DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

Extraits de la revue Partage international
Avril 2004




Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.
La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire (en rouge = sélection du mois)

Le triomphe ultime - par le Maître -- un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles.

Point de vue - L’imminence d’une crise dans les pays industrialisés - par Ann Pettifor

LES PRIORITES DE MAITREYA
L’éducation des filles : cruciale pour le développement mondial
Famine en Afrique australe  

De la nourriture avant tout, la paix ensuite - interview d’Emma Kamara - par Suzette van Ijssel

LA REACTUALISATION DES RAPPORTS BRANDT
Les échecs du monétarisme international : la première crise de la dette - par James Bernard Quilligan

SIGNES DES TEMPS
Guérisons miraculeuses de Noël
Miracle au Botswana

FAITS ET PREVISIONS
Le réchauffement planétaire : un million d’espèces menacées
Chili : nouvelles réserves naturelles
Accord historique pour sauver les forêts canadiennes
Pollution et maladies cardiaques
Appel au boycott des produits israéliens

Les enseignements de Maitreya

REGARDS SUR LE MONDE - L’Onu compromise par la surveillance illégale - Les Etats-Unis coupables de terrorisme - Londres évite de parler d’invasion - Révéler les mensonges : un risque à prendre

La croissance des inégalités menace la sécurité mondiale - par Stephen Leahy

TENDANCES
Un adolescent au secours de l’Afrique - Une découverte majeure dans le dépistage du cancer - Un détecteur de mines végétal - Prévenir les caillots de sang

courrier des lecteurs
Un cavalier solitaire - Un traitement remarquable - Réconfort de Noël - Deux fois bénie -Images superposées - Le sauveteur

QUESTIONS-REPONSES


Conférences


Le tout dernier livre de Benjamin Creme

L’art de la coopération

Le tout dernier ouvrage de Benjamin Creme, The Art of Co-operation, vient de paraître en français sous le titre L’art de la coopération. Il aborde les problèmes les plus pressants de notre époque. Les solutions qu’il propose s’appuient sur les enseignements de la Sagesse éternelle qui, depuis des millénaires, ont révélés l’existence de forces sous-jacentes au monde extérieur.

Dans ses précédents livres, Benjamin Creme a actualisé ces enseignements, préparant ainsi la voie pour l’émergence imminente de Maitreya, l’Instructeur mondial, et de son groupe de Maîtres de Sagesse.

Cet ouvrage considère l’état du monde, figé dans la compétition, essayant de résoudre ses problèmes par des méthodes surannées, alors que la réponse – la coopération – est entre nos mains. Il nous montre la voie d’un monde de justice, de liberté et de paix, qui naîtra d’une perception croissante de l’unité qui sous-tend toute vie.

Par son inspiration, Maitreya fera grandir en nous cette prise de conscience.

Voici un extrait du sommaire :

Première partie : L’art de la coopération

La nécessité de la coopération – La surproduction – Le conditionnement – La bonne volonté, aspect divin – Le rêve américain – Vous appelez cela la liberté ? – Des réalisations – Une existence subhumaine – Inculquer la coopération aux groupes – Des super-robots – Coopérer dès le berceau –  De justes relations – Le sport et la coopération – La coopération en politique et en économie – La peur de manquer – Une maturité nouvelle – Les Etats-Unis et la compétition  – L’énergie d’amour – La coopération et le travail de groupe – La motivation – L’opportunité de service –Le détachement – Comment inculquer une attitude coopératrice – Coopération et flexibilité – Le libre arbitre – Compétition versus coopération.

Deuxième partie : Le problème du mirage

Le mirage –Le problème du mirage – L’impatience, un mirage important – Le mirage de la taille –  Les écueils de l’organisation – Mirage et évolution – Prendre conscience de ses mirages – La critique, un mirage destructeur – Le mirage de masse – La maîtrise de la parole – Le problème du mirage – Un organisme plutôt qu’une organisation – Mettre l’accent sur les priorités – Le mirage destructeur de la critique – Le mirage des groupes américains – De fausses persona – « Porter une cagoule » – Comment vaincre les mirages – Le courage et le détachement – Le mirage et l’initiation de groupe – Exigences requises pour l’initiation de groupe – Une explosion de mirages – Rencontres avec les Maîtres – Les nombreux déguisements de Maitreya – Le manque d’intuition spirituelle – Une explosion de mirages – La réponse du cœur de préférence à celle du mental – Courir après Maitreya – Les rayons et les mirages – Les rayons de l’âme – Comment les Maîtres enseignent.

Appendice : Courriers des lecteurs

L’anneau perdu – L’anneau retrouvé – Une histoire identique – Un invité – Une promesse est une promesse.

Troisième partie : L’Unité

Le besoin d’unité – L’unité : le but de la vie – L’unité est une qualité de l’âme – Tous les hommes recherchent l’unité – Le dévouement – L’autosatisfaction – L’interconnection de tous les atomes – L’unité : le but de la vie – L’unité dans la diversité – Le consensus – La priorité – La confiance – Le discernement – L’unité de groupe.

Appendice : La méditation de transmission – Une prière pour le nouvel âge – La Grande Invocation.

320 pages, dont 8 pages couleurs de « Signes des temps ».
ISBN : 2-95 10974-6-8

Ceux d’entre nos lecteurs qui se rendront à la conférence de Benjamin Creme, le 17 avril, à Paris, trouveront cette version française disponible sur le stand des livres.

Il est également possible de commander cet ouvrage: voir sous Bons de commande


Citation du Maître de Benjamin Creme

Lorsque, parmi les nations, l’on ignore l’autorité de la loi, c’est le monde entier qui en souffre. C’est ainsi qu’aujourd’hui, la tension dont s’est accompagnée cette futile démonstration de force militaire affecte des millions d’hommes innocents de toute destruction et de tout terrorisme.

Le triomphe ultime

par le Maître --, à travers Benjamin Creme

Lorsqu’une nation parvient à l’âge adulte, à la maturité, les relations qu’elle établit avec les autres changent du tout au tout. Elle commence à respecter l’autorité de la Loi qui unit toutes les nations, les liant dans leurs responsabilités et leurs besoins mutuels. Le développement vers la maturité se signale précisément par un tel respect des lois que les hommes ont estimées nécessaires pour vivre ensemble en paix.

De temps en temps, il peut advenir qu’une nation se sente assez puissante pour ignorer la loi qui fait obstacle à ses ambitions dominatrices, et qu’elle se lance dans la guerre en dépit des avertissements de ses amis et de leurs incitations à la prudence.   

C’est ainsi qu’aujourd’hui les Etats-Unis, devenus l’unique « superpuissance », sont source de contrariété et de préoccupation pour ceux qui, dans les nations plus mûres, connaissent d’expérience la folie des actions unilatérales menées hors du cadre de la loi. Jeune « superpuissance » trop sûre d’elle-même, l’Amérique cherche tellement à en imposer qu’elle outrepasse ses capacités. Plus tôt elle sera confrontée à ses limites, mieux ce sera pour la sécurité du monde.

D’ores et déjà, un chaos sans cesse croissant réclame un lourd tribut de vies humaines, tant américaines qu’irakiennes. Le sceau de la boîte de Pandore a été brisé et il en est sorti un monstre que nul ne contrôle. Evidemment, le gouvernement américain fait tout ce qu’il peut pour garder sa superbe mais en coulisse il est des plus inquiet, et cherche désespérément une méthode de retrait qui lui permettra de sauver la face.

En attendant, l’armée irakienne défaite mène un combat de guérilla qui lui rapporte quelques succès tandis que les groupes religieux, saisissant l’opportunité qui s’offre, attisent les tensions en appelant à la guerre civile. Ainsi l’aventure suprême du président américain, conçue pour démontrer l’invincibilité des Etats-Unis, non seulement n’a guère de résultats à faire valoir mais ne pourra qu’amener des pertes encore plus lourdes.

Une guerre insensée

Quand enfin le gouvernement des Etats-Unis comprendra la démence de cette guerre hasardeuse et sans nécessité, il se gardera bien sûr de le reconnaître devant le monde. Il recherchera plutôt le soutien des Nations unies pour échapper tant bien que mal aux conséquences d’une bévue embarrassante et, si possible, en rejeter ailleurs les torts.

Lorsque, parmi les nations, l’on ignore l’autorité de la loi, c’est le monde entier qui en souffre. C’est ainsi qu’aujourd’hui, la tension dont s’est accompagnée cette futile démonstration de force militaire affecte des millions d’hommes innocents de toute destruction et de tout terrorisme.

Le monde lutte maintenant contre toutes sortes d’épidémies comme le système immunitaire humain cède sous l’effet du stress. Si seulement les va-t-en-guerre prenaient conscience des effets karmiques de leurs actions irréfléchies, ils chercheraient sans doute à se racheter et à opérer un changement de cap.

Pendant ce temps, Maitreya observe attentivement cette situation discordante, prêt à intervenir s’il le faut, prêt à émerger quand ce sera possible. Rappelez-vous qu’il ne doute pas un instant de l’ultime triomphe de ceux qui se tiennent derrière lui, ceux qui attachent de la valeur à la paix et à la justice, à la liberté et à l’amour. Il sait que ce sont là les raisons d’être de l’existence humaine, et vient pour les voir intronisés en tous.


Regards sur le monde

Le 15 février 2003, à Londres, Maitreya a été vu et filmé sous les traits d’un Antillais, lors de la marche pour la paix (voir Partage international, avril 2003). « Je suis fier aujourd’hui d’entendre mes frères et mes sœurs dire la vérité et dénoncer les mensonges. C’est tellement magnifique ! » a-t-il déclaré. Un an plus tard, les mensonges sont de plus en plus dénoncés.

Des membres du service public et des acteurs de la vie politique se plaignent de surveillance illégale compromettante pour le processus démocratique de l’Onu.

– L’ancien ministre britannique Clare Short a affirmé avoir eu accès à des transcriptions de conversations de Kofi Annan, secrétaire général de l’Onu. Elle a mentionné que la Grande-Bretagne « espionnait le bureau de K. Annan et a obtenu des rapports de sa part durant la période précédant le vote de l’Onu quant à l’invasion de l’Irak. »

–  Boutros Boutros Ghali, secrétaire général de l’Onu avant K. Annan, raconte que dès qu’il prit son poste il fut averti que son bureau, sa résidence, sa voiture et son téléphone étaient mis sur écoute par les Etats membres de l’Onu. Il qualifia ces écoutes de « violation de la charte des Nations unies, [déplorant que] cela complique le travail du secrétaire général et des diplomates, qui ont besoin d’un minimum de confidentialité pour parvenir à des résultats ».

– Hans Blix a confirmé qu’il était systématiquement sous surveillance lors de ses visites en Irak en tant qu’inspecteur principal en désarmement de l’Onu. Selon un membre de « l’Intelligence Service » australien, les transcriptions des appels en Irak du portable de H. Blix étaient partagées entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, et leurs alliés : l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande. H. Blix suppose que son bureau de New York était également sur écoute. Des cercles diplomatiques considèrent les écoutes présumées de H. Blix – dont la mission était considérée comme la dernière chance d’éviter la guerre – comme faisant partie d’une action concertée visant à saboter toute solution pacifique.

–  Richard Butler, prédécesseur de H. Blix et actuel gouverneur de Tasmanie, affirme qu’il savait être sous surveillance à l’Onu car on lui avait montré les transcriptions de ses conversations. Déplorant la pratique de l’espionnage comme étant illégale et néfaste au processus de paix de l’Onu, il a déclaré : « Je savais que j’étais écouté par les Américains, les Anglais, les Français et les Russes. Ils avaient des espions parmi mon personnel. Il était évident que nous étions constamment surveillés. »

– Adolfo Aguilar Zinser, ambassadeur mexicain auprès de l’Onu pendant la période précédant l’invasion de l’Irak, s’est plaint des écoutes opérées en mars 2002, lors d’une réunion ayant pour but de trouver un compromis, et à laquelle assistaient des délégués de l’Angola, du Cameroun, du Chili, de la Guinée, du Mexique et du Pakistan – dont les voix étaient critiques pour les Etats-Unis et la Grande-Bretagne qui cherchaient à obtenir une  deuxième résolution à l’Onu en leur faveur. L’avant-projet du document établi lors de cette réunion fut critiqué comme « inacceptable » le matin suivant par un diplomate américain, alors que seuls ceux qui étaient présents à cette réunion pouvaient connaître son contenu. A. Zinser a critiqué l’activité de surveillance des Etats-Unis comme « étant en violation avec les conventions de l’Onu ». Le Mexique et le Chili ont demandé aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne des explications sur de tels actes, qualifiés par le Mexique « de nature à affecter la confiance qui devrait exister entre les nations ».

– De nombreux délégués de l’Onu ont confirmé la surveillance illégale des bureaux et des délégués onusiens, et indiqué qu’ils doivent tenir leurs conversations confidentielles au café situé au sous-sol de l’Onu, ou lors de promenades à Central Park, où le bruit de fond rend inaudible toute conversation collectée par micros directionnels.

[Sources : BBC, The Independent,G.-B]



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR

 | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.