DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

JUIN 2000 - EXTRAITS



Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.
La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.
pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire (en rouge = sélection du mois)

Une liberté nouvelle - par le Maître --

Point de vue - Le nouveau millénaire sera celui de l’application des droits de l’homme - par Fernando de Salas

Réflexions sur la Baghavad gita - Accomplir notre devoir pour le bien de tous - d’après une conférence de swami Nirliptananda

Faits et prévisions - Une ère nouvelle au Moyen-Orient

Enérgies curatives en Slovénie - par Andrea Bistrich

L’éducation et le " monde sans livres " - interview d’Alan Duff par Shirley Nairn

La Vierge de Pooraka pleure en silence - par Pasquo Cassetta

Les priorités de Maitreya - Afrique : la famine risque de s’étendre

Signes des temps

L’ONU à l’aube du nouveau millénaire - interview de Kofi Annan par Djibril Diallo

Courrier des lecteurs

Tendances - La Russie accepte un traité de désarmement

Questions-Réponses - par Benjamin Creme


Conférences à venir


Une liberté nouvelle

par le Maître --, à travers Benjamin Creme

C’est avec effarement que nous, vos Frères aînés, assistons au spectacle extraordinaire auquel se livrent actuellement ceux qui gèrent les affaires économiques et financières des nations.

Tandis que les marchés boursiers se révèlent de plus en plus incontrôlables, et chancellent sous l’assaut conjoint de l’avidité et de la peur, les " hommes d’argent " cherchent maintenant à consolider leur pouvoir, et créent entre les principaux marchés des liens plus étroits afin de les unifier. A leurs yeux, cela devrait tous les renforcer. De notre point de vue, cela ne pourra que précipiter l’effondrement total de ces " casinos " que sont les bourses du monde. Désormais, c’est d’un seul mouvement que ces bourses réagiront aux courants, tantôt ascendants, tantôt descendants, qui attisent la fièvre des spéculateurs et les mènent droit au précipice. Une fois abandonné l’effet modérateur de la dispersion, rien ne pourra plus prévenir la chute vertigineuse.

Un système devenu fou

Quand elle se produira, les hommes comprendront l’indigne extravagance d’un système devenu fou, et pour la première fois ils feront face à la réalité.

C’est également à ce moment que Maitreya entamera le processus de son émergence publique en s’adressant directement aux populations, plongées qu’elles seront dans la confusion et le désespoir. Il montrera aux hommes que, loin d’avoir tout perdu, ils ont au contraire gagné une liberté nouvelle — leur unique perte étant leurs mirages de richesse et leurs illusions de puissance. Quand les hommes l’entendront parler, ils prendront conscience que les relations justes sont la seule vraie réalité à laquelle ils aspirent ; et, purifiés et enhardis à la fois, ils mettront en œuvre le processus conduisant au partage et à la justice. Ainsi les hommes assureront-ils la paix après laquelle ils languissent, et qui depuis si longtemps semblait leur échapper.

Agir à partir du cœur

Comme l’expliquera Maitreya, quand les hommes agissent à partir du cœur, ils agissent en accord avec le Plan qui, même s’ils n’en ont pas conscience, dirige la vie de tous. Quand ils prendront conscience de cela, les hommes abandonneront avec joie leurs égarements et leurs folies de naguère, et établiront entre eux les relations nouvelles et meilleures qui caractériseront cet âge à venir. Ainsi en sera-t-il. Ainsi les hommes découvriront-ils, pas à pas, le rôle qui les attend pour façonner la nouvelle civilisation.

Sous la conduite de Maitreya et de son groupe, qui conseilleront et guideront l’humanité, les plans et projets en attente passeront sans perte de temps du stade de l’ébauche à celui de la réalisation. En temps voulu, tout se transformera dans le sens du mieux. Une première esquisse de la nouvelle civilisation ne tardera pas à apparaître, inspirant aux hommes des changements encore plus audacieux. Ainsi en sera-t-il. Ainsi les Grands Etres, vos Frères aînés depuis des temps reculés, entreront-ils une fois encore dans la vie des hommes ; et ainsi les hommes eux-mêmes franchiront-ils la prochaine étape de leur chemin, un chemin qui, lentement et sûrement, les conduira jusqu’à leur Source.


FAITS ET PREVISIONS

Une ère nouvelle au Moyen-Orient

" Le Moyen-Orient oubliera le poids de sa douloureuse histoire, comme s’il ne s’était rien passé. Les bons rapports entre voisins, l’amitié, le respect grandiront. Le calme et la paix remplaceront la violence actuelle. " [Partage international, juin 1989]

" Les pays dont les troupes se trouvent sur un territoire étranger devront les rapatrier. Il en sera ainsi au Liban que les troupes syriennes quitteront. Ce processus s’appliquera également à d’autres nations, y compris les superpuissances. " [PI, juin 1989]

A la suite d’une décision marquante prise le 12 avril 2000, treize prisonniers libanais, kidnappés et détenus par Israël afin de servir de monnaie d’échange pour la libération d’un aviateur porté disparu, ont été relâchés. L’issue de la bataille légale qui aura duré neuf ans fait partie d’une série de décisions récentes qui laisse supposer que le système judiciaire israélien essaie de s’adapter à l’évolution en cours depuis les accords de paix d’Oslo de 1993. Certains prisonniers étaient détenus depuis quatorze ans, pratiquement sans contact avec l’extérieur, si ce n’est une interview de la télévision israélienne. Ils furent également privés de viande pendant les dix premières années, les Israéliens leur refusant l’abattage rituel.

Ce verdict contourne une décision précédente datant de 1997, selon laquelle cette détention était légale. Zivi Rish, l’avocat des détenus a déclaré : " Le président de la Haute Cour de Justice, Aaron Barak, a changé d’avis. En communiquant sa décision, il a déclaré courageusement qu’il n’avait cessé de repenser au verdict prononcé trois ans auparavant. Il a profondément réfléchi à cette erreur et il a maintenant le courage d’admettre qu’il a eu tort. " Z. Rish a ajouté : " Cela signifie que l’Etat d’Israël ne peut détenir d’otages, même pour une cause importante comme le retour de l’aviateur Ron Arad. Même si la fin est importante, elle ne peut justifier les moyens. "

Autre signe d’amélioration des relations au Moyen-Orient, les autorités israéliennes ont autorisé Mohammed Abou Abbas, pirate du navire Achille Lauro, à retourner à Gaza en avril dernier. Il a déclaré : " Théoriquement, n’importe quel pays au monde pourrait m’arrêter. Mais tout est politique. Si quelque chose m’arrive, cela n’arrangera pas les choses ; cela retardera le processus de paix. Nous sommes des combattants, mais nous disons oui à la paix […], je veux voir si je peux traverser le territoire israélien avec ma voiture pour me rendre en Cisjordanie, c’est-à-dire sur notre terre. Les rabbins israéliens pourraient demander à la justice de m’arrêter, mais les Israéliens refuseront de le faire. Nous sommes maintenant dans une ère nouvelle. Nous-mêmes oublions ce qui s’est passé avant Oslo et ils doivent faire de même. "

Depuis 1998, aucun civil israélien n’est décédé des suites d’une attaque terroriste palestinienne, et les responsables israéliens de la sécurité reconnaissent que ce succès est à porter au crédit de la coopération avec leurs homologues palestiniens.

[Source : The Guardian, G.-B.]

Une avancée de la thérapie génique

" Les chercheurs découvriront l’information génétique qu’il est nécessaire de donner à un organe pour lui permettre de se régénérer, parfois en quelques heures. Cette technique sera utilisée d’ici quelques années. " [Partage international, septembre 1989]

Après des années d’études consacrées à la thérapie génique, très prometteuses puis assez décevantes, les chercheurs français ont fait part du premier succès incontestable obtenu dans le traitement par la thérapie génique. Bien que la méthode utilisée ne soit peut-être pas applicable à d’autres maladies, cette thérapie s’est montrée efficace pour trois bébés souffrant d’un désordre génétique connu sous le nom de SCID (sévère déficience immunitaire combinée XI), un état qui oblige le malade à vivre dans une bulle stérile. Au bout de trois mois de traitement, les bébés vivaient chez eux comme n’importe quel autre enfant. Au bout de dix mois, leur système immunitaire était normal.

Tel qu’il est décrit dans la revue Science, le procédé consiste à prélever de la moelle osseuse du malade, d’où l’on extrait des cellules souches, dans lesquelles on introduit un virus contenant un gène de remplacement, ce virus aidant à transporter le gène dans les cellules. Les cellules contenant le gène sain sont alors transplantées à nouveau chez le patient, et les gènes correcteurs se multiplient, éliminant ainsi le gène défectueux. SCID réagit particulièrement bien à la thérapie génique et le succès obtenu avec ces patients ne mènera pas nécessairement au traitement d’autres maladies. Mais un membre de l’équipe de médecins qui avait essayé d’utiliser pour la première fois la thérapie génique en 1990 a déclaré : " Si l’on ne parvient pas à corriger SCID, on ne pourra corriger rien d’autre. " Maintenant, ce premier pas est franchi. [Source : New York Times, Etats-Unis.]

Une nouvelle méthode de clonage

Des scientifiques ont cloné six veaux, utilisant une nouvelle technique qui ouvre la possibilité d’une ère nouvelle dans la médecine régénératrice, qui devrait permettre de remplacer quasiment n’importe quelle partie du corps. Près de quatre ans après que des scientifiques aient cloné une brebis appelée Dolly, qui a vieilli prématurément, les dernières expériences ont permis à des veaux clonés de commencer leur vie plus jeunes biologiquement que les cellules âgées dont ils sont issus. Au niveau cellulaire, les veaux ont toutes les caractéristiques de la jeunesse, même s’ils ont été obtenus à partir de cellules vieillies, délibérément poussées au seuil de la mort.

" Ces animaux ont des cellules qui apparaissent plus jeunes que leur âge chronologique ", a déclaré le Dr Robert Lanza de l’Institut de technologie cellulaire avancée, une firme de biotechnologie américaine qui a sponsorisé ces recherches. " Ceci pourrait avoir d’importants résultats dans le traitement des maladies humaines. " Le but ultime en ce qui concerne les humains est de façonner des parties de remplacement à partir des propres cellules rajeunies d’un patient, ce qui permettrait de dépasser le problème du manque d’organes et du rejet de transplantation, tout en s’assurant que les greffes durent assez longtemps pour que le procédé soit valable. Mais de nombreux obstacles scientifiques et techniques demeurent avant qu’une telle stratégie puisse être envisagée dans le traitement des malades.

[Source : San Francisco Chronicle, Etats-Unis.]

L’illusion du temps

" Déjà, comme le montrent certains signes, les hommes commencent à comprendre que leur manière d’aborder le temps est inadéquate, et d’ici peu ce fait connaîtra une plus large reconnaissance intellectuelle. " [Le Maître de Benjamin Creme, Partage international, juil. 1997]

" Le temps n’existe pas réellement. C’est une illusion… Le temps et l’espace ne sont que des expériences du mental… Il n’existe qu’un seul temps, l’instant, dans lequel prennent place le passé comme nous l’appelons, le présent tel que nous le connaissons, et le futur que nous attendons. " [Benjamin Creme, Partage international, juil. 1997]

Le temps est une illusion gênante, déclare le chercheur britannique Julian Barbour, dans un récent ouvrage, The End of Time (la Fin du temps). Il affirme que le temps n’existe pas en tant que réalité indépendante mais qu’il est le résultat des changements se produisant dans le monde physique, changements dans la forme de la réalité abstraite, multidimensionnelle, dans laquelle nous
vivons.

La raison pour laquelle la majeure partie de l’humanité (y compris la plupart des physiciens) est convaincue de l’existence du temps, c’est le fait que nous ayons " un sol solide sous les pieds ". Notre réalité ayant pour toile de fond notre univers matériel, solide et dense, nous avons tendance à considérer toute chose en termes de coordonnées fixes. Et dès lors, nous sommes obligés d’ajouter une dimension supplémentaire, le temps, pour pouvoir décrire les changements.

Le temps apparaît lorsque nous étudions la distance séparant deux ensembles de circonstances dans l’univers. Chaque tic-tac de nos montres, et même tous les tic-tac potentiels possibles de toutes les montres et de toutes les pendules, existent déjà. C’est seulement parce que les instants sont nettement délimités en sections égales que le tic-tac est régulier.

J. Barbour pense avoir trouvé les réponses aux questions soulevées par la théorie quantique d’après laquelle, par exemple, des segments très éloignés les uns des autres semblent communiquer de manière instantanée, des particules peuvent se trouver simultanément dans des endroits différents, et tout n’est que coïncidence. Ces énigmes, explique J. Barbour, découlent de notre conception erronée du temps et de l’espace. Vues d’une perspective où le temps n’existerait pas, ces questions agaçantes disparaissent pratiquement étant donné qu’alors toutes les possibilités coexistent.

[Sources : De Volkskrant, Pays-Bas ; The End of the Time, Weidenfeld & Nicolson. ISBN 0297819852]


QUESTIONS - REPONSES

Q. Maitreya est-il apparu à nouveau devant des groupes ?

R. Liste des apparitions publiques connues de Maitreya

Q. En mai 2000, un alignement astronomique exceptionnel de sept planètes s’est produit. Cela a-t-il une relation directe avec l’émergence de Maitreya ?

R. Non.

Q. Maitreya affirme que la séparation est le plus grand et le plus urgent des problèmes auxquels l’humanité se trouve confrontée. Qu’entend-il exactement par séparation ?

R. Pour les Maîtres, la notion de séparation est la grande illusion, la grande hérésie, et, par conséquent, la source de tous nos problèmes et de tous nos ennuis.

Nous sommes des âmes en incarnation. Il n’existe rien de tel qu’une âme séparée ; chaque âme est une unité individualisée d’une grande Sur-âme. Le sentiment d’être séparé des autres nous permet de construire des institutions sociales, politiques et économiques tout à fait injustes, et ceci perpétue le mythe de la séparation et de la dysharmonie, qui mène à la guerre. Donc, pour préserver notre avenir, nous devons nous attaquer à cette illusion fondamentale et créer de justes relations humaines.

Q. Pourriez-vous indiquer les événements qui mèneront à la première interview de Maitreya sur une chaîne télévisée ?

R. Le début d’un krach boursier mondial.



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL

| RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.