aient cloné une brebis appelée Dolly, qui a vieilli prématurément, les dernières expériences ont permis à des veaux clonés de commencer leur vie plus jeunes biologiquement que les cellules âgées dont ils sont issus. Au niveau cellulaire, les veaux ont toutes les caractéristiques de la jeunesse, même s’ils ont été obtenus à partir de cellules vieillies, délibérément poussées au seuil de la mort.

" Ces animaux ont des cellules qui apparaissent plus jeunes que leur âge chronologique ", a déclaré le Dr Robert Lanza de l’Institut de technologie cellulaire avancée, une firme de biotechnologie américaine qui a sponsorisé ces recherches. " Ceci pourrait avoir d’importants résultats dans le traitement des maladies humaines. " Le but ultime en ce qui concerne les humains est de façonner des parties de remplacement à partir des propres cellules rajeunies d’un patient, ce qui permettrait de dépasser le problème du manque d’organes et du rejet de transplantation, tout en s’assurant que les greffes durent assez longtemps pour que le procédé soit valable. Mais de nombreux obstacles scientifiques et techniques demeurent avant qu’une telle stratégie puisse être envisagée dans le traitement des malades.

[Source : San Francisco Chronicle, Etats-Unis.] (Partage international - juin 2000)



HomeIngénierie génétique

" Les scientifiques effectuent aujourd'hui des recherches sur le mécanisme des forces de l'évolution et manipulent ces forces. Ils ne savent pas où elles conduisent, mais ils finiront sans aucun doute par apercevoir le bout du chemin. S'ils continuent leurs expériences génétiques, ils deviendront capables de créer des êtres mi-humains, mi-animaux.
" Dieu seul comprend le phénomène de la mutation, et lorsque les scientifiques utilisent leurs connaissances pour "jouer à Dieu ", c'est dangereux. Pourquoi ne dépensez-vous pas l'argent de manière plus juste, afin que les êtres humains puissent avoir une alimentation appropriée et qu'ils puissent mourir de mort naturelle ? " (un collaborateur de Maitreya, cité dans la Mission de Maitreya, tome 2, p 219)

Au grand étonnement de la communauté scientifique, une équipe de chercheurs britanniques a accompli un exploit " impossible " : le clonage d'un mammifère adulte. Le journal scientifique anglais Nature rapporte que le docteur Ian Wilmut, embryologiste à l'Institut Roslin d'Edimbourg, est l'homme qui a dirigé l'équipe qui a réussi le clonage d'un mouton adulte en prélevant de l'ADN de cellules mammaires d'une brebis pour l'injecter dans l'ovule d'une autre brebis. En juillet dernier, la brebis porteuse a donné naissance à un agneau génétiquement identique à la brebis donatrice.

Ce processus est perçu comme une avancée révolutionnaire pour l'industrie pharmaceutique, qui s'est intéressée à la création d'animaux par clonage génétique pour la production de médicaments, de transplants d'organes et la recherche sur les maladies humaines. Les éleveurs de bétail considèrent avec intérêt le potentiel économique qu'offre la possibilité de cloner des cochons ou des vaches parfaits. Cependant, face à la facilité relative avec laquelle le processus de clonage a été obtenu et à l'éventualité de clonages humains, un cri d'alarme a été lancé au nom de l'éthique médicale.

Une telle opération est illégale dans plusieurs pays européens, mais pas aux Etats-Unis. " Le génie est sorti de sa bouteille ", a déclaré le docteur Ronald Munson, praticien d'une médecine éthique opérant à l'Université du Missouri, à Saint Louis. " Cette technologie est, en principe, difficilement contrôlable. "

(Source -. New York Times, Etats-Unis) (Partage international - avril 1997)



HomeThérapie génétique

" Des scientifiques, en Russie et aux Etats-Unis, effectuent déjà des expériences d'ingénierie génétique, et ces expériences se développeront jusqu'à ce que le temps vienne où ils pourront transmettre une information génétique à un organe malade afin de le régénérer sans avoir à utiliser la chirurgie. " (P. I. , juillet/août 1989)

Malgré son aspect restreint, une étude menée par l'hôpital Sainte-Elisabeth et l'école Tufts de médecine de Boston vient d'obtenir des résultats tout à fait extraordinaires.

Le Dr Jeffrey Isner explique que des gènes contenant des facteurs de croissance endothélio-vasculaires (Vegt) ont été injectés dans les jambes de patients dont les vaisseaux sanguins étaient totalement et définitivement bouchés. Les cellules ont alors commencé à développer un réseau parallèle de vaisseaux sanguins qui ont drainé le sang en contournant les points de blocage. Dans trois cas, l'amputation a pu être évitée et dans d'autres, la gangrène a été soignée. Les résultats de cette thérapie génétique sont jugés littéralement miraculeux car tous les patients en étaient au stade final de la maladie.

(Source : New York Times, Etats-Unis) (Partage international - janv./fév. 1998)



HomeDes pièces détachées pour le corps humain

" Le développement de la recherche permettra de découvrir l'information génétique qu'il est nécessaire de donner à un organe pour lui permettre de se régénérer, parfois en quelques heures. Cette technique sera utilisée d'ici à quelques années. " (Benjamin Creme, Partage international, septembre 1989)
" On devrait rechercher un moyen de créer des organes artificiels de substitution, au lieu d'utiliser des organes vivants en les transférant d'une personne décédée à une personne vivante. " (Benjamin Creme, in la Mission de Maitreya, tome I)

Selon le Los Angeles Times, une société californienne vient de lancer la commercialisation de pièces détachées organiques pour le corps humain.

Le premier produit proposé est de la peau, créée en laboratoire, à l'intention des victimes de brûlures ou des malades atteints d'ulcères incurables (aux pieds chez des diabétiques par exemple) et qui nécessiteraient normalement une amputation. Le directeur de cette société, Gail Naughton, est un précurseur dans la fabrication des tissus. " Avec cette technologie, il n'y a aucune raison qu'on ne parvienne pas à créer n'importe quelle partie du corps ", a-t-il déclaré.

(Partage international - mars 1998)



HomeLa thérapie génétique tient ses promesses contre le diabète

" En Russie et aux Etats-Unis, des scientifiques effectuent déjà des expériences d'ingénierie génétique et ces expériences se développeront jusqu'à ce qu'ils puissent transmettre une information génétique à un organe malade afin de le régénérer, sans avoir recours à la chirurgie. " (Partage international, juilletlaoût 1989)

Une nouvelle stratégie prometteuse en thérapie génétique pour le traitement du diabète a été mise au point par une équipe de recherche trans-pacifique, comprenant des chercheurs de la Yokohama City University, de la Mount Sinaï School of Medicine aux Etats-Unis, et une société de tests cliniques établie à Yokohama. Des tests utilisant des souris ont confirmé l'efficacité de cette technique, et l'on espère qu'elle pourra être développée en un traitement de longue durée pour des personnes insulino-dépendantes souffrant de diabète. La stratégie comprend l'introduction du gène pour l'insuline, l'hormone qui diminue le taux de sucre dans le sang, en association avec le gène pour le PEPCK, enzyme favorisant la synthèse du glycogène et qui devient plus active lorsque le taux de sucre sanguin baisse. Le groupe avait inclus le gène PEPCK pour empêcher une chute trop brutale du taux de sucre sanguin.

(Source: The Nikkei Weekly, Japon) (Partage international - septembre 1998)


Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.