DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

Extraits de la revue Partage international
Juillet/août 2003




Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.
La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire (en rouge = sélection du mois)

Agir en faveur de la paix - par le Maître --, un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles.

L’unilatéralisme détruira-t-il l’Onu ? par Boutros Boutros-Ghali

Les Nations unies vues de l’intérieur (1ère partie) - interview de Federico Mayor Zaragoza par Carmen Font

La planète d’asphalte : ou comment l’automobile et les plantations se disputent la terre par Lester R. Brown           

FAITS ET PREVISIONS - Trois économies européennes  en récession - Une voiture électrique pionnière - La fusion à froid                                     

Le Sommet pour un autre monde par Rose-Marie Calonego

SIGNES DES TEMPS - Une bénédiction dans la forêt - Miracles au Venezuela - La surprenante conduite d’un  éléphant - Des Bouddhas cambodgiens déterrés - Un portrait de Jésus verse des  larmes de sang - l’ange de Gorbals - Des graines d’aubergine forment e mot « Allah » - Des lettres gravées sur des graines de bananier - Une déesse miraculeuse 

DOSSIER - Les paires d’opposés par Benjamin Creme

LES PRIORITES DE MAITREYA

Un millieu sain pour les enfants - Guérir l’Afrique du Sud - Internet et les étudiants des pays en développement - D’anciennes maladies réactivées

ENSEIGNEMENTS  DE  MAITREYA - Le mental

Contre l’insécurité et le terrorisme : un nouveau plan Marshall ? par Dick Bell et Michael Renner

Irak : les femmes exclues  de la reconstruction politique - par Emma Bonino

TENDANCES - Le pouvoir du peuple à Chypre - Mines antipersonnel : engagements respectés - La Chine s’occupe des pauvres  - Paidoyer pour une politique juste

Courrier des lecteurs - Un cadeau d’anniversaire - Un visiteur bien informé - D’un même pas - Un moine au milieu de nulle part - Bénédiction - De l’aide à portée de main - Un visage chaleureux - Un mendiant à l’allure digne  

Questions-réponses par Benjamin Creme 


Agir en faveur de la paix

par le Maître --, à travers Benjamin Creme

Il arrive fréquemment qu’en agissant pour ce qu’ils considèrent comme le bien général, des pays causent de grands ravages à l’échelle mondiale. Si denses sont les brouillards du mirage qui entourent leurs actions, si illusoire leur manière de penser, que beaucoup de mal peut être fait, et beaucoup de douleur et de souffrance engendrées, pour ce qui semble être les meilleures raisons.

C’est le cas aujourd’hui. Sous prétexte de « vaincre le terrorisme », les Etats-Unis ont récemment envahi l’Afghanistan et l’Irak, causant la mort de milliers de civils et infligeant d’énormes dégâts à l’infrastructure de ces deux pays. Les taliban, fanatiques et rigides, mais, dans l’ensemble, non impliqués dans le terrorisme, ont été dispersés, mais ils sont maintenant en train de se regrouper et de s’entraîner à l’action terroriste. En Irak, Saddam Hussein n’est plus, mais un terrible héritage de privations et de souffrances, d’anarchie et de chaos, a succédé à son sinistre régime.

L’attention du gouvernement américain est désormais orientée vers la Syrie, l’Iran et la Corée du Nord ; ces pays ont été avertis qu’à moins de changer d’attitude, ils devront affronter la colère et la puissance des défenseurs de la « paix » et des champions de la « liberté ».

Les Américains plongent ainsi le monde dans une atmosphère de stress et de peur, laquelle est à l’origine d’épidémies et de catastrophes naturelles qui, à leur tour, ne font qu’augmenter la peur et le stress.

Une situation dangereuse

Que peut-on faire pour mettre un terme à cette situation dangereuse ? Comment les autres nations peuvent-elles freiner l’action des Etats-Unis ? Par quels moyens les gens ordinaires peuvent-ils faire pression ? Ce sont là de vastes questions auxquelles on ne peut apporter de réponses simples. Elles requièrent une sagesse exceptionnelle et une approche coordonnée.

Tout d’abord, le monde doit saisir la véritable nature du problème : les Etats-Unis sont aujourd’hui dirigés par des hommes réceptifs à une énergie néfaste qui gouverne leurs actions, mettant ainsi la paix en péril. Cette énergie stimule en eux le mirage d’un pouvoir d’envergure internationale, et menace la paix du monde. Elle a des avant-postes en Europe de l’Est, mais se focalise principalement en Israël. Bien que d’une puissance moindre, cette énergie destructrice dérive de celle qui a plongé le monde dans
le chaos de la guerre au cours du vingtième siècle, et dont les hommes se croyaient désormais à l’abri.

On voit donc combien il est nécessaire que règne la paix au Moyen-Orient, combien il est nécessaire que les Palestiniens bénéficient d’une véritable justice et d’un Etat viable. C’est le problème le plus important auquel les hommes sont confrontés aujourd’hui. Un échec dans ce domaine conduirait le monde au désastre.

Vaincre cette force maléfique

Il faudra toutes les ressources conjuguées de sagesse et de volonté de la Hiérarchie et des hommes pour venir finalement à bout de cette force maléfique. Il est donc impératif que les hommes saisissent clairement la véritable nature de la menace. Ils doivent s’organiser et agir à l’unisson. Ils doivent exiger la fin de l’oppression du peuple palestinien et mettre ainsi un terme à la peur qui hante le peuple d’Israël. Les Nations unies doivent peser de tout leur poids sur les Etats-Unis et Israël, résister à la superpuissance et agir en faveur de la paix. Les peuples du monde sont déjà en marche. Ils doivent faire entendre leur voix et réclamer la paix. L’avenir leur appartient et, pour construire cet avenir, la paix est indispensable.

Nous, les Maîtres, vos Frères aînés, nous jouerons notre rôle, mais notre action est entravée par votre manque de compréhension et de volonté. D’où cette mise au point.

Agissez sans crainte. Faites preuve de sagesse et de diligence et tout ira bien.


Les Nations unies vues de l'intérieur (première partie)

interview de Federico Mayor Zaragoza par Carmen Font

Federico Mayor Zaragoza  (né à Barcelone en 1934), biochimiste, s’est gagné l’estime de ses compatriotes et de la communauté internationale par un parcours tout entier consacré à la paix et au développement. Détenteur de plusieurs portefeuilles importants dans divers gouvernements de transition de l’après-franquisme (de la fin des années 1970 au début des années 1980), puis député européen. Il fut ensuite directeur général de l’Unesco (1987-1999), organisation à laquelle il insuffla un nouvel élan, notamment en mettant en place un programme de réflexion et d’action intitulé Culture de la Paix, dont la plate-forme fut adoptée en septembre 1999 par l’Assemblée générale des Nations unies. Refusant de se présenter à un troisième mandat, il créa  à Madrid la Fundación Cultura de Paz, dont il est président. Il expose les raisons de l’affaiblissement des institutions internationales.

Partage international : Vous vous êtes déclaré contre la guerre en Irak et, plus géné-ralement, contre tout conflit armé. L’un des principaux arguments avancés par l’Administration Bush en faveur de cette guerre était  que, tous les moyens diplomatiques ayant échoué, elle restait la seule solution pour instaurer la paix et la liberté. Comment convaincre des dirigeants que l’on peut parvenir à la paix par le dialogue et la négociation, quelle que soit l’importance des différends ?

Federico Mayor Zaragoza : Je voudrais dire aux Américains que nous avons aimé leur Pax Americana de 1945, et que nous détestons celle de 2003. Ce sont eux qui ont dit après la Seconde Guerre mondiale : « Il nous faut rechercher des lignes directrices à l’échelle mondiale, un cadre de référence démocratique, un cadre d’existence globale. »

Ils ont créé les Nations unies à San Francisco et c’est  le système de Bretton Woods qui donna naissance à la Banque mondiale, initialement appelée Banque pour la reconstruction et le développement – choses que nous avons presque totalement oubliées. L’Onu existe précisément parce que « nous, les peuples, sommes résolus à protéger nos enfants du fléau de la guerre... ». C’est quelque chose que nous devons applaudir, car les Américains ne se sont pas bornés à dire qu’ils avaient gagné la guerre, ils ont assumé les responsabilités qui découlaient de leur victoire.

Comment expliquer, alors, que les années passant, les Etats-Unis ont marginalisé l’Onu, l’ont utilisé à leur convenance ? Les Etats-Unis ne peuvent utiliser les Nations unies comme si c’était une agence humanitaire –  qui pourra, par exemple, prendre part à la reconstruction de l’Irak, mais une fois que l’Administration Bush aura signé de très lucratifs contrats avec des compagnies de reconstruction. L’Onu doit répondre clairement à une telle attitude : « Non, nous ne sommes pas une simple agence humanitaire, ou de reconstruction. Nous sommes ici pour donner des lignes directrices et agir, et nous condamnons le fait que vous n’ayez pas suivi le sentier que nous avions indiqué. »

PI. Comment le respect de l’Onu par toutes les nations doit-il se traduire ?

FMZ. A mon avis, nous avons besoin d’un certain nombre de valeurs morales, qui soient acceptées et respectées par tous, et ces valeurs se trouvent dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. N’oublions pas, non plus, que parmi ceux qui les ont le plus défendues, on trouve une citoyenne américaine, Eleanor Roosevelt. Elles existent pour tous.

J’ai protesté, par exemple, contre l’intervention au Kosovo avant même qu’elle ne soit déclenchée. Car c’était ouvrir une brèche dans un principe, et quand un principe n’est pas respecté, de nombreuses choses sont brisées, de nombreuses vies détruites, la confusion se répand, et beaucoup perdent ces lumières qui sont précisément nécessaires dans les temps obscurs. J’ai déclaré, en mars 1999 : « En tant que directeur général de l’Unesco, je condamne cette invasion. » Même si les motifs étaient justes, nous aurions dû passer par les canaux établis. Si les Etats-Unis, l’Otan et d’autres puissances européennes ne respectent pas ces principes, pourquoi la Russie devrait-elle le faire en Tchétchénie ou la Chine continentale vis-à-vis de Taiwan ?

Nous avons besoin d’un cadre de référence mondial pour établir des normes claires, avec un système de sanctions efficace. Nous avons besoin de renforcer les institutions internationales ; c’est pourquoi je participe à un projet dans le cadre de l’Université polytechnique de Catalogne, projet baptisé Ubuntu – mot traditionnel africain qui signifie humanité et partage – et qui vise à instaurer un système d’institutions internationales plus efficace, plus représentatif et plus démocratique.

PI. Quelle est la tâche principale de la Fundación Cultura de Paz ?

FMZ. C’est de mettre en pratique la déclaration et le plan d’action qui ont été approuvés à l’unanimité, en septembre 1999, par l’Onu. Je me suis aperçu, lorsque j’étais à l’Unesco, que nous étions soumis aux pressions qu’une minorité exerce sur la majorité. C’est la loi du plus fort. J’ai pensé qu’il était grand temps de dire qu’assez, c’est assez, car le prix en termes de vies humaines et de souffrance est si élevé qu’il nous faut tous, une fois pour toutes, travailler à mettre fin à la violence et à la contrainte. Nous devons proclamer que tous les êtres humains sont égaux, en dignité, en liberté – et, ainsi que le dit le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’homme, vivre « dans un esprit de fraternité ». Tout est là. C’est à la fois très simple et très compliqué.

Je ne peux plus accepter qu’une poignée de dirigeants continuent à utiliser la force au nom du peuple et de la démocratie, quand il est temps, à l’orée de ce nouveau siècle et de ce nouveau millénaire, de chercher par le dialogue des solutions concrètes aux grands problèmes.

PI. C’est cet esprit qui a présidé aux récentes manifestations contre la guerre, dans le monde entier.

FMZ. Exactement. Je crois que le 15 février 2003 a été un moment de grande espérance et peut-être même un tournant historique. Il est temps de dire à haute voix que nous voulons voir le peuple « entrer en scène ». Dans le passé, c’était le grand absent. Seuls comptaient quelques individus puissants, des leaders politiques ou religieux, par exemple ; les gens ordinaires n’existaient tout simplement pas. Il est temps, aujour-d’hui, d’écouter ce qu’ils ont à dire. C’est cela, la culture de la paix.

PI. Considérez-vous la guerre en Irak comme un échec des institutions interna-tionales, en particulier de l’Onu ? Pour de nombreux experts et de nombreux citoyens ordinaires, la décision américaine de ne pas attendre une autre résolution des Nations unies pour attaquer l’Irak l’a affaiblie.

FMZ. Les institutions internationales, et spécialement l’Onu, étaient déjà très affaiblies. Elles étaient faibles avant la guerre, elles sont maintenant fragiles. La preuve en est la totale impunité dont jouissent sur la scène internationale toute une série de turpitudes, comme, par exemple, les paradis fiscaux, les trafics de tous ordres et, pour m’arrêter là, la guerre en Irak, une guerre qui n’avait rien de nécessaire ni de légitime et qui, une fois encore, a battu en brèche le principe d’ordre international à l’échelle planétaire.

A mon avis, les Etats-Unis ont une énorme responsabilité, parce qu’ils attendent d’autres qu’ils respectent certaines normes onusiennes qu’eux-mêmes ne respectent pas. Ils demandent à l’Irak de les observer, tout en acceptant qu’Israël les enfreigne chaque jour.

Les Etats-Unis ont imposé au monde une Pax Americana, mais ils ne savent pas que faire de leur victoire. La prise de Bagdad par l’armée américaine fut suivie dès le lendemain par les pillages et le chaos. Pourquoi ? Parce que les Etats-Unis sont incapables de gérer correctement l’après-guerre. Les guerres ne font, généralement, qu’empirer les choses.

PI. Et, dans ce cas particulier de l’Irak, la solution aurait été de… ?

FMZ. Si la communauté internationale estime nécessaire d’écarter du pouvoir un tyran avéré comme Saddam Hussein, la première chose à faire est de créer une « Commission Vérité » – puis d’ouvrir et d’instruire un procès conformément aux règles et procédures définies par l’Onu. Pourquoi les Etats-Unis sont-ils hostiles à la Cour pénale internationale ? Parce qu’ils se refusent à employer toutes méthodes qui pourraient régler les conflits de manière pacifique. Dans le passé, ils ont souvent fait le choix de la force. Au Chili, par exemple, dans les années 1970, ils ont désapprouvé le verdict démocratique qui avait porté Allende à la présidence du pays ; ils l’ont éliminé et remplacé par Pinochet. Ils ont fait de même au Nicaragua avec Somoza, et en Argentine avec Videla et Massera. C’est pour des raisons analogues qu’ils n’ont pas signé le protocole de Kyoto, pour des « raisons intérieures », alors qu’il y va de la santé de la planète.

Ce que je dis, avec de nombreux officiels et citoyens ordinaires, c’est oui à la démocratie, bien entendu, mais à l’échelle internationale, et non seulement locale. Les Etats-Unis devraient être les premiers à accepter cette démocratie planétaire. Ils ne peuvent demander aux autres de se plier à la Con-vention de Genève lorsqu’il s’agit de pri-sonniers américains, alors qu’ils détiennent des prisonniers afghans dans la baie de Guantanamo.

S’il est vrai, comme le clament leurs dirigeants, qu’ils sont les grands défenseurs des droits de l’homme, qu’ils commencent par traiter à égalité tous les êtres humains. Je ne vois pas que les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne accordent le même traitement aux morts afghans ou irakiens qu’aux leurs. Les morts palestiniens n’ont apparemment pas la même importance que les morts israéliens. Cette question est pour moi très grave, et je continuerai à dénoncer publiquement les gouvernants qui optent pour la violence.

PI. Beaucoup pensent que l’Onu aurait dû agir plus énergiquement pour éviter la guerre, que c’est une institution quelque peu passive, et qu’elle devrait s’opposer aux pays ou aux dirigeants qui veulent la manipuler.

FMZ. L’Onu n’est pas une institution par elle-même, mais un rassemblement de nations. Nous avons tous souhaité, lorsque le Mur de Berlin est tombé – grâce à ce grand homme d’Etat qu’est Mikhaïl Gorbatchev – que le monde recevrait les « dividendes de la paix » attendus. « Enfin, nous aurons les deux milliards de dollars que certains Etats dépensent chaque jour en armements », nous sommes-nous dit ; nous nous réjouissions déjà d’en recevoir une partie, 10, 20, ou 30 % peut-être. Mais ces dividendes
nous ont très vite été refusés, ce qui a rendu notre restructuration impossible. L’expression « nous, les peuples » ne fut pas entendue. Les Etats-Unis ont travaillé sans re-lâche à accroître le poids du G7 puis du G8 afin de réduire petit à petit l’Onu au silence. Et ils y sont parvenus : l’Onu est aujourd’hui devenue muette. Dernièrement, quelques pays ont élevé la voix ; je suis fier du Mexique et du Chili qui, conscients des risques qu’ils prenaient, ont eu le courage de dire aux Etats-Unis qu’ils ne voyaient pas de raisons objectives d’attaquer l’Irak. Bravo à la France, et à ces nations qui ont déclaré clairement que les allégations des Etats-Unis ne correspondaient à aucune réalité.

Lorsque j’ai entendu le président espagnol, José Maria Aznar, déclarer au parlement que telle ou telle personnes avaient été capturées en possession de substances toxiques, je me suis demandé s’il n’en savait pas plus que moi. J’attendais avec curiosité les résultats des laboratoires – non parce que ces substances toxiques auraient justifié une guerre – les processus de désarmement et les inspections avaient précisément pour but de démanteler les arsenaux dangereux. Mais j’aurais été étonné d’apprendre que Saddam Hussein, non content d’être un tyran, avait en plus choisi ce moyen pour briser la stabilité du monde. Quoi qu’il en soit, lorsque les laboratoires confirmèrent que ces substances soi-disant toxiques n’étaient rien d’au-tres que des détergents inoffensifs, lors-que les services de renseignements britanniques montrèrent que les personnes en cause n’avaient aucun lien avec Al Qaïda, lorsque des experts de la compétence et de la probité d’un Hans Blix déclarèrent n’avoir découvert aucune des armes supposées de destruction massive, alors les pays auraient dû dire aux Etats-Unis : « Ne prétendez pas défendre la légalité internationale. » Comme l’a fait le Secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, en affirmant sans ambiguïté qu’une guerre en Irak était illégale, qu’elle était entreprise malgré l’opposition de l’Onu et au mépris de la décision majoritaire du Conseil de sécurité.

PI. Le droit de veto, dont on sait l’importance au Conseil de sécurité, constitue-t-il le problème majeur ?

FMZ. Non, je ne crois pas. Le droit de veto a besoin d’être corrigé, comme de nombreux autres aspects des Nations unies – même si personne ne sait exactement comment. Au cours des 30 ou 40 dernières années, il y a eu des centaines de travaux et de propositions pour le remplacer et faire en sorte que les grandes puissances n’aient pas une influence disproportionnée dans l’Organisation. On a proposé, par exemple, de ne pouvoir en faire usage que dans des cas exceptionnels ; ou bien de procéder à une refonte du Conseil de sécurité. Car est-il imaginable que l’on prenne des décisions sans tenir compte de pays aussi peuplés que l’Inde, le Brésil ou le Nigeria, qui n’en sont pas membres permanents ? Toutes ces questions ont fait l’objet de travaux et de réflexion, mais depuis la fin des années 1970, les Etats-Unis ont toujours gardé la même position : « Nous préférons nous passer des Nations unies, nous sommes les fondateurs de la Pax Americana. » C’est le point de départ de l’hégémonie que nous connaissons actuellement, et qui a trouvé son point culminant dans la profonde blessure du 11 septembre.

PI. A votre avis, les Nations unies ont-elles la capacité de fixer de véritables priorités internationales ?

FMZ. Les Nations unies, non – mais les nations, unies, oui. L’Institution telle que nous la voyons fonctionner aujourd’hui, non – mais des Nations unies renforcées, oui.

Nous, la grande majorité, qui sommes étonnés de cette façon de gérer les choses – qui va à contre-courant de la démocratie – voulons dire qu’il y a des alternatives économiques et sociales, qu’il y a des alternatives environnementales, culturelles et morales. On ne peut accepter qu’un politicien abdique ses responsabilités devant le marché – c’est catastrophique. Car il est évident que le marché tranche toujours en faveur du profit, et aux dépens du peuple. En d’autres termes, l’ordre des priorités a changé, et il nous faut remettre les choses à leur juste place. Les Nations unies peuvent, devraient, aider véritablement à fixer des priorités, et elles le souhaitent, mais elles ne sont pas en mesure de le faire pour l’instant.

PI. Avez-vous foi en l’avenir ?

FMZ. C’est triste à dire, mais nous commençons le troisième millénaire avec une des crises les plus graves que le monde ait connues depuis des décennies. Ceux qui ont créé la démocratie internationale veulent aujour-d’hui instaurer une hégémonie mondiale. Mais, heureusement, il y a les médias, il y a des caméras qui filment ce qui se passe, ce qui empêche les leaders d’agir d’une façon purement arbitraire ou d’adopter des pratiques inacceptables sous prétexte que l’état de guerre justifierait tout. C’est pourquoi j’ai tout de même confiance en l’avenir, car les dirigeants qui ne pensent qu’en termes de force commencent à sentir le vent tourner. Ils savent que, plus que probablement, il leur faudra écouter la voix des gens qui descendent dans la rue pour manifester. Il y a peu de temps, ils ne les entendaient même pas. Mais ce n’est plus possible aujourd’hui, même eux doivent les écouter. Qui plus est, ceux qui manifestent ont des propositions, ce qui, à mon avis, fait une différence énorme avec ce qui se passait auparavant. Depuis Porto Alegre (c’est-à-dire le Forum social mondial), il y a déjà des propositions concrètes pour un changement de direction, que les Nations unies prennent très au sérieux et sur lesquelles elles travaillent.

[Dans la deuxième partie de cette interview, Federico Mayor Zaragoza abordera les causes, économiques et politiques, des différences entre monde développé et monde en voie de développement, particulièrement en Afrique.]

[Voir également : Unesco, rubrique « Culture de la Paix » et www.ubuntu. upc.es]


Le Sommet pour un autre monde

par Rose-Marie Calonego

Fin mai, j’ai participé au Sommet pour un autre monde qui se déroulait à Annemasse, près de la frontière suisse, quelques jours avant le sommet du G8, à Evian. J’ai assisté à des conférences, pris part à des tables rondes. J’ai été impressionnée par l’expertise et les qualités humaines des participants. Je me suis également jointe à la manifestation pacifique du 1er juin, alors que le G8 commençait. Alors que la majorité des médias français passait sous silence le sommet alternatif, il était pourtant clair que des sujets d’importance vitale pour l’avenir de l’humanité étaient mieux traités à Annemasse, ainsi qu’à Genève et dans son voisinage, qu’au sommet du G8 lui-même.

C’est avec un mélange de déception et de colère que je me suis aperçue que les informations télévisées se focalisaient exclusivement sur le déploiement des forces armées et de police rassemblées à Evian et ses environs, comme si tout ce qui se passait à la périphérie du G8 ne pouvait que constituer une menace pour la paix et l’ordre. En fait, il me semblait que c’était exactement le contraire qui était vrai, car les meilleurs espoirs pour la paix et un avenir sûr étaient incarnés par les nombreux membres des ONG et de la société civile présents à Annemasse ou à Genève, qui œuvraient malgré tous les obstacles à inverser le courant, en apportant des réponses aux problèmes engendrés par la politique des grandes puissances. Sur la foi de ce genre de reportage, on peut être excusé d’avoir pensé que les affaires sérieuses se déroulaient au sommet du G8, alors que les participants du Sommet pour un autre monde auraient été là uniquement pour saccager, se défouler et donner une dernière chance à l’anarchie.

Pour un monde plus équitable

Et pourtant, ce sommet qui s’est tenu du 29 au 31 mai à Annemasse (près d’Evian) et à Genève ne se bornait pas à évoquer de vagues « alternatives », mais a été le siège d’échanges sérieux, bien informés, formulant des propositions réalistes et constructives pour un autre monde, meilleur et plus équitable.

Les sujets à l’ordre du jour du G8 ont été revisités dans la continuité des autres sommets alternatifs tenus en France, parallèlement aux précédents sommets du G7, tels que le Sommet des sept peuples parmi les plus pauvres, en 1989, ainsi que le Sommet des sept résistances, en 1996.

Huit associations ont co-organisé ce Sommet pour un autre monde, en partenariat avec 22 autres ONG intervenant au niveau international et dont des représentants ont animé les conférences et tables rondes. 

Loin d’être une « rencontre hippie », le sommet alternatif a examiné les problèmes résultant d’une guerre illégale aux incalculables conséquences pour un monde encore sous le choc de ses images. Il s’est également consacré aux problèmes récurrents de la pauvreté, de l’injustice, de l’ambition de certains pays et de leurs dirigeants, des conséquences de la destruction écologique, de l’accroissement du fossé entre riches et pauvres.

Un des objectifs majeurs était de remettre en question la légitimité du sommet du G8. Le Sommet pour un autre monde a exploré le rôle des Nations unies et exprimé son point de vue dans cette déclaration :

« Dans une « gouvernance mondiale » démocratique, le G8 n’a pas sa place. Si chaque chef d’Etat et de gouvernement des pays du G8 est légitime pour ce qui concerne la mise en œuvre de la politique de son propre pays et si on ne peut nier le droit de huit chefs d’Etat à se rencontrer, ce cartel perd sa légitimité lorsqu’il s’autorise à guider la conduite d’une politique au niveau mondial. Les citoyens du monde ne lui ont pas donné mandat pour cela.

De plus, les sujets qu’aborde le G8 relèvent, en fait, du cadre normal des Nations unies. Un renforcement et une réforme de l’Onu sont indispensables pour assurer un cadre propice au maintien de la paix, au développement, à la promotion des droits individuels et collectifs et au respect des grands équilibres environnementaux. »

Priorité a été donnée à l’expression des acteurs du Sud. Environ 30 délégués, provenant majoritairement de pays d’Afrique, mais aussi d’Amérique du Sud et d’Asie, ont pris part aux conférences et tables rondes et ont pu faire part de leurs constats, analyses et propositions.

La conférence d’introduction a mis en évidence les déficiences actuelles de gou- vernance, avec l’absence de régulation et de contrôle de la mondialisation néo-libérale avec pour résultat la destruction de l’environnement et l’accroissement du fossé entre riches et pauvres sur les plans économique, social et culturel.

Un esprit de bonne volonté

Les thèmes abordés démontrent que ce sommet ne peut être considéré comme une protestation naïve ou idéaliste, mais bien au contraire comme une force de réflexion et de proposition pour les problèmes mondiaux les plus urgents :

– Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) : une chance pour le développement durable de l’Afrique ?

– Commerce et développement : une relation à l’épreuve des faits.

– Dette : instrument de domination des pays du sud ?

– Du local au global : les effets de la mondialisation.

– Soif d’eau, soif de solidarité

– Sida et solidarité Nord/Sud.

– Quelles règles pour la gouvernance mondiale de l’environnement ?

– Responsabilité sociale et environnementale des entreprises.

– Taxation globale et financement du développement.

– Anti-terrorisme et droits humains.

– Transferts d’armes et droits humains.

Une action symbolique, « le tribunal de la dette et des réparations » s’est déroulé à Genève le 31 mai.

A Annemasse, le sommet s’est terminé par un concert intitulé « Pour un autre monde, annulons la dette ».

Le 1er juin, deux manifestations, partant l’une de Genève et l’autre d’Annemasse, ont rassemblé plusieurs milliers de personnes dans un esprit de bonne volonté. Les participants venaient de nombreux pays, parfois aussi éloignés que le Japon, les Etats-Unis ou le Venezuela.  Les deux groupes se sont réunis à la frontière franco-suisse et ont réclamé l’annulation de la dette, lançant un appel au partage, à la justice et au respect des droits de l’homme.

[Référence :  www.g8autremonde.org]


Signes des temps

Une bénédiction dans la forêt

L’histoire qui suit nous a été adressée par un lecteur de Partage international. Elle relate l’expérience vécue par une de ses amies, Berthe Olaerts, aujourd’hui âgée de quatre-vingt-trois ans.

Le 8 juillet 1981, Berthe Olaerts eut une vision de la Vierge alors qu’elle se promenait dans la forêt de Melberg, à Gand, en Belgique. La Vierge se tenait debout contre un arbre qui devint entièrement blanc. La Vierge accompagnée de Jésus bénirent la forêt et expliquèrent : « Cet endroit est sacré et il le restera, et quelque chose d’important s’y produira dans l’avenir », et ils ajoutèrent que ceci serait révélé plus tard. La Vierge demanda à Berthe de réciter le chapelet à cet endroit chaque  jour et elle lui montra le sentier qu’elle devrait prendre à travers la forêt. Ce sentier était bleu ciel et l’arbre d’un blanc étincelant. Berthe tomba à genoux et se couvrit le visage des mains tant elle était stupéfaite par cette vision. Lorsqu’elle ouvrit à nouveau les yeux, Marie et Jésus avaient disparu et, à l’endroit où ils se trouvaient auparavant, elle vit un petit nuage qui s’éloignait.

Depuis lors, des pèlerins se rendent dans ce lieu, le huitième jour du mois, pour prier et réciter le chapelet. A chaque fois, certains d’entre eux prélèvent des petits morceaux d’écorce de l’arbre sous lequel la Vierge est apparue et maintenant on peut voir le visage de Jésus sur le tronc de l’arbre, là où l’écorce a été enlevée. Une photographie du tronc de l’arbre a été prise et on a demandé à Berthe de la diffuser.

[Le Maître de Benjamin Creme a confirmé l’authenticité des faits.]

Miracles au Venezuela

Des centaines de catholiques vénézuéliens affluent pour voir deux statues de la Vierge auprès desquelles sont supposés se produire des miracles.

Depuis mars 2003, on a pu constater que la petite statue de Marie de la Rose mystique, qui se trouve dans un coffret de bois et de verre décoré dans la chapelle de Belen College, à l’est de Caracas, versait des larmes de sang qui tachaient les joues de la statue aux yeux bleus. Selon une religieuse, les yeux de la statue « ont commencé à suinter du sang tout d’un coup et ce fut un spectacle réellement étonnant ». Elle a déclaré par ailleurs que la statue, rapportée d’Allemagne en 2000, avait été portée en procession dans tout le Venezuela, pays en majorité catholique.

Non loin de là, dans l’église San Caye-tano, à Caracas, une statue de Notre Dame de Coromoto, patronne du Venezuela, sécrète une huile parfumée depuis décembre 2002. Le miracle a commencé à un moment où l’avenir du pays était particulièrement sombre, et de nombreuses personnes y ont vu un signe d’espoir. « Je crois que ceci est une bénédiction de Dieu, a déclaré le prêtre de la paroisse âgé de soixante-quinze ans. La Vierge nous dit de ne pas avoir peur et que Dieu conduira bientôt le Venezuela hors de ce labyrinthe. »

Les pèlerins attendent parfois deux ou trois heures pour prier devant la statue et recevoir un morceau de coton imbibé de l’huile sécrétée par la statue. Des témoignages de guérison commencent à se répandre dans la paroisse.

[Source : Sun Sentinel, Venezuela]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le Maître qui fut la Vierge Marie est à l’origine de ces miracles.]

La surprenante conduite d’un éléphant

La matriarche d’un troupeau d’éléphants d’Afrique du Sud a délibérément ouvert une barrière pour libérer des antilopes enfermées dans un camp à l’est du pays.

La South African Press Association a relaté qu’une société privée avait rassemblé les antilopes près d’Empangeni dans le but de les nourrir. Tout d’abord, les membres du groupe chargé de capturer les antilopes pour les regrouper ont pensé que les éléphants étaient attirés par la luzerne utilisée pour nourrir les antilopes. Mais l’équipe a vu avec stupeur la matriarche du troupeau, connue dans la région sous le nom de Nana, soulever soigneusement tous les loquets métalliques de la barrière avec sa trompe, l’ouvrir toutegrande, puis se tenir à l’écart pour regarder les antilopes s’enfuir dans la nuit.

Brendon Whittington-Jones, un écologiste de la région,  a déclaré à l’agence de presse : « Les éléphants sont naturellement curieux, mais cette conduite est certainement très inhabituelle et ne saurait avoir d’explication scientifique. »

[Source : Earthweek, Etats-Unis]

[Le Maître de B. Creme a indiqué que l’éléphante avait été « poussée » par Maitreya.]

Des Bouddhas cambodgiens déterrés

En août 2002, 31 statues de Bouddha – 27 en or, trois en argent et une en bronze – ont été découvertes, dans les profondeurs de la jungle, par des ouvriers cambodgiens travaillant à la restauration d’un temple.

Le chef de police suppléant de la province de Kampong Thom, Hang Sithim, raconta que les statues – chacune de 10 centimètres de haut et pesant environ un demi kilo – sont supposées avoir des centaines d’années.
Elles furent trouvées à un mètre sous terre, dans la pagode Por Peich, qui fait partie du site d’un ancien temple central cambodgien précédemment détruit par les Kmers rouges pendant la guerre civile cambodgienne et retourné à la jungle, mais en cours de restauration quand les travailleurs ont déterré les statues. Le chef de police suppléant Sithim croit que les statues sont enterrées « depuis des centaines d’années, quand le dernier temple était pleinement opérationnel ».

[Source : Reuters]

[Le Maître de Benjamin Creme indique que cette découverte est un autre signe de l’émergence de Maitreya.]

Un portrait de Jésus verse des larmes de sang

En Inde, dans l’église du petit village de Ambora-Camurlim, au sud de Goa, les visiteurs viennent par centaines pour prier et se recueillir devant un portrait de Jésus « versant des larmes de sang ». La gravure commença à pleurer alors qu’elle était fixée sur le placard de la chambre d’une jeune fille du village, âgée de 14 ans.

[Source : www.ananova.com]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que cette histoire est authentique. Ce miracle est manifesté par le Maître Jésus.]

L’ange de Gorbals

Selon un article du Fortean Times, de septembre 2002, un ange de bronze, situé dans un lotissement de Glasgow, en Ecosse, a étonné les résidents et confondu les experts en présentant les stigmates aux mains. « L’ange de Gorbals » est suspendu à environ 10 mètres de hauteur, entre deux blocs d’appartements, dans la banlieue de New Gorbals. Bien que le liquide rougeâtre qui s’écoule de ses mains n’ait pas encore été analysé, il est certain que ce n’est pas de la rouille car le bronze est un matériau qui ne rouille pas.

[Source : Fortean Times, G.-B.]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agit d’un miracle authentique manifesté par Maitreya.]

Des graines d’aubergine forment le mot « Allah »

Dans le village de Mendhasa, près de Bhubaneswar, en Orissa (Inde), un légume inhabituel attire les visiteurs. En ouvrant une aubergine, une femme vit que les graines formaient le mot « Allah » en ourdou. Le journal local Sambad rapporta que la femme de Muhammad Khalil, qui avait acheté l’aubergine au marché du village, en informa l’Imam, qui ordonna que l’on garde ce légume dans la mosquée. Des centaines de musulmans se rendent dans cette mosquée pour voir l’aubergine.

[Source : www.ananova.com]

[Le Maître de B. Creme confirme que ce miracle est un signe manifesté par Maitreya.]

Des lettres gravées sur des graines de bananier

Kasim Barakzia, propriétaire du restaurant Baba Afghan, à Salt Lake City, Utah (Etats-Unis), a découvert des centaines de graines de bananier gravées de ce qui semblerait être des lettres et autres symboles. K. Barakzia incisa une graine et remarqua que les graines, normalement lisses comme celles d’une citrouille, étaient gravées sur chaque côté de marques ressemblant à des lettres anglaises et arabes, des chiffres, et même du symbole arabe « Allah ». D’autres graines présentaient des gravures ressemblant à un arbre ou un oiseau. K. Barakzia a raconté qu’il inci-sait deux ou trois graines de bananier tous les deux jours, depuis neuf ans, et qu’il n’avait jamais rien vu de pareil. Une personne qui s’est arrêtée au restaurant pour regarder ces graines inhabituelles a déclaré que certaines des marques ressemblaient à des lettres hébraïques. K. Barakzia a ajouté qu’il pensait que certaines des gravures semblaient êtredu japonais, du chinois et même de l’hindi. « J’aimerais que quelqu’un connaissant ces langues vienne voir, a-t-il demandé.

D’après un horticulteur local, ces marques seraient vraisemblablement l’œuvre d’insectes. Mais Dave Rosenfeld, qui a photographié les graines, a précisé : « J’ai remarqué que les graines sont encore entourées de leur peau et que cette membrane est intacte. Il est impossible qu’un ver ou quelque autre insecte ait pu ronger la graine sans attaquer la membrane protectrice. »

[Sources : The Salt Lake Tribune, Etats-Unis ; www.earthfiles.com]

[Le Maître de Benjamin Creme confirme que ce miracle a été manifesté par Maitreya.]

Une déesse miraculeuse

Dans un temple de Wolverhampton (G.-B.), une chapelle dédiée à la déesse hindoue Mata (mère) Ambe est devenue un centrede pèlerinage depuis que la statue de cette déesse a commencé à verser des larmes de sang. Cette statue était restée intacte après l’incendie qui avait ravagé le temple en 1989. La nouvelle chapelle a été érigée le 6 octobre 2002, au début du festival annuel de neuf jours en l’honneur de Mata Ambe, mais le bâtiment est resté fermé jusqu’à ce que, deux jours plus tard, le président du Centre Gujarati Bhikhubhai Patel l’ouvre pour l’office du soir. A l’intérieur, il trouva des empreintes de pas ensanglantées et du sang s’écoulant du front de la statue, à l’endroit du centre ajna, entre ses sourcils.

[Le Maître de B. Creme confirme qu’il s’agit d’un miracle manifesté par Maitreya.]


Courrier des lecteurs

Un cadeau d'anniversaire

Cher Monsieur,

Le 23 avril 2003, la veille de mon trentième anniversaire, j’eus envie de m’offrir le luxe de prendre un taxi pour me rendre à la méditation de transmission. Lorsque je montai dans la voiture qui sentait le poisson (je vis par la suite que le conducteur était en train de manger un pâté en croûte), le conducteur me dit d’une voix chaleureuse : « Comment allez-vous ? » « Très bien, merci, et vous ? »« Je n’ai pas à me plaindre. »  Je lui expliquai où aller en faisant des gestes de la main. Il se mit alors à rire en imitant mes mouvements, et en disant : « Votre genre me plaît ! »  Je fis la remarque que la soirée était agréable et il répéta : « Je n’ai pas à me plaindre. »

Il me demanda si ma journée avait été bonne et, après avoir vu une voiture immobilisée par un sabot de Denver, nous engageâmes une conversation sur le coût de la conduite automobile, les restrictions de parking et les frais qui incombent à un chauffeur de taxi. Je lui dis que ce ne devait pas être facile car il ne pouvait jamais savoir quel serait le salaire de la journée. Il m’affirma que parfois il avait de nombreuses réservations, mais qu’en général « il fallait accumuler les heures ». Je lui demandai s’il devait parfois attendre assez longtemps entre deux courses et il me répondit : « Oui, mais je ne perds pas mon temps. Je lis des choses qui profiteront à tous. C’est très important de lire des choses qui profiteront à tous. »  Je lui demandai quel genre de choses il lisait et il me répondit : « Tout ce qui concerne la médecine alternative. » Je lui dis alors que pour ma part j’utilisai des médicaments homéopathiques ; il me demanda pourquoi, je lui
en donnai la raison et j’ajoutai : « Et ça marche ». Il dit alors quelque chose comme ceci : « Lorsque les gens disent que cela ne marche pas, je leur dis d’essayer l’alcool en guise d’alternative ! »

Nous parlâmes de la médecine alternative, puis nous abordâmes la question des gouvernements et des sociétés pharmaceutiques et de la manière dont celles-ci nient les bienfaits des médecines parallèles afin de promouvoir leurs propres médicaments, tout en se refusant cependant à fournir, à un prix abordable, des médicaments de première nécessité aux pays pauvres. Nous parlâmes de l’Afrique du Sud et du sida et il fit allusion à Nelson Mandela, le comparant au président actuel pour ce qui est de la politique à l’égard du sida.

Je lui demandai d’où il était originaire. Il répondit : « Du Nigeria. » Je lui dis que l’on venait justement de parler du Nigeria à la radio. « Vous savez quelque chose sur notre pays ! », dit-il, en souriant. « Pas grand chose », répliquai-je. Je lui expliquai qu’aux nouvelles on avait dit qu’il venait d’y avoir des élections, mais que ce n’étaient pas des élections libres. « Où existe-t-il des élections libres dans le monde ? » répondit-il. J’acquiesçai avec véhémence et il se mit à rire.

Nous en vînmes à parler du savoir. Il déclara alors : « Vous devez utiliser vos connaissances. Ce n’est pas bon de posséder des connaissances qu’on n’utilise pas. » Il m’expliqua que c’était comme de donner une livre à quelqu’un qui vous demande de l’argent dans la rue. Si vous lui donnez cet argent, en fait vous le possédez encore, car vous n’attendez rien en retour, et vous vous sentez tous les deux beaucoup plus légers. Si en donnant une livre vous n’attendez rien en retour, c’est plus important que de donner cent livres. Il m’expliqua que donner cette livre signifie que vous la possédez davantage que si vous en aviez des milliers à la banque, ce qui n’est d’ailleurs pas le cas, et que vous deviez dépenser tout cet argent pour faire des achats dont vous n’avez nulle envie. Il affirma que c’était la même chose avec le savoir et il continua sur ce sujet. Je pense qu’il voulait dire qu’il fallait partager ses connaissances, sans prêcher, sans rien attendre en retour.

A un moment donné, il se tut pendant quelques instants et tout ce que je pus trouver à répondre fut : « Oui.» Il me sourit en disant : « Cela fait beaucoup de choses à comprendre. » Je lui posai une autre question et nous poursuivîmes la conversation. Je lui demandai quand nous devions partager nos connaissances. « Pour nourrir (ou instruire) un enfant, vous n’attendez pas qu’il soit devenu adulte. » Nous parlâmes de la manière de donner de petits fragments de connaissance au moment où on les acquiert, et du fait que parfois on sait quelque chose sans en avoir vraiment conscience et que plus tard on y ajoute autre chose, consolidant ainsi ses connaissances précédentes. Il compara ceci aux relations avec autrui, à ce que nous savons des autres et ressentons à leur sujet, mais tout en l’écoutant, je lui indiquai la direction à prendre et je dois avouer que je n’ai pas très bien saisi ce qu’il a dit à ce sujet.

Nous étions arrivés à destination. Pendant toute la conversation, il m’avait regardé intensément et avec beaucoup de sérieux à travers le rétroviseur, excepté lorsqu’il riait et plaisantait. C’était un Noir, grand et chauve, à l’accent prononcé.

Après avoir réglé ce que je lui devais, je lui dis : « Cette conversation a été très intéressante. » Il sourit et me dit d’une voix chaleureuse : « Je viendrai vous chercher la prochaine fois ! » Cet homme était-il Maitreya ?

T. C., Londres, G.-B.

[Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le « chauffeur de taxi » était Maitreya.]

Deux lettres de la même personne :

Un visiteur bien informé

Cher Monsieur,

[1] Le 10 avril 2003, je tenais le stand des livres à l’occasion de la conférence de Benjamin Creme à la Friend’s House. Pendant une période d’accalmie, je vis un jeune homme blond se diriger vers moi. 

Comme il ne semblait pas très absorbé par les ouvrages exposés, je décidai d’engager la conversation. Je lui demandai s’il possédait déjà des livres de Benjamin Creme et il me répondit qu’il les avait en allemand car il venait de Berlin. Je dis : « Ah ! très bien » et il continua : « Maintenant je peux les lire en anglais. » Nous continuâmes à bavarder et au cours de la conversation il m’apprit qu’il faisait un séjour de quelques jours en Grande-Bretagne avec des amis. 

Je parlai des nombreuses apparitions de Maitreya, en Allemagne, sous les traits d’Egon. Il me dit alors qu’il avait lui aussi vu Maitreya à une manifestation contre la guerre à Berlin. Je lui demandai s’il avait eu la confirmation de Benjamin Creme, mais il me dit qu’il n’en avait pas besoin car il savait qu’il s’agissait de Maitreya.

Nous parlâmes de la revue Share International. Je lui demandai s’il la connaissait. Il me répondit qu’effectivement il la connaissait, mais seulement dans sa version allemande. Je lui proposai de feuilleter les exemplaires exposés s’il le souhaitait. Il quitta le stand des livres pour feuilleter les revues. Puis il regarda les affiches. Un peu plus tard, je vis quelqu’un qui lui ressemblait s’asseoir pour assister à la conférence avec un groupe de personnes. Même si auparavant je m’étais posé des questions, ceci semblait indiquer qu’il ne s’agissait pas de Maitreya. Ou était-ce tout de même lui ?

[Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que « le jeune homme » était Maitreya.]

D’un même pas

[2] Je suis allée à la manifestation contre la guerre qui s’est déroulée à Londres le 12 avril 2003 avec deux membres de mon groupe de méditation. Au milieu du parcours, mon attention fut attirée par un homme qui arriva soudain à ma hauteur. Il avait un type asiatique et il portait des vêtements et des chaussures de travail. Il me parut bizarre. Il demeura auprès de nous pendant environ un quart d’heure. Parfois il se trouvait derrière nous,  puis il nous rejoignait à nouveau, et nous nous interrogions en plaisantant sur son identité.

A un moment donné, je jetai un coup d’œil sur mon amie Suzanne qui se trouvait sur le bord de la rangée de manifestants. Elle portait une jolie bannière qu’elle avait confectionnée elle-même sur laquelle on pouvait lire, d’un côté : « Le monde appartient à tous », et de l’autre : « L’Onu en Irak dès maintenant. » L’Asiatique marchait sous la bannière de Suzanne et, vus de profil, ils avaient tous deux un air décidé et grave et quelque chose d’émouvant.

L’homme vint ensuite près de moi et nous marchâmes d’un même pas. Puis il prit de l’avance et s’éloigna dans la foule, nous quittant définitivement. S’agissait-il simplement d’un manifestant déterminé parmi de nombreux autres ?

S. M., Londres, G.-B.

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que « l’Asiatique » était Maitreya.] 

Deux lettres de la même personne :

Un moine au milieu de nulle part

Cher Monsieur,

[1] Cette rencontre s’est produite il y a de nombreuses années lorsque, encore enfant, j’accompagnais mes parents lors d’un déplacement en voiture. J’ai le souvenir d’un voyage à travers la campagne française, qui me paraissait interminable.

Soudain, dans un virage qui semblait sans fin, j’aperçus un homme qui se tenait debout, immobile, sur le bord de la chaussée. Il était vêtu comme un moine du passé et portait une aube longue et blanche surmontée d’une capuche. Il me semble que ses cheveux étaient noirs et très courts. Son visage offrait une expression de gravité et d’introspection, comme si le moine était plongé dans une méditation profonde sur la vie, ce qui avait une signification toute particulière pour moi. Il ne paraissait pas s’intéresser le moins du monde au trafic autour de lui. Il n’y avait rien de particulier aux alentours, pas de village, pas de monastère, aucun lieu de pèlerinage naturel pour un moine. Il se trouvait simplement là, au milieu de nulle part.

Pourriez-vous dire s’il s’agissait d’un moine à la tenue désuète ou de quelqu’un de différent ?

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le « moine » était le Maître Jésus.]

Bénédiction

[2] Cet événement s’est produit lorsque j’étais adolescent. J’étais allongé sur mon lit à écouter une musique très douce et relaxante. Mon attention était centrée sur une jolie statue du Bouddha que je possède. En fait, elle n’a aucune valeur particulière, elle est faite de plâtre peint aux couleurs de l’or et de l’ébène. Mais j’en appréciais beaucoup la finesse et la délicatesse des traits. Toujours est-il qu’écoutant cette musique paisible, j’éprouvai un sentiment de communion intense avec la statue, et je ressentis soudain une douce énergie qui m’enveloppa. Un sentiment de paix, comme je n’en avais jamais connu, m’envahit, et je me retrouvai dans une sorte d’état modifié de conscience. Cette expérience dura quelques minutes. S’agissait-il d’une expérience de l’âme, ou bien de l’énergie d’un Maître, ou simplement d’une simple modification passagère de ma conscience habituelle ?

L. G., Dijon, France

[Le Maître de B. Creme a indiqué que l’expérience a été procurée par le Maître Jésus.]

De l’aide à portée de main

Cher Monsieur,

Du 2 au 4 mai 2003, notre groupe a animé un stand à la foire ésotérique de Hanovre. A midi nous avons eu le plaisir de voir « Egon » se diriger vers nous. (Le Maître de B. Creme a indiqué précédemment qu’Egon était un « familier » utilisé par Maitreya, Partage international mars et mai 2003). Il posa aussitôt son sac dans un coin et il resta tout l’après-midi avec nous. Il fit le tour de la foire avec l’un d’entre nous et il visita plusieurs stands avec intérêt. Entre-temps il revenait toujours à notre stand et nous avons eu la chance de bavarder avec lui. Il nous donna des conseils, fit même certaines allusions dont l’une ne prit tout son sens que quelques semaines plus tard. Il régnait autour de lui une atmosphère de paix et de tranquillité et nous nous sentions parfaitement à l’aise. Sans parler de ses plaisanteries.

Ce qui peut être intéressant pour d’autres, c’est qu’il nous rappela très souvent l’énergie bienfaisante de la « main de Maitreya ». Pour presque tout, que ce soit pour énergétiser et purifier l’eau des bouteilles que nous avions apportées, pour nos problèmes de santé ou d’autres problèmes, il nous conseilla d’utiliser la « main ». Par exemple, lorsque je me plaignis de n’avoir pas dormi la nuit précédente, il dit : « Moi non plus, mais pourquoi n’avoir pas utilisé la main ? » (Je l’ai fait de-puis et, bien sûr, je dors mieux). Il conseilla à une autre personne de notre groupe qui avait du mal à s’endormir de mettre la « main » sous son drap – et, au bout de quelques jours, tous ses problèmes avaient disparu.

« Utilisez cette main pour tout , nous dit-t-il. Vous ne pouvez disposer sur Terre d’une énergie plus puissante que celle-ci ! » Nous sommes très reconnaissants de la chance que nous avons eue de le rencontrer.

H. D. et H. M., Hambourg, Allemagne

[Le Maître de B. Creme a confirmé que cette fois encore « Egon » était Maitreya.]

Deux lettres de la même personne :

Un visage chaleureux

Cher Monsieur,

[1] Un soir d’automne, en 1998, j’étais en train de  promener mon chien lorsque soudain, au coin d’une rue, je faillis heurter une  jeune femme splendide . Elle avait une peau brune translucide, des cheveux bouclés et elle arborait un sourire radieux. « Hello », dit-elle avec chaleur et enthousiasme. Intriguée, je répondis : « Bonjour », et je poursuivis mon chemin. Aussitôt après, je me dis : « Trop tard, c’était Maitreya ! » Mais elle avait déjà disparu au coin de la rue. Depuis lors j’ai lu de nombreuses lettres de lecteurs décrivant une chaleur et un rayonnement similaires, et je me demande si « cette belle jeune femme » n’était pas en fait Maitreya.

[Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que la « jeune femme » était Maitreya.]

Un mendiant à l’allure digne

[2] Je ne sais que penser de cette rencontre : c’était un artiste de rue, un homme grand au beau visage, à la peau peinte en gris afin de ressembler à une statue, vêtu d’une longue tunique. Cela se passait dans le centre commercial de Whiteley, à Qeensway (Londres), en automne 1998.

L’homme avait les yeux fermés, une tasse devant lui et les mains croisées sur les genoux. A chaque fois que quelqu’un déposait une pièce de monnaie dans sa tasse, il souriait, hochait la tête d’un air digne et levait les mains dans un geste d’acceptation avant de les ramener sur ses genoux. Pendant tout ce temps, il gardait les yeux fermés. Je m’approchai et regardai son visage avec attention en déposant des pièces dans sa tasse. Il y avait beaucoup de bruit dans le centre commercial, des gens, de la musique, des enfants, et il semblait cependant savoir quand des pièces tombaient dans sa tasse. Je me demande s’il s’agissait, ou non, d’un individu ordinaire.

I. G., Londres, G.-B.

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que « l’artiste de rue » était Maitreya.]


Questions - réponses

Q. Maintenant que la guerre en Irak est terminée, on voit des reportages montrant que les gens sont heureux d’être libres ! Alors que l’invasion américaine en Afghanistan me paraît totalement dénuée de sens, je peux comprendre la guerre dirigée contre la dictature irakienne cruelle et corrompue. Même si les Etats-Unis avaient l’intention cachée de contrôler le pétrole, à la lumière dont les choses se sont déroulées : une guerre courte, le fait que les Américains aient tout au moins essayé de ne pas bombarder les civils, et qu’ils désirent apporter leur concours pour remettre le pays sur pied, ne pensez-vous pas que cette guerre a eu finalement quelque chose de bon ?

R. Non, malheureusement, je ne le pense pas. Certains Irakiens sont, pour l’instant, remplis d’espoir à l’idée que leur vie sera meilleure que sous la sinistre dictature de Saddam Hussein. Mais la vaste majorité de la population a assisté à un effondrement total de ses conditions de vie : plus d’eau, plus d’électricité, peu de nourriture et sur le plan social, le chaos et une anarchie totale. Plus de 5 000 civils ont été tués et plus de 20 000 grièvement blessés. L’invasion menée par les Américains était unilatérale, préventive et elle n’avait pas l’aval des Nations unies. Elle était donc illégale. Elle a eu des effets désastreux sur les relations patiemment élaborées entre les membres de l’Onu et elle a considérablement accru la tension mondiale. Cette tension accrue est à l’origine des nouvelles épidémies et des soi-disant catastrophes naturelles. Non, à mon avis, cette guerre a été un désastre pour le monde – et nous n’en sommes qu’à la deuxième étape du plan américain !

Q. Combien de civils irakiens ont-ils été tués dans la soi-disant libération de leur pays ?

R. 5 073 à ce jour (8 juin 2003).

Q. Le monde aurait-il pu libérer le peuple irakien de la tyrannie de Saddam Hussein d’une autre manière ? Les inspections de l’Onu n’auraient certainement pas pu empêcher que les Irakiens jugés subversifs par Saddam Hussein soient systématiquement assassinés : pendus, fusillés.

R. Non probablement pas, bien qu’il ait existé, et qu’il existe toujours, de nombreux groupes en Irak qui avaient planifié de se dresser, lorsque l’occasion se présenterait, contre le parti et de s’emparer du gouvernement. Cela mis à part, Saddam Hussein ne serait pas resté indéfiniment au pouvoir. Il était atteint d’une grave maladie, en phase terminale, et il lui restait peut-être un an à vivre. C’est une des raisons de l’invasion préventive des Américains. Personne ne savait ce qui était susceptible de se passer après la mort de Saddam Hussein.

Q. Quelle serait la manière la plus efficace de savoir si l’Irak détenait effectivement des armes de destruction massive ou si, au contraire, l’opinion publique mondiale, et plus particulièrement l’opinion publique américaine et britannique, a été induite en erreur ?

R. L’équipe de scientifiques qui a travaillé sous la direction de M. Blix serait tout à fait qualifiée pour procéder de manière impartiale à l’inspection nécessaire et elle devrait être rappelée. Cependant, je doute que les Américains l’acceptent. Le Pentagone, en fait, semble, selon le très crédible M. Blix lui-même, être engagé dans une infâme campagne d’attaques personnelles contre lui.

Q. Avant que l’invasion de l’Irak (un pays pratiquement non armé qui avait coopéré aux exigences des inspecteurs en désarmement de l’Onu) ne soit terminée, le gouvernement américain avait déjà commencé à menacer la Syrie. Comment interpréter cette prise de position des Etats-Unis ?

R. Comme une nouvelle action hostile perpétrée par un gouvernement trop sûr de lui et pris dans le mirage du pouvoir.

Q. La Syrie cache-t-elle des membres du régime irakien ?

R. « Cacher » n’est pas le terme exact. La Syrie a parfaitement le droit d’accueillir des membres d’un pays voisin, ce qu’elle fait. Que cela déplaise au gouvernement américain est autre chose. La Syrie est membre des Nations unies, elle a un siège au Conseil de sécurité et c’est un Etat souverain indépendant. L’invasion de l’Irak par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne s’est faite sans le consentement des Nations unies et elle est illégale.

Q. La Syrie possède-t-elle des armes de destruction massive : chimiques, nucléaires ou biologiques ?

R. La Syrie détient effectivement des armes chimiques, en faible quantité. Mais elle n’est pas la seule. Vingt-sept autres pays dans le monde en possèdent, y compris, et surtout, les Etats-Unis.  

Q. La Syrie est-elle, ou était-elle, pour Saddam Hussein ?

R. La Syrie est un proche voisin de l’Irak (les deux pays ont une frontière commune) et, en tant que telle, elle s’est efforcée de demeurer en bons termes avec Saddam Hussein. En fait, la Syrie n’était ni pour ni contre Saddam Hussein.

Q. La Syrie présente-t-elle actuellement une menace ?

R. Absolument pas, même pas pour son voisin Israël. C’est un petit pays relativement pauvre.

Q. Le gouvernement syrien soutient-il le Hezbollah ?

R. Oui. Il considère le Hezbollah comme une organisation arabe luttant de manière légitime pour la liberté des Arabes palestiniens. Les gens semblent oublier, ou ne pas savoir, que l’Etat d’Israël fut créé par le terrorisme : un terrorisme dirigé contre les Palestiniens et contre les Britanniques, la Grande-Bretagne ayant alors un mandat sur la Palestine. De nombreux membres du gouvernement israélien étaient des terroristes dans leur jeunesse. Ils ont montré aux Palestiniens l’efficacité du terrorisme et ils le pratiquent encore journellement. Aujourd’hui ils l’appellent « représailles » ou « autodéfense ».

Q. [1] L’Iran détient-il des armes de destruction massive ? [2] Présente-t-il une menace pour les Etats-Unis, [3] ou pour la stabilité de la région, [4] ou pour le reste du monde ?

R. [1] Des armes biologiques en faible quantité. L’éventuelle possibilité de fabriquer des armes nucléaires. [2] Non. [3] Non. [4] Non, les Etats-Unis ont une attitude paranoïaque à l’encontre de l’Iran.

Q. Quel est l’Etat le plus dangereux au Moyen Orient ?

R. Israël.

Q. [1] Mahmoud Abbas est-il une marionnette des Etats-Unis ? [2] Sa nomination a-t-elle été une tentative délibérée de court-circuiter et d’écarter Yasser Arafat ?

R. [1] Oui, il a été choisi dans cette intention. Mais s’y pliera-t-il ? C’est moins que certain. Son cœur est palestinien. [2] Oui, bien sûr. Ariel Sharon n’a cessé de répéter qu’il ne négocierait jamais avec Yasser Arafat à qui il voue une haine personnelle. Mais Yasser Arafat est le représentant légalement élu du gouvernement et du peuple palestinien. Mahmoud Abbas aura beaucoup de mal à le court-circuiter.

Q. Un  journal indien, The Hindu, daté du 29 mai 2003, parle du volte-face politique du premier ministre israélien Ariel Sharon qui intrigue les Israéliens. Après avoir poussé à la construction de colonies juives en Cisjordanie et à Gaza pendant des décennies, il a accepté sous certaines conditions la « feuille de route » pour la paix, soutenue par les Etats-Unis, qui envisage la création d’un Etat palestinien d’ici 2005. Il s’est arrangé pour convaincre les faucons de son cabinet de donner leur approbation et, dans son propre parti, le Likoud, il a fait face à la colère de membres in-transigeants avec des déclarations qui ont stupéfié de nombreux Israéliens : « Maintenir sous occupation 3,5 millions de personnes est mauvais pour nous et pour eux. Ceci ne peut continuer indéfi-niment. » On a dit qu’Ariel Sharon avait totalement changé. Son propre cabinet a cependant publié une déclaration soutenant qu’en employant le mot « occupation » M. Sharon n’admettait nullement que ces zones étaient occupées, mais qu’Israël « ne voulait pas contrôler les Palestiniens qui résident dans les territoires contestés. »

[1] Maitreya serait-il apparu à Ariel Sharon ? [2] Quels sont les motifs qui se cachent derrière ce qui semble un changement d’attitude ? [a] A. Sharon veut-il essayer de s’assurer une place dans l’Histoire ? [b] Cherche-t-il à détourner la pression américaine ? [c] Essaie-t-il d’éviter un blâme, espérant que les Palestiniens feront échouer le plan en question en se montrant incapables de mettre un terme aux attentats contre les Israéliens ? [d] En un mot, A. Sharon est-il sincère en acceptant le plan de paix ou [e] s’agit-il seulement d’une nouvelle manœuvre de sa part ?

R. [1] Non, Maitreya n’est pas apparu à Ariel Sharon. [2] [a] Oui. [b] Oui. [c] Oui. [d] Non. [e] Oui. Il pense que les Palestiniens resteront divisés et saborderont eux-mêmes la « feuille de route », et qu’ainsi ni lui-même ni le gouvernement israélien ne pourront être blâmés de cet échec. Il n’a nullement changé.

Q. [1] La soi-disant « feuille de route » pour la paix est-elle réalisable ? [2] Pensez-vous qu’elle soit équitable ?

R. [1] Oui, elle est réalisable, dans la mesure où tout se déroulerait comme prévu. Elle comporte cependant des sacrifices et des compromis considérables des deux côtés, et plus particulièrement pour les Palestiniens. [2] Non, je ne pense pas qu’elle prenne équitablement en compte les exigences et les besoins des Palestiniens et elle ne peut donc être considérée comme juste ou équitable. Il ne faudrait pas oublier que la création d’Israël sur le sol palestinien fut une atteinte aux droits des Palestiniens et qu’il y a encore 4, 5 millions de réfugiés au Liban.

Q. Comment le tyran rampant – les Etats-Unis – peut-il être vaincu ?

R. Par les autres membres des Nations unies se dressant contre lui et lui demandant des comptes. Par l’usage de toute forme de pression diplomatique possible, et avant tout par une pression économique et financière. Par exemple : par un boycott mondial des produits américains, par le retrait des prêts accordés aux Etats-Unis et par la vente des réserves de dollars à grande échelle, et par une réorientation du commerce au profit des autres nations.

Q. Les puissances occidentales, comme les Etats-Unis, qui possèdent des armes nucléaires, chimiques et biologiques devraient-elles être obligées, en vertu d’un nouveau traité international de l’Onu, de réduire leur arsenal, d’en détruire la plus grande partie et de permettre aux inspecteurs d’y accéder avec ou sans avis préalable ?

R. Oui.

Q. On prétend que les Etats-Unis mènent une politique délibérée visant à diviser l’Europe – en affaiblissant les vieilles alliances. [1] Est-ce exact ? [2] Si oui, quelle en est, à votre avis, la raison ?

R. [1] Oui, dans une certaine mesure. [2] Tous les Etats européens, sans exception, soutiennent les Nations unies et ont fait de gros efforts pour renforcer sa position. Les Etats-Unis se méfient des prérogatives des Nations unies qui échappent à leur contrôle et c’est pourquoi ils « courtisent » les nouveaux pays européens comme la Pologne, la Bulgarie, l’Albanie, la République tchèque, etc., afin de gagner des zones d’influence et de trouver du soutien là où ils le peuvent. 

Q. Est-il nécessaire de modifier certains aspects de l’Onu, par exemple : établir un système permanent de prévention qui indiquerait, analyserait et proposerait des solutions aux sujets qui sont cause de tension et de friction avant qu’ils ne dégénèrent en vio-lence ? Ne pourrait-il y avoir à l’Onu un groupe de sages, composé d’anciens dirigeants expérimentés, de diplomates, de négociateurs, d’experts de telle ou telle région du monde, de gens ayant des connaissances juridiques, etc. ; un groupe de médiateurs, en fait, plutôt qu’un groupe de fauteurs de troubles.

R. Oui.



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDA

REVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.