DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

JANVIER/FEVRIER 2002 - EXTRAITS



Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.
La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.


Sommaire (en rouge = sélection du mois)

Le chaînon manquant - par le Maître -- , un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles. 

Trouver l’âme du XXIe siècle - allocution de Bill Clinton

La recherche de la sécurité - par McNair Ezzard

FAITS ET PREVISIONS - La crise en Argentine - par Carmen Font

Faire progresser la sécurité humaine - par Dick Bell et Michaël Renner

Le Dalaï Lama au Parlement européen

Grandir auprès de swami Premananda - interview de Bala Murugan - par Jacques van den Berg

Reportage sur l’eau  de Nordenau

L’avertissement de 100 prix Nobel

La concurrence ou l’art de tourner en rond - par Donella H. Meadows

TENDANCES - Suppressions de missiles - Le commerce, chemin de la paix ?

DOSSIER PHOTOS - Signes : bénédictions et cercles de lumière

PRIORITES DE MAITREYA - Rapport 2002 sur l’état du monde

SIGNES DES TEMPS - Superbe ensemble de cercles dans un champ de blé anglais

Les ENSEIGNEMENTS DE  MAITREYA - Cause et effet

Réflexions face à la peur - par Wendell Berry

Trafic humain : une industrie en pleine croissance

Courrier des lecteurs - Voir, c’est croire ; Voir pour croire

Questions-Reponses - par Benjamin Creme


Conférences de Benjamin Creme


Les Fêtes de printemps

De nombreux groupes de transmission célébreront les trois fêtes du printemps en organisant des Transmissions de douze ou vingt-quatre heures. Au moment des pleines lunes du printemps, les énergies spirituelles sont au summum de leur puissance, en raison de l’alignement Terre-Lune-Soleil et du pouvoir de ces anciennes fêtes, ce qui fournit une opportunité unique pour le service spirituel.

A Londres, cette année, les méditations de transmission se dérouleront les jours suivants (de 20  h à 20 h) : Pâques (Bélier) : les vendredi 29 et samedi 30 mars ; Wesak (Taureau) : les vendredi 26 et samedi 27 avril ; Fête du Christ (Gémeaux) : les vendredi 24 et samedi 25 mai.

Maitreya donnera une bénédiction à 15 h, heure de l’endroit où vous vous trouvez, les dimanches 31 mars, 28 avril et 26 mai.


Le chaînon manquant

 par le Maître --, à travers Benjamin Creme

A petits pas, l’humanité s’approche du moment où elle sera prête à prendre sa décision. Malmenés par les événements, les gouvernements sont contraints à se mettre en quête de solutions inédites. De plus en plus, ils prêtent l’oreille à des idées neuves, et s’ouvrent aux conseils de ceux qui sont en faveur d’une tout autre orientation. La forme-pensée de la nouvelle voie que doit prendre l’humanité dans ses pensées et ses  actes gagne peu à peu du terrain. Ainsi, en dépit du chaos ambiant, l’avenir se présente sous des auspices favorables.

Les nations s’aperçoivent que les méthodes d’autrefois restent sans effet, que les anciens mécanismes ne marchent plus, que des crises successives bloquent toute avancée, tandis que la condition des pauvres ne cesse d’empirer, et leur mécontentement de prendre de l’ampleur.

La nécessité de partager

Lentement mais sûrement, la nécessité de partager commence à se frayer un chemin dans les esprits. Bientôt, cette idée s’imprimera fortement dans la conscience de la race humaine, et au fil du temps elle s’imposera comme le « chaînon manquant » dans la pensée des hommes.

Bien sûr, dans un premier temps, tous les hommes ne percevront pas la nécessité d’apporter une réponse si radicale à leurs difficultés. Le vieil instinct de compétition a la vie dure. Avec le temps toutefois, le simple bon sens du partage, les avantages de la coopération, et le nouveau sentiment de bien-être qui découlera des actions justes emporteront l’adhésion de tous ou presque. Une nouvelle ère de lumière se manifestera ainsi dans le monde.

Des vérités fondamentales

A la lueur de cette révélation, l’homme prendra peu à peu conscience de certaines vérités fondamentales de son existence et de son Etre. Il saura, de manière palpable, qu’il fait partie d’une grande fraternité où l’on vit, souffre et meurt ensemble, comme un seul être ; que les divisions et les différences, auxquelles tant de gens donnent tant d’importance, et qui ont causé tant de souffrances, ne sont que des faux-semblants ; que derrière toutes les apparences extérieures se tient l’Homme immortel qui poursuit, à travers chaque être humain, son voyage vers la perfection, et vers la véritable expression de sa divinité.

Le monde commence à s’éveiller à la vérité de l’existence : l’homme est divin, et il exprime extérieurement sa vraie nature, qui est celle de l’âme. A travers toutes les vicissitudes, son âme l’a protégé et lui a montré la voie. Jamais l’âme n’a été absente de la vie, avec ses peines et ses joies, ses plus hautes réalisations et ses efforts les plus rebutants. L’homme et l’âme sont uns.

Telle est la vérité qui n’attend que d’être découverte. L’âme n’attend que de voir poindre cette révélation.

L’homme est à la fin de son apprentissage de la vie. L’âme, désormais, le guide sur un sentier plus élevé et plus clair.


FAITS & PREVISIONS 

La crise en Argentine: le pouvoir du peuple se fait sentir

par Carmen Font

« L’« aura » de la démocratie va commencer à se développer dans toute l’Amérique latine. » [Maitreya, PI, novembre 1988]

« La conscience se développe maintenant chez les êtres humains dans le monde entier, si bien qu’ils n’accepteront plus d’être dominés par d’autres, alors que leur destin est d’être libres. Partout, les gouvernements devront écouter le peuple ». [Maitreya, Partage international septembre 1988]

Dans la nuit du 20 décembre 2001, les Argentins sont descendus dans la rue, afin de protester contre la manière dont les politiciens géraient la profonde récession économique qui accable le pays depuis plusieurs années. Depuis les années 1950, c’est la première fois que les citoyens, armés de casseroles (avec cette cacerolada, ou sérénade des casseroles, le peuple montre qu’il a faim), forçant un ministre des Finances, Domingo Cavallo, et un président, Fernando de la Rúa, à démissionner.

Les manifestations ont débuté à Buenos Aires, alors que des gens se penchaient à leurs fenêtres et faisaient s’entrechoquer des casseroles. Le son s’est répercuté dans le voisinage, et les premiers groupes se sont formés aux coins des rues. Ces rassemblements spontanés se sont rapidement multipliés, un appel à tous ayant été lancé sur les ondes et sur Internet : « Rendez-vous tous chez Cavallo ! » En moins d’une heure, des milliers de citoyens s’étaient assemblés devant la résidence de D. Cavallo. Mais la foule a également congestionné d’autres quartiers de Buenos Aires, exprimant les mêmes protestations, et des supermarchés ont été pillés dans un geste de désespoir.
La nuit même, D. Cavallo s’est trouvé forcé de démissionner, suivi le lendemain par le président de la Rúa (du parti radical). Ensuite, la mobilisation sociale a fait se succéder cinq présidents en l’espace d’une quinzaine de jours. Le message des casseroles était clair : « Nous ne voulons pas que les politiciens réduisent nos salaires », comme l’exprimait un Argentin sur Internet en appelant ses concitoyens à protester. « Nous voulons que les administrations nationales,provin-ciales et locales soient réduites de 50 %. Nous ne voulons plus de politiciens avides de pouvoir, qui se préoccupent plus de gagner les élections que de résoudre des problèmes qu’ils ont eux-mêmes créés. Nous voulons que ces politiciens sachent que nous n’accepterons plus leur irresponsabilité plus longtemps. » Des messages de cette sorte ont débordé le secteur politique, pour incriminer les pouvoirs judiciaires et les grosses entreprises.

L’inquiétude de la population n’était pas sans fondement, puisque le système économique et financier de l’Argentine était sur le point de s’effondrer. Les mesures prises par D. Cavallo avaient conduit au blocage de l’épargne des classes moyennes et inférieures. La réserve de 25,6 milliards de dollars qui, en janvier 2001, soutenait la convertibilité du peso en dollar, était réduite à 14,6 milliards fin décembre. Onze milliards de dollars avaient ainsi disparu. Avant d’en arriver là, les grandes entreprises argentines avaient retiré la plupart de leurs dépôts. Ce qui amena D. Cavallo à interdire aux citoyens de retirer plus de 250 pesos (soit 250 dollars) par semaine à leur banque. Selon le journaliste argentin Joaquin Morales : « Les Américains, au cours de la dépression des années 1930, ont perdu 20 % de leurs dépôts sur une période de deux ou trois ans. Nous, les Argentins, avons perdu 24 % en six mois.

Cette crise a connu des répercussions dans toutes les couches de la société,  et s’est traduite par la réduction des offres d’emploi, des salaires et des retraites, et de nom-breuses familles ont manqué de nourriture. Le chômage a triplé entre 1991 et 1995, avec un taux actuel de 20 %, l’Argentine ayant
37 millions d’habitants. Un Argentin sur trois est sans travail. Plus de cinq millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté. Selon le rapport du Pnud (Programme des Nations unies pour le développement) sur la démocratie en Argentine, l’appauvrissement de la société argentine s’est fortement accrue au cours des quatre dernières années. La dette extérieure est à la base des nombreux problèmes économi-ques de ce pays : l’Argentine doit 132 milliards de dollars au FMI. Le nouveau gouvernement péroniste d’Eduardo Duhalte a ordonné l’interruption des remboursements pour pouvoir financer d’urgence un ensemble de réformes économiques destinées à éviter l’effondrement du pays. E. Duhalte
a déclaré que l’Argentine était dans l’incapacité de rembourser sa dette extérieure, et qu’elle interrompait donc ses règlements.

Le gouvernement argentin avait appliqué des mesures d’austérité draconiennes ces derniers mois, mais sans atteindre le déficit zéro exigé par le FMI. En décembre,
le FMI avait alors suspendu le versement d’un crédit de 1,3 milliard de dollars. Selon l’agence internationale de notation Fitch, la défaillance de l’Argentine est la plus im-portante jamais enregistrée pour un pays débiteur. Le nouveau gouvernement a dévalué le peso (maintenu à parité avec le dollar américain depuis dix ans ) de 28,5 %, dans l’espoir d’accroître les exportations et de réduire l’inflation.

La société argentine, qui vit dans un pays doté d’abondantes richesses naturelles, envisage les nouveaux développements avec un mélange d’espoir et de scepticisme, guettant avec intérêt les nouvelles mobilisations sociales, pour éviter que son avenir ne glisse entre des mains étrangères ou corrompues. De l’avis d’un dignitaire de l’Eglise catholique d’Argentine : « Eduardo Duhalde a débuté son mandat du bon pied, parce qu’il a modifié l’orientation de la politique économique. Il favorise la production et l’emploi au niveau national, au lieu de continuer à opter pour une politique d’ou-verture aveugle et d’ajustements permanents, qui signifie souvent un transfert des ressources du peuple vers l’Etat, et même vers l’étranger. »

[Sources : Clarín, La Nación, Argentine]

Le déclin économique se poursuit au Japon et aux Etats-Unis

« Lorsque cette nouvelle énergie touchera le marché boursier, les forces de l’avidité commenceront à refluer. Les personnes qui consacrent une large part de leur vie à entretenir le système et à en tirer profit, verront disparaître leur intérêt pour ce système et tout ce qu’il représente. Lorsque l’énergie qui maintient ce système s’épuisera, la Bourse commencera à s’effondrer. » [PI, mars 1990]

Les deux plus grandes économies mondiales, les Etats-Unis et le Japon, sont toujours dans la tourmente. Bien que certains économistes annoncent les signes d’un rétablissement de l’économie américaine, le président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, a déclaré que « des risques majeurs persistent à court terme ». Tout comme en l’an 2000, les trois principaux indices boursiers américains ont terminé l’année en baisse – cette double baisse consécutive est la première depuis la crise de 1973-1974. Après avoir concédé 39 % en 2000, l’indice Nasdaq des valeurs technologiques a de nouveau perdu 21 % en 2001. L’indice Standard & Poor 500, qui avait chuté de 10 % en 2000, a encore reculé de 13 % en 2001. L’indice Dow Jones, qui accusait une perte de 6 % en 2000, a éga-lement subi un retrait de 7 % l’an dernier.
Les pertes d’emplois en 2001 sont les plus importantes depuis neuf ans, en partie du fait des événements du 11 septembre – jugés responsables de la disparition de 1,6 millions d’emplois en 2001.

Au Japon, la fin de l’année n’a pas apporté de répit à la détérioration de l’économie. En fait, le pessimisme se reflète sur divers fronts. Plusieurs indicateurs clés de la bourse de Tokyo ont connu un déclin brutal, l’indice Nikkéi terminant l’année à 10 543 points, rejoingnant ainsi son niveau de 1983.

Le taux de chômage a atteint le record de 5,4 % l’an passé. La baisse des revenus se poursuit. Le moral des entreprises reste bas. Les faillites et les dépôts de bilan augmen-tent. Face à ces difficultés et aux problèmes récurrents des systèmes bancaires, les trois principales agences de cotation ont diminué la note du pays. Le Japon est au coude à coude avec l’Italie dans le classement des plus mauvais débiteurs parmi les principaux pays industrialisés. La dette publique du Japon atteint 140 % du produit intérieur brut.

La confiance des consommateurs est au plus bas. Les sondages montrent que 72 % d’entre eux craignent une perte d’emploi pour eux ou un autre membre de leur famille au cours de l’année à venir. Et pour 67 % d’entre eux, la situation économique devrait continuer à se détériorer. La récession et l’insécurité économique ont amené les Japonais à réduire sensiblement leurs dépenses et leurs emprunts, malgré la faiblesse des taux d’intérêt.

[ Source : The Japan Times, Japon]

La chute de la Bourse japonaise

En commentant la crise financière de plus en plus aiguë qui sévit au Japon, Yoshifumi Nishikawa, président de la Sumitomo Mitsui Banking Corporation, a fait la déclaration suivante : « Les banques ont perdu pratiquement toute la  richesse qu’elles avaient amassée au cours des cinquante cinq années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. L’accroissement des créances douteuses et la chute vertigineuse des cours boursiers nous ont conduits à une situation très grave. »

[Source : The Nihon Keizai, Japon]

Chute des principaux indices boursiers en 2001

Les opérateurs financiers considèrent que les performances des principaux marchés boursiers en 2001 ont été les plus médiocres depuis 25 ans :

-  Hang Seng (Hong Kong) : baisse de 24 %

- Nikkei (Japon) : baisse de 24 %

-  Straits Times (Singapour) : baisse de 15,75 %

- FTSE (Royaume-Uni) : baisse de 16 %

- Nasdaq (Etats-Unis) : baisse de 21 %

-  Dow Jones (Etats-Unis) : baisse de 7 %

- Standard & Poor (Etats-Unis) : baisse de 13 %.


SIGNES DES TEMPS

Superbe ensemble de cercles dans un champ de blé anglais

Une formation géométrique, la plus magnifique, la plus complexe et la plus grande jamais vue, est apparue dans un champ de blé à Milk Hill, Alton Barnes, dans le Wiltshire, en Angleterre. Le dessin traditionnel, complexe et d’une géométrie parfaite, comprenait six branches de spirales, chacune rejoignant la suivante, et composées de treize cercles gradués, bordés à l’intérieur et à l’extérieur par trois autres cercles gradués plus petits. En tout, plus de 400 cercles de différentes tailles formaient ce vaste joyau de 240 m de diamètre.  

Cette formation a été admirée aussi bien par des experts en la matière que par des profanes. Une personne, reconnue pour avoir tenté d’imiter des formations, a calculé qu’étant donné le nombre des cercles, dont les plus grands atteignent 22 m de diamètre, un mystificateur aurait dû créer un cercle toutes les trente secondes pour obtenir cette formation apparue en une nuit.

[Sources : Daily Mail, G.-B. ; Photo site web : <home.clara.net/lucypringle>]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agit d’un dessin original créé par un vaisseau spatial venu de Mars.]

Crop circle de Milk Hill : résultat des analyses

Les analyses scientifiques des échantillons de sol et de végétaux prélevés au sein des formations apparues dans des champs de céréales ont pour objet de déterminer si ces formations sont « authentiques » (c’est-à-dire réalisées par des moyens inconnus) ou s’il s’agit de canulars montés par des êtres humains. L’essentiel de ce travail d’analyse est effectué par le docteur W. C. Levengood, biophysicien du Michigan.

Le docteur Levengood a travaillé sur des échantillons de tiges de céréales provenant du crop circle de Milk Hill, une gigantesque  formation de 240 mètres de diamètre, constituée de six branches et de plus de 400 cercles, découverte en Angleterre, en août dernier (voir photo). Selon ses observations, les excroissances nodulaires de ces tiges sont allongées et présentent des cavités d’expulsion, sortes de petits éclatements, au sein des nodules. De telles cavités ont été mises en évidence sur des tiges provenant d’autres formations, au cours des dernières années. Le docteur Levengood pense que le liquide cellulaire est chauffé par une mystérieuse énergie micro-onde, ce qui courbe les tiges, prouvant ainsi que ces formations n’ont pas été créées par quelqu’un qui se contenterait d’aplatir les tiges.

Le docteur W. C. Levengood a également remarqué que les échantillons de grains de blé provenant de la formation de Milk Hill présentaient une taille sensiblement réduite par rapport aux échantillons témoins, prélevés en dehors de la formation. Cependant, lorsque ces grains furent mis en germination, en laboratoire, suivant un protocole scientifique, ils présentèrent un taux de croissance de 111 % par rapport aux échantillons témoins. Le docteur Levengood a ainsi démontré que les petits éclatements dus à l’action des micro-ondes pouvaient favoriser la croissance des végétaux. En examinant les échantillons de sol prélevés à l’intérieur de la formation, il a également mis en évidence un taux plus élevé de matériau magnétique que dans les échantillons témoins. Il a également trouvé des concentrations inhabituelles de fer magnétique dans d’autres formations en Israël et en Europe, aussi bien qu’aux Etats-Unis.

[Sources : Eathfiles.com ;Unknowncoun-try.com]

Un ovni au Surinam

Des douzaines de personnes ont rapporté avoir vu un ovni à proximité de la capitale
du Surinam (Amérique du Sud), en octobre dernier. La police, l’armée et les contrôleurs aériens ont affirmé avoir enregistré des récits concernant un objet blanc lumineux qui s’est déplacé dans le ciel de long en large, à grande vitesse, pendant deux heures.
Il y eut également des témoignages dans les banlieues sud de la ville, et plusieurs chaînes de télévision ont diffusé des vidéos d’ovnis.

Tony Comvalius, un officier de l’Air Force qui a vu l’ovni, a affirmé qu’aucun avion ne se trouvait dans les parages à ce moment-là, et a confirmé, de même que le service météorologique, qu’aucun ballon météo n’était en cause. « J’ignore ce dont il s’agissait, a-t-il déclaré, mais sans aucun doute possible ce n’était pas un objet volant que je connaisse. »

[Source : Associated Press]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que cet objet était un vaisseau spatial venant de Mars.]

Des apparitions d’ovnis en Norvège

A la fin du mois de septembre 2001, la police norvégienne s’est trouvée inondée de rapports à propos d’ovnis. Des lumières et des vaisseaux de tailles différentes ont été aperçus dans tout le Nord du pays. Une femme originaire de la ville de Bodo a affirmé qu’un petit objet volant a atterri sur sa pelouse avant de redécoller et de s’envoler au loin. A Mosjoenr, trois personnes ont raconté s’être cachées pour se protéger, à la vue d’un objet tournoyant, qui les survolait à basse altitude. Le chef de la police de Helgeland, Roar Togersen, a affirmé qu’il ne doutait pas que chacun des témoins avait vu quelque chose : « Une fois encore plusieurs témoins ont observé le même phénomène, au même moment », déclare-t-il. D’autres ont rapporté avoir vu de petits ballons très lumineux produisant un sifflement, ainsi que des objets plus grands et silencieux.

[Source : Aftenposten <Ananova.com>, Norvège]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les objets aperçus étaient des vaisseaux martiens.]

Jésus sauveur

Il est maintenant établi, à la suite de la procédure habituelle du Vatican, que mère Teresa fut à l’origine de la guérison d’une Indienne âgée de trente ans en 1998. Cette femme fut guérie d’une grave tuberculose et d’une importante tumeur un an après la mort de mère Teresa, selon le porte-parole de la Commission de béatification et de canonisation du Vatican, dont la déclaration fut rapportée dans l’hebdomadaire catholique Famiglia Cristiana.

Le 5 septembre 1998 (exactement un an après la mort de la religieuse) des sœurs infirmières appartenant au même ordre que mère Teresa posèrent un médaillon sur la poitrine de la malade (un médaillon qui avait été en contact avec le corps de mère Teresa). Le soir même la femme fut guérie. Les médecins ont indiqué que ni la tumeur ni la tuberculose n’ont réapparu.

Tous les cas de miracles éventuels doivent être soumis à une enquête et à l’approbation de la Commission de béatification avant qu’un candidat puisse être béatifié. La première phase de l’enquête concernant mère Teresa, prix Nobel de la Paix, est maintenant achevée (un rapport de 35 000 pages). Si les responsables du Vatican se déclarent satisfaits par la suite de la procédure, mère Teresa pourrait finalement être canonisée.

[Source : De Telegraaf, Pays-Bas]

[Le Maître de B. Creme a indiqué que l’Indienne a été guérie par le Maître Jésus.]

Une Vierge miraculeuse en Grèce

Une icône de la Vierge, dans l’église de Saint Nectarious, à Kipoupoli, une banlieue d’Athènes, en Grèce, a commencé à saigner le vendredi 16 mars 2001. La nouvelle s’est rapidement répandue et le père Chrisostomos Bakomitros a passé la plus grande partie du week-end au téléphone, afin de répondre aux nombreuses personnes demandant quelle direction prendre pour se rendre jusqu’à l’église encore inachevée. Pendant une semaine, plus de 10 000 visiteurs sont venus de toute la Grèce afin de voir la blessure sur le cou de l’icône.

Juste avant le début d’une messe de Carême, un vendredi soir, quelques paroissiens avaient observé des taches rouges sur le coffret de verre entourant l’icône. Le père Chrisostomos vit que celles-ci provenaient de l’icône elle-même. Le mot « miracle » s’est répandu dans la petite église et depuis elle est devenue un lieu de ferveur religieuse.

[Source : Eleftherotypia, Grèce]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les taches rouges ont été manifestées par le Maître Jésus.]


Benjamin Creme, lisant les questions de l’assistance, lors de la pause, après la conférence de Munich (Allemagne), en octobre 2001. Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que cette photographie montrait l’adombrement de M. Creme par Maitreya (voir également la photographie prise à Amsterdam, en septembre 2001, parue dans notre numéro de décembre).


QUESTIONS - REPONSES

Q. Maitreya est-il apparu à nouveau devant des groupes ?

R. Le dimanche 25 novembre 2001, Maitreya est apparu à un groupe de 150 chrétiens, au Brésil. Il a parlé pendant 16 minutes et demi. Une source a été magnétisée auparavant dans les environs.

La ville où Maitreya est apparu le  4 novembre, en Italie, est Pise.

 

Q. [1] Les talibans devraient-ils être autorisés à participer au nouveau gouvernement de coalition en Afghanistan ? [2] Existe-t-il des talibans réellement modérés ? [3] Le roi d’Afghanistan devrait-il retourner dans son pays pour prendre la tête du gouvernement ?

R. [1] Oui. Un gouvernement composé des nombreuses factions, souvent opposées, qui existent en Afghanistan, aura bien des difficultés à trouver un consensus, mais un gouvernement auquel ne participeraient pas les talibans les plus modérés ne serait pas vraiment représentatif et serait voué à l’échec. [2] Oui. [3] Si c’est ce que le peuple souhaite. Cependant nombreux sont ceux qui n’ont pas confiance en lui ni en son entourage.

 

Q. Si des terroristes établis dans d’autres pays décidaient de venger la défaite des talibans et d’Al-Qaida en Afghanistan en utilisant des gaz neurotoxiques ou des moyens biologiques tels que le gaz sarin ou le virus de la variole, la Hiérarchie interviendrait-elle pour contrecarrer cette action ?

R. Si cela devenait trop grave.

 

Q. [1] Les Nations unies devraient-elles avoir maintenant en Afghanistan des observateurs et des représentants pour veiller au maintien de la paix et se charger de l’aide humanitaire et des problèmes des réfugiés ? Devraient-elles jouer un autre rôle ? [2] Si oui, quelle serait la manière la plus utile pour l’Onu d’agir sur place ?

R. [1] Oui. [2] Maintenir la paix et veiller à une distribution équitable de la nourriture.

 

Q. Il existe une vidéo circulant dans les médias, soit disant réalisée un peu après le 11 septembre et montrant Oussama Ben Laden en train de parler de l’attentat. Le gouvernement américain affirme que cette bande montre l’implication directe de Ben Laden dans l’attentat. Ceci ne peut être vrai puisque votre Maître a déclaré que Ben Laden n’était pas directement responsable. J’ai également entendu des commentaires selon lesquels une partie du monde musulman serait persuadée qu’il s’agit d’un faux. Pourriez-vous nous donner votre point de vue sur l’ensemble de cette question, notamment en ce qui concerne l’authenticité de la traduction, l’interprétation qui en est faite, etc ?

R. La vidéo est authentique mais elle montre que Ben Laden n’est pas directement impliqué dans l’attentat. Il a jugé que c’était une bonne chose, une action remarquable, ce qui correspond aux informations que j’ai données précédemment. En fait, la vidéo montre clairement que Ben Laden a été mis au courant de l’attentat seulement cinq jours avant le 11 septembre. Le gouvernement américain donne une mauvaise interprétation du témoignage contenu dans la vidéo afin de servir sa cause.

 

Q. [1] Selon le point de vue des Maîtres, le monde semble-t-il très différent sur le plan psychologique depuis le 11 septembre ? [2] Est-il paradoxalement devenu plus uni, moins sectaire, davantage disposé à partager et à voir la justice s’instaurer réellement ?

R. [1] Oui. [2] Oui, dans une certaine mesure.

 

Q. La Hiérarchie continue-t-elle à agir, par l’intermédiaire de ses disciples, pour essayer de favoriser un accord de paix entre Israël et la Palestine ?

R. Oui.

 

Q. A mon avis, Ariel Sharon est un homme néfaste dont la présence, les actes et l’attitude ont provoqué une montée de la tension et de la violence au Moyen Orient. Est-il influencé par des forces négatives ?

R. C’est un homme dur et fanatique.

 

Q. Il semble qu’il existe une tentative délibérée d’humilier et d’écarter Yasser Arafat. Une telle attitude n’a-t-elle pas pour conséquence d’enflammer encore davantage le monde arabe ?

R. Oui, bien sûr. Ariel Sharon s’efforce par tous les moyens de donner de Yasser Arafat l’image de l’instigateur de toute l’activité terroriste des groupes palestiniens. Il sait que ce n’est pas le cas, mais il fait le maximum pour l’humilier et l’écarter. Il le considère comme faible, inefficace et dépourvu d’autorité, et par conséquent comme quelqu’un avec qui on ne peut négocier. Ariel Sharon est un fanatique qui assimile tous les Palestiniens aux groupes terroristes qui tuent des Israéliens parce qu’ils veulent s’emparer de la terre d’Israël.

 

Q. Pourriez-vous demander à votre Maître quelles seront les dimensions futures de la Palestine ? Existe-t-il, d’un point de vue géographique, une taille et une forme « prédéterminée » dans la vision de la Hiérarchie ; inclura-t-elle certaines villes, certains endroits stratégiques ou ayant une importance dans le domaine religieux ? Est-il prévu un accès à la côte et aux principales
ressources en eau ?

R. Rien n’est prédéterminé. Maitreya avait demandé au défunt  roi Hussein de Jordanie de renoncer à la souveraineté sur la Cisjordanie, qui se trouvait alors aux mains des Israéliens depuis la guerre des Six jours, afin de procurer, en y ajoutant la bande de Gaza, une patrie aux Palestiniens.

 

Q. Quel genre d’accord pourrait être mis en place, à votre avis, dans le but de satisfaire aux différentes revendications religieuses concernant Jérusalem et d’autres sites particuliers ?

R. Jérusalem devrait avoir le statut symbolique de ville principale pour toutes les communautés. Il appartiendra à Maitreya de suggérer un système équitable.

 

Q. Maitreya participe-t-il à la reconstruction du Temple de Jérusalem ?

R. Non.

 

Q. Combien de temps faudra-t-il, selon votre Maître, pour que la Palestine soit réellement reconnue en tant que nation, et accueillie de plein droit au sein de la communauté des nations ?

R. Cela pourrait prendre quatre ans.

 

Q. [1] En temps de crise, comme c’est le cas actuellement (attentat terroriste, riposte des Etats-Unis, etc.), le Seigneur du Monde, Sanat Kumara, est-il plus engagé dans les affaires humaines ? Par exemple « discute-t-il » des diverses implications, « rencontre-t-il » les Seigneurs du Karma, ou l’Instructeur mondial ? [2] De grands êtres comme l’Avatar de synthèse et l’Esprit de paix sont-ils affectés  par les événements mondiaux ? [3] Une crise au sein de l’humanité a-t-elle un impact sur ces grandes vies ?

R. [1] Oui. [2] Non. [3] Non.

 

Q. Le récent crash d’avion survenu à Queens, dans la ville de New York, est-il dû au karma occasionné par le bombardement de l’Afghanistan ? Je me souviens que Maitreya a déclaré il y a quelques années, par l’intermédiaire d’un proche collaborateur, que lorsque la technologie est utilisée à des fins destructrices, comme par exemple l’usage de lasers contre des avions, il se produit ensuite des accidents d’avions dus à des défaillances techniques inexplicables. Lors du récent crash, il semblerait que le stabilisateur de l’avion se soit détaché en plein vol.

R. Dans ce cas il n’existe aucun lien karmique. Le stabilisateur s’est détaché en raison de conditions atmosphériques anormales.



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL

| RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.