DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

Extraits de la revue Partage international
Mai 2004




Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.
La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire (en rouge = sélection du mois)

Le sentier du Soleil - par le Maître --, un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles.

point de vue - L’eau, un bien public détourné au profit d’intérêts privés - par  Mark Sommer

TENDANCES
Tony Blair réclame une seconde Commission Brandt

Mondialisation : à l’Onu de piloter - par Sanjay Suri

la voix du peuple - Des manifestations massives pour la paix - Le pouvoir du peuple en Espagne

Benjamin Creme – trente ans de préparation à l’émergence de Maitreya

Témoignages sur les premières conférences de Benjamin Creme

LA REACTUALISATION DES RAPPORTS BRANDT
Echec du monétarisme international et deuxième crise de la dette - par James Bernard Quilligan

SIGNES DES TEMPS
Des larmes de pierre - Des agroglyphes  créés par des Martiens - Renouvellement miraculeux de la peau - Un ovni sur une photo numérique - Des ovnis en Grande-Bretagne - Une statue de Padre Pio verse des larmes de sang

Les mensonges dévoilés : Une programmation de longue date - David Kay appelle les Etats-Unis à reconnaître leurs erreurs - Les exilés irakiens ont menti       

LES PRIORITES DE MAITREYA
Jimmy Carter lance un appel au partage - Gordon Brown demande le doublement de l’aide

faits et prEvisions
Les signes qui annonçaient le 11 septembre - L’asthme se répand dans le monde

Courrier des lecteurs
Le miroir ne ment jamais - Vincent – mais pas Van Gogh ! - Guérison par imposition des mains - Perte totale de contrôle

QUESTIONS-REPONSES


Conférences


Souvent on constate que les gens ne croient pas à ce qu’ils voient de leurs propres yeux. Ils rejettent ainsi nombre d’expériences qui leur seraient précieuses pour donner du sens et un but à leur vie. Par exemple alors même que l’allure générale des ovnis est connue du public, il est fréquent que les gens refusent de croire qu’ils en ont vu bien que tout soit là, au contraire, pour le leur confirmer.

Le sentier du Soleil

par le Maître --, à travers Benjamin Creme

Souvent on constate que les gens ne croient pas à ce qu’ils voient de leurs propres yeux. Ils rejettent ainsi nombre d’expériences qui leur seraient précieuses pour donner du sens et un but à leur vie. Par exemple alors même que l’allure générale des ovnis est connue du public, il est fréquent que les gens refusent de croire qu’ils en ont vu bien que tout soit là, au contraire, pour le leur confirmer. Ils rechignent à accepter ce qui est inédit et inconnu, peu importe combien cela pourrait leur être profitable. Et ce faisant, ils inhibent le développement de leur conscience.

Des services incommensurables

Depuis de longues années déjà, des engins en provenance de planètes sœurs parcourent nos cieux, nous rendent des services incommensurables et, de temps à autre, nous fournissent des preuves aussi certaines qu’inspirantes de la réalité de leur présence. Voyageant seuls, par groupes de deux ou en grand nombre, ils donnent d’eux-mêmes sans relâche pour atténuer, dans les limites de la loi karmique, les conséquences nocives de notre sottise et de notre ignorance.

Nombreux sont ceux qui, sur Terre, les ont vus, ont été impressionnés et émerveillés par leur formidable maîtrise de l’espace mais, par crainte du ridicule, ont gardé le silence. De sorte que les hommes n’ont pu connaître leur réalité, ni apprendre avec gratitude les raisons de leur présence. Pourquoi donc faut-il qu’il en soit ainsi ? Pourquoi les hommes devraient-ils rejeter ce qu’il leur serait si bénéfique d’accepter et de comprendre ?

Plusieurs facteurs contribuent à ce comportement aberrant de leur part. Le plus important est la peur. Dans les profondeurs du psychisme humain réside la crainte paralysante d’une éventuelle destruction. Cette grande peur, toujours prête à surgir, conditionne toutes les réactions, inhibe tous les élans spontanés d’espoir et d’émerveillement. Il en a hélas toujours été ainsi pour beaucoup d’hommes.

L’innocuité des ovnis

Dans la majorité des pays, le gouvernement et les médias ont manqué à leur obligation d’éduquer et d’éclairer les masses. Dans de nombreuses instances gouvernementales on sait beaucoup de choses que l’on dissimule au public. En premier lieu l’innocuité des ovnis et de leurs occupants, même lorsqu’elle est connue, n’est jamais affirmée. Bien au contraire tout ce qui les concerne, bien qu’enveloppé d’un vague mystère, est présenté sous l’angle de la menace.

Les gens qui détiennent le pouvoir et contrôlent les populations savent que si ces dernières connaissaient la véritable nature du phénomène ovni, si elles comprenaient que les vaisseaux spatiaux viennent de civilisations beaucoup plus avancées que la nôtre, elles cesseraient d’accepter dans un silence passif les conditions qui prévalent sur Terre. Elles exigeraient que leurs leaders invitent les visiteurs de l’espace à se faire connaître pour nous enseigner leur manière de vivre et nous guider vers un accomplissement semblable au leur.

Le moment où cela se produira n’est pas si éloigné. Nous approchons d’une époque où la véritable nature de la vie sur les planètes autres que la Terre sera connue de tous. Où les hommes commenceront à considérer le système solaire comme un tout formé de planètes à divers degrés d’évolution qui établissent entre elles des relations de coopération pour réaliser le plan du Logos solaire, s’entraidant et se soutenant mutuellement sur ce sentier.


La voix du peuple

Des manifestations massives pour la paix

Selon le Maître de Benjamin Creme, le 20 mars 2004, 15 millions de personnes ont  marché dans les rues, dans au moins 65 pays,  pour manifester leur réprobation à l’occasion du premier anniversaire de l’offensive américano-britannique en Irak.

– Italie : un à deux  millions de manifestants à Rome. – Espagne : 250 000 à Barcelone ; 40 000 à Madrid. – Etats-Unis : manifestations dans plus de 250 villes, 10 000 manifestants ont marché dans les rues de New York. – Grande-Bretagne : 29 600 à Londres. – Japon : 130 000 personnes ont manifestées à travers le  pays, dont 60 000 à Tokyo ; 20 000 à Osaka ; 7 000 à Fukuoka ;  5 500 à Sapporo. Environ 11 000 personnes ont marché dans 12 villes du nord de l’Ile de Hokkaido. – Belgique : 6 000 à Bruxelles. – Danemark : 2 000 à Copenhague. – Finlande : près de 2 000 à Helsinki. – France : 10 000 manifestants à Paris. – Grêce : 10 000 à Athènes. – Islande : 1 000 à Reykjavik. – Allemagne : des milliers de gens ont défilés dans 70 villes. – Inde : nombreuses manifestations à Bangalore, Mumbai, Kolkata, 3 000 manifestants à New Delhi. – Canada : 25 000 à Vancouver ; 7 000 à Montréal. – Brésil : marches dans plus de 20 villes. – Cuba : 10 000 manifestants. – Australie : 6 000 à Sydney. – Corée du Sud : 10 000 à Séoul.

[Sources : The Guardian, G.-B.; Reuters, The New York Times, E.-U.]


30 ans de préparation

Benjamin Creme – trente ans de préparation à l’émergence de Maitreya (extrait)

En mars 1974, Benjamin Creme forma, à Londres, le premier groupe de méditation de transmission et commença son travail public de préparation à la venue de Maitreya, l’Instructeur mondial. Aujourd’hui, trente ans plus tard, il existe environ 650 groupes de transmission répartis dans plus de 40 pays, et l’information est connue de millions de personnes de par le monde.

Benjamin Creme. Le Maître me donna une liste de quatorze personnes à inviter pour une conférence sur la méditation et des sujets voisins – deux d’entre elles ont abandonné après la première rencontre. J’ai présenté la méditation de transmission, mais j’ai surtout parlé de la Réapparition du Christ, en soulignant brièvement pourquoi la Hiérarchie s’était engagée dans ce genre de travail et ce qu’elle proposait de faire. J’ai invité les gens à prendre part au premier groupe de méditation de transmission. Il y avait longtemps que je recevais le même genre de transmissions, mais seul, à titre individuel ; de très nombreuses heures s’écoulaient ainsi chaque semaine. C’était la première fois qu’un groupe – car il s’agit essentiellement d’une méditation de groupe – était impliqué. Auparavant, j’avais construit le tétraèdre en suivant les directives du Maître. Un ami se chargea de la partie en verre et de la base et j’assemblai les instruments à l’intérieur.

Je construisis également une batterie d’énergie spirituelle en suivant les instructions du Maître. Ce fut tout un travail et il me fallut plusieurs semaines pour trouver le matériel nécessaire. Le Maître suggéra alors que nous ayons une transmission. Elle fut très courte, une demi-heure peut-être. Le Maître suggéra ensuite que nous prenions une tasse de thé. Pendant ce temps, je connectai la batterie au tétraèdre, elle prit ainsi la place du groupe, et la transmission se poursuivit en utilisant l’énergie déjà transmise dans la batterie à travers le groupe.

La batterie était constituée de telle manière qu’elle pouvait emmagasiner de l’énergie spirituelle et celle-ci pouvait être envoyée à travers le tétraèdre au lieu d’être envoyée à travers un groupe. Il me fallut des semaines pour construire cette batterie, mais nous ne l’avons utilisée que cette unique fois. C’était simplement pour nous montrer que la chose était possible. Nous n’avons jamais eu de raison ni d’occasion de l’utiliser à nouveau, car à partir de ce moment-là l’énergie fut toujours envoyée à travers le groupe. J’ai encore cette batterie, mais elle demeure inutilisée.

Le travail de groupe n’était pas une tentative nouvelle, mais ce type particulier de travail de groupe l’était. C’était un prolongement du Mouvement des Triangles qui avait été introduit à la fin des années 1930 par le Maître Djwhal Khul à travers Alice Bailey. Trois personnes forment un triangle. Elles peuvent se trouver n’importe où dans le monde, mais elles se connaissent et se sont mises d’accord pour se relier mentalement à une heure qui leur convient, visualiser un triangle de lumière au-dessus de leur tête et voir ce triangle comme faisant partie d’un immense réseau de triangles semblables recouvrant le monde entier. De cette manière, l’énergie invoquée par l’utilisation de la Grande Invocation est amplifiée. Davantage d’énergie peut être envoyée en toute sécurité à travers trois personnes formant un triangle qu’à travers les mêmes individus pris séparément. C’est également la base de la méditation de transmission.

La méditation de transmission est une tentative nouvelle pour  la Hiérarchie. Elle n’est possible qu’aujourd’hui car elle implique un alignement beaucoup plus mental. Cela ne signifie pas que toutes les personnes participant à la méditation de transmission soient polarisées sur le plan mental, mais ce sont des personnes qui arrivent à mi-chemin entre la première et la deuxième initiation et c’est le niveau où l’on passe de la polarisation astrale à la polarisation mentale, vers 1,5-1,6. Ces personnes atteignent par conséquent un degré de focalisation mentale qui faisait défaut jusqu’ici.

Pendant des siècles, la Hiérarchie a diffusée l’énergie à travers les groupes religieux de toutes sortes, et la plupart des gens dans les groupes religieux, comme la plupart des gens dans le monde, sont polarisés sur le plan astral. Le siège de leur conscience se situe sur le plan astral, et ceci limite la quantité et le type d’énergie qu’il est possible de déverser dans le monde sans distorsion. Les plans astraux, ceux de l’illusion, colorent les pensées et les sentiments des gens et altèrent ainsi l’énergie spirituelle. Au fur et à mesure que les gens avancent – et de plus en plus de personnes parviennent à la première initiation, ou ont déjà passé celle-ci et se dirigent vers la deuxième – un type supérieur de travail comme la méditation de transmission peut être accompli. Il existe aujourd’hui dans le monde entier des groupes qui ont le temps et par-dessus tout le désir de servir.

Le désir de servir résulte du contact avec l’âme. Ceux qui approchent de la première initiation ont un certain niveau de contact avec l’âme, ce qui est relativement nouveau dans la condition humaine. Aujourd’hui, trois ou quatre millions de personnes se tiennent sur le seuil de la première initiation. C’est quelque chose d’une importance considérable pour le monde. Cela signifiera une grande élévation de la vibration spirituelle de l’humanité, si bien qu’une évolution rapide pourra se produire. Par ailleurs, de nombreuses âmes plus évoluées arrivent en incarnation, d’autres l’on fait il y a vingt ou trente ans et ont maintenant atteint un niveau qui les rend particulièrement aptes à ce genre de travail.

Les groupes ont été constitués dans ce but, mais ils forment également la base des groupes impliqués dans la Réapparition du Christ et l’extériorisation de la Hiérarchie. Dans tous les domaines de la vie, des groupes sont impliqués dans le travail concernant la Réapparition, qu’ils le sachent ou non, en particulier les groupes politiques et économiques, qui ont un rôle énorme à jouer dans tout ceci. Cependant, la première approche du grand public a été faite à partir de 1974 par les groupes qui travaillent avec moi. Ceux-ci sont spécifiquement chargés de la tâche qui consiste à faire connaître l’extériorisation de la Hiérarchie et la présence de l’Instructeur mondial, le Seigneur Maitreya, ainsi que des quatorze Maîtres qui sont également physiquement présents dans le monde.

Ce fut une tentative nouvelle pour la Hiérarchie car aucun groupe n’avait jamais travaillé de cette manière auparavant, la méditation de transmission n’avait pas encore été mise en place, il n’y avait pas assez de personnes prêtes pour la pratiquer. La méditation de transmission exige un niveau de contact avec l’âme qui n’est pas courant. Seule une très petite minorité de personnes sont suffisamment imprégnées par l’âme pour avoir le désir de pratiquer ce genre de service qui semble abstrait, mais qui est extrêmement efficace et précis et qui consiste à transmettre les énergies qui transforment le monde. C’est notre réponse aux énergies qui est à l’origine du changement. Ce n’est pas nous qui en décidons tout seuls. Nos décisions sont, dans le meilleur des cas, le résultat de notre réponse aux énergies. Ces énergies incarnent certaines grandes idées qui deviennent nos idéaux ; lorsque nous mettons ceux-ci en pratique, le monde est transformé.

 (La suite de cette passionnante interview dans le numéro du mois de mai de la revue Partage international ainsi que dans les suivants.)


Signes des temps

Une vision radiographique

En janvier 2004, une jeune Russe, dotée d’une vision radiographique qui lui permet de « voir » à l’intérieur du corps des gens et de diagnostiquer leurs maladies, est apparue sur une chaîne de télévision britannique. Elle a correctement diagnostiqué les problèmes médicaux de quatre personnes qu’elle ne connaissait pas – un rein gauche manquant, une atteinte de la moelle épinière, la trace d’une intervention chirurgicale sur la rate et une ancienne blessure à l’épaule. Le médecin présent à l’émission, tout d’abord sceptique, s’est dit impressionné.

Natalia Demkina, originaire de Saransk, à l’est de Moscou, est âgée de dix-sept ans. Elle est capable de passer délibérément de la vision normale à la vision « médicale », bien qu’elle ne puisse pas voir à l’intérieur de son propre corps. Sa vision radiographique fut remarquée pour la première fois lorsque, à l’âge de dix ans, elle dessina les organes internes de sa mère. Conduite chez un psychiatre, elle dessina l’estomac de celui-ci avec un ulcère qui avait déjà été diagnostiqué. Sa renommée s’est répandue et l’on fait la queue à sa porte. « Je ne peux les renvoyer, déclare-t-elle. Je n’accepte pas d’argent. Je suis souvent épuisée à la fin de la journée. » Irina Kachan, chef de service à l’hôpital principal de Saransk, qui a suivi les progrès de Natalia, a déclaré : « Le pourcentage de cas où elle a raison est très élevé. »

L’ambition de la jeune fille est d’étudier la médecine de manière à pouvoir traiter les patients après avoir diagnostiqué leurs maladies.

[Source : Psychic News, G-B]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le Maître Jésus travaillait à travers la jeune Russe.]

Des larmes de pierre

mois, une fillette de huit ans a pleuré des « larmes de pierre ». Des scènes où l’on voit l’enfant pleurant ces larmes miraculeuses ont été filmées.

Jusqu’à présent, la science médicale n’a pas été capable de fournir une explication, et les médecins qui ont examiné attentivement la fillette l’ont déclarée en forme et en bonne santé.

A ce jour, son père a compté huit pierres tombées de ses yeux. Les « cailloux », chacun de la taille d’un grain de blé, ont été soumis à des analyses de laboratoire où l’on a découvert qu’ils n’étaient pas comme des cailloux normaux, mais formés de calcium, de magnésium, de carbone et d’acide urique. Ces larmes en forme de petits grains ont été envoyées à un laboratoire géologique pour d’autres analyses dans l’espoir d’expliquer le phénomène.

[Sources : Utrecht Nieuwsblad ; De Telegraaf, Pays-Bas]

[Le Maître de Benjamin Creme confirme l’authenticité de ce phénomène. Les cailloux sont manifestés par Maitreya.]

Renouvellement miraculeux de la peau

A la suite d’une réaction rare à un antibiotique pris pour soigner une infection nasale, Sarah Yeargain de San Diego (Californie), a contracté une maladie de peau souvent fatale. Elle commença par avoir des cloques et des boursouflures sur le visage, et au bout de quelques jours sa peau s’est détachée par plaques. Les médecins du Centre régional des brûlés de l’Université de Californie, à San Diego, lui sauvèrent la vie en la recouvrant d’une peau artificielle qui a aidé sa propre peau à guérir.

Après avoir pris un antibiotique, le Bactrim (trimetoprime-sulfamethoxazole), elle remarqua tout d’abord une légère enflure et une décoloration sur son visage, puis des cloques sur ses lèvres et une enflure des yeux. Bientôt son visage, sa poitrine et ses bras furent couverts de cloques et la peau de tout son corps commença à tomber, y compris la peau des organes internes et les membranes recouvrant sa bouche, sa gorge et ses yeux.

Les médecins et les spécialistes du service des brûlés traitèrent Sarah en recouvrant tout son corps d’un substitut de la peau appelé TransCyte. Ils lui administrèrent également des médicaments pour empêcher les hémorragies internes et sa propre peau commença à repousser. Les médecins dirent à sa mère qu’ils ne croyaient pas que Sarah survivrait. Cependant, Sarah a déclaré qu’elle était déterminée à combattre la maladie : « Je n’étais pas prête à disparaître. » Le docteur Daniel Lozano qui a soigné Sarah a raconté : « Elle a perdu la peau de tout son corps. C’était dramatique de voir la peau se détacher par plaques. » Meredith Frank, une infirmière de l’unité de soins aux brûlés a déclaré que la guérison de S. Yeargain était un miracle. « Etant donné la quantité de peau qu’elle avait perdue, il y a eu l’action d’une main divine dans sa guérison. »

 [Source :  Channel 10 News, San Diego, Etats-Unis]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que Sarah a été guérie par le Maître Jésus.] 


 Les mensonges dévoilés

Le 15 février 2003, à Londres, Maitreya a été vu et filmé sous les traits d’un Antillais, lors de la marche pour la paix (voir PI, avril 2003). « Je suis fier aujourd’hui d’entendre mes frères et mes sœurs dire la vérité et dénoncer les mensonges. C’est tellement magnifique ! » a-t-il déclaré. Un an plus tard, les mensonges sont de plus en plus dénoncés.

Une programmation de longue date

Dans une interview donnée au magazine américain Vanity Fair, en avril 2004, sir Christopher Meyer, ancien ambassadeur britannique à Washington, relate une conversation assez extraordinaire qui eut lieu entre George Bush et Tony Blair, lors d’un dîner privé à la Maison Blanche, neuf jours après le 11 septembre. Cette conversation confirme, une fois de plus, les révélations d’un ancien conseiller de G. Bush pour les questions de terrorisme, Richard Clarke, qui affirme que G. Bush était décidé de manière quasi obsessionnelle à faire de l’Irak sa principale cible de représailles.

Selon C. Meyer, qui assistait à ce dîner, T. Blair a conseillé à G. Bush de ne pas se laisser détourner de son but initial, qui était de combattre le terrorisme – plus précisément les Talibans et El-Qaïda en Afghanistan. A quoi G. Bush aurait répondu : « Je suis d’accord avec vous, Tony. Nous devons nous occuper d’abord de cela. Mais une fois cette question réglée, nous devrons retourner en Irak. » L’Administration américaine avait déjà en tête le changement de régime du pays. Il était clair, selon C. Meyer, que « lorsque nous serions revenus en Irak, ce ne serait pas pour discuter d’un réajustement des sanctions. »

C. Meyer poursuit en déclarant que T. Blair a toujours cru qu’il y avait peu de chances de renverser Saddam ni de lui faire abandonner ses armes de destruction massive à moins de lancer une guerre. Face à la perspective d’une nouvelle guerre, ajoute C. Meyer, T. Blair n’éleva aucune objection.

Commentant cet article, David Rose écrit dans The Observer : « Les conséquences de ces révélations pourraient être encore plus explosives pour T. Blair. Car cette conversation montre qu’il connaissait avant même les bombardements sur l’Afghanistan les intentions américaines de s’en prendre ensuite à l’Irak, alors qu’il a toujours prétendu que la décision d’attaquer le pays n’avait été prise qu’à la veille de l’invasion, en mars 2003. Nul doute que cet interview va pousser les critiques du premier ministre à lui demander de préciser quand il a décidé d’apporter le soutien que recherchait G. Bush. »

[Source : The Observer, Grande-Bretagne]

David Kay appelle les Etats-unis à reconnaître leurs erreurs

David Kay, ancien inspecteur en chef américain des armements en Irak, a demandé aux autorités de son pays de reconnaître leurs erreurs en Irak. Convaincu qu’il n’existait plus d’ADM et plus que sceptique sur la qualité des rapports remis avant l’entrée en guerre par les services de renseignement, il a démissionné de son poste en janvier 2004. Dans un discours prononcé à l’Ecole de Gouvernement John Kennedy d’Harvard, il avertit l’Administration américaine que si elle ne reconnaissait pas avoir donné de fausses raisons à son entrée en guerre, c’est l’ensemble de sa politique extérieure à venir qui s’en trouverait décrédibilisée. « La solution, c’est d’admettre que vous vous êtes trompés. Ce qui me trouble le plus à Washington, c’est que vous croyez que vous ne devez jamais admettre vos erreurs. »

[Source : Reuters]


Courrier des lecteurs

Le miroir ne ment jamais

Cher Monsieur,

Le 18 mars 2004, dans le courant de l’après-midi, je marchais dans la rue en direction de mon domicile. Dans la soirée nous devions donner notre conférence mensuelle sur l’émergence de Maitreya. Un jeune Noir venait dans la direction opposée. Il me dit avec un léger accent français : « Vous êtes vous déjà regardée dans un miroir ? Vous êtes si belle ! » Je fus éberluée, puis je me suis dit qu’il voulait simplement me faire du charme. Comme il traînait un caddie, j’avais supposé qu’il distribuait de la publicité dans les boîtes aux lettres, mais le caddie était vide. Il poursuivit : « Vraiment, regardez-vous dans un miroir ! Comme vous êtes belle ! » Je commençais à me sentir assez embarrassée, et je lui dis : « C’est très aimable à vous, mais je dois rentrer chez moi. »

 Je réalisai alors qu’il ne s’agissait peut-être pas d’un jeune homme ordinaire. Il me suivit ainsi jusqu’à mon domicile en tenant toujours le même langage : « Très belle, oui, vous devriez vous regarder dans un miroir. Vraiment très belle ! » J’arrivai chez moi, ne sachant trop quoi faire. Il dit alors : « C’est ici que vous habitez ; eh bien, nous nous verrons sûrement. Je viendrai vous voir. A bientôt ! » Et nous nous fîmes au revoir de la main tandis qu’il s’éloignait.

Ce jeune homme était-il quelqu’un d’ordinaire ?

C. F., Barcelone,  Espagne

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le « jeune homme » était Maitreya.]

Vincent – mais pas Van Gogh !

Cher Monsieur,

Le 6 mars 2004, Christophe et moi étions en train de dresser un stand d’information devant l’église située près de la gare, à Berne, dans le but de donner des détails sur la conférence de Benjamin Creme qui devait avoir lieu peu après. Le stand était difficile à monter ; l’un de nous tenait le cadre tandis que l’autre tendait la bâche. Soudain nous vîmes un jeune homme d’environ vingt-huit ans sous la bâche, soutenant le toit. Il nous aida à tout mettre en place. Puis il posa son sac à dos sur une chaise à l’arrière de la tente. Il se conduisait comme s’il appartenait déjà à notre équipe et cela nous paraissait absolument normal. Il déclara s’appeler Vincent, et il ajouta en français qu’il était originaire de Lille (France) mais qu’il était SDF.

Au début de cette rencontre, je me demandai s’il ne s’agissait pas de Maitreya, mais je me dis que Maitreya aurait des yeux plus brillants et je laissai tomber cette idée. Nous restâmes ensemble comme si nous étions de vieux amis ; nous parlâmes de choses ordinaires et tout était très naturel. Sur le devant de la tente nous avions une table avec des cartes de présentation de la conférence. Vincent posa sa bière sur la table et resta avec nous à regarder les passants. Nous avions plaisir à être ensemble et nous ne nous soucions guère que les gens se montrent si peu intéressés par notre information. Nous étions trois co-workers et nous gardions le stand à tour de rôle.

A un moment où je me trouvais seule avec Vincent, il me demanda qui payait les frais de la conférence que nous organisions. Je répondis très vaguement car je ne voulais pas lui dire que nous en assumions nous-mêmes les frais. Puis, après un certain temps de réflexion, je déclarai que l’argent est toujours disponible lorsque la cause est juste.

Vincent me demanda ce que nous faisions au cours de nos réunions. Je lui dis que nous transmettions dans le monde des énergies élevées venant de la Hiérarchie spirituelle. Il répondit alors : « Moi aussi, je sens les énergies et lorsque je vais dans des magasins je sens des énergies négatives et je me couvre la tête avec un chapeau. » Pour me montrer comment il faisait, il enleva le chapeau qu’il portait, puis le remit en l’enfonçant profondément de manière à se couvrir le front. Ensuite nous recommençâmes à observer les passants. Je lui dis : « Les gens ne semblent pas très intéressés par notre message ; ils ne voient même pas notre stand. » Il répliqua : « Oui, tous sont très occupés à faire des courses, ils achètent un tas de choses qu’ils accumulent chez eux et n’utiliseront jamais. »

La conversation avec Vincent se poursuivit ainsi, très amicale et fort intéressante. Chacun de nous lui acheta de la nourriture et de la boisson. A un moment donné, il ouvrit son sac à dos et nous montra sa collection de stylos à bille en disant qu’il en avait toujours un sur lui. Il en donna trois à Anne-Françoise et voulut également m’en donner un, mais je lui dis que je n’en avais pas besoin. Il commença alors à dessiner sur un petit morceau de papier en tenant ensemble trois stylos de couleurs différentes et en dessinant alternativement avec l’un ou l’autre ! C’était très drôle et je me sentais remplie d’amitié et de compassion à son égard. Je me disais que si les conventions sociales l’avaient permis, je l’aurais invité à venir prendre une douche dans mon appartement, je lui aurais donné des vêtements propres et offert quelque chose de bon à manger – j’aurais même pu l’inviter à rester quelques jours car  il m’avait dit qu’il dormait à l’Armée du Salut dans un dortoir où il y avait parfois vingt personnes. Il me donna son dessin.

Vers 13 heures il nous dit au revoir et quitta la tente. Au fond de mon cœur je sentais que j’aimerais le rencontrer à nouveau.

F.W, Berne, Suisse

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que « Vincent » était Maitreya.]

Guérison par imposition des mains

Cher Monsieur,

Le 12 janvier 2004, j’étais chez moi en train de dormir. Soudain je ressentis une douleur aiguë dans l’abdomen. Je plaçai la photo de la main de Maitreya sur moi en disant : « S’il te plaît, Maitreya, que ton aide soulage la douleur dont je souffre », puis j’expliquai ce que je ressentais et posai mes propres mains sur la photo.

Je me rendormis. Une heure plus tard, je commençai à ressentir dans mes mains de petits mouvements qui s’arrêtaient au bout d’un moment pour recommencer quelques minutes plus tard. Après plusieurs cycles de ce genre, mes mains semblaient collées à mon ventre, comme si elles étaient absorbées par lui. Puis elles commencèrent à vibrer avec une puissance extraordinaire, comme si elles transmettaient de l’électricité au fond de mon corps, en balayant la région du ventre. J’avais l’impression que quelque chose était enlevé de moi et évacué par ma respiration. Pourriez-vous me dire ce qui s’est passé et pourquoi ? Maitreya y est-il pour quelque chose ?

P.M., Valence, Espagne

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que cette expérience était une guérison pratiquée par le Maître Jésus.]

Perte totale de contrôle

Cher Monsieur,

En 2002, quelques mois après qu’une empreinte de main soit apparue dans une salle de bains à Barcelone, je me trouvai dans ma librairie. Ma collègue remarqua un homme en train de regarder des livres. D’après elle, il s’agissait d’un radiesthésiste espagnol connu et elle m’encouragea à lui montrer une carte de la « main de Maitreya » pour lui demander son opinion.

Après m’être présentée, je lui montrai la carte sans expliquer toute l’histoire et je lui demandai s’il voulait bien l’examiner avec son pendule. Il accepta, sortit son pendule et le plaça juste au-dessus de la carte. En un rien de temps, le pendule et le bras du radiesthésiste commencèrent à se déplacer rapidement en arrière et en avant, dans un mouvement balayant. On aurait dit que l’homme avait perdu le contrôle de tout son bras et du pendule, qui se déplaçaient comme s’ils avaient leur vie propre. Il semblait se sentir mal, sans doute en raison des vains efforts qu’il faisait pour arrêter son bras et de la nature inconnue du phénomène.

Puis soudain, le bras et le pendule s’arrêtèrent en plein milieu de la carte et commencèrent un nouveau mouvement, cette fois de gauche à droite, puis de droite à gauche. Le mouvement était aussi rapide qu’auparavant et l’homme semblait, cette fois encore, n’avoir aucun contrôle sur son bras. Au bout d’un moment, le pendule et le bras s’arrêtèrent. L’homme semblait très perplexe. Il déclara que la carte était dotée d’une grande puissance et qu’il n’avait jamais au cours de sa vie fait l’expérience d’un mouvement aussi rapide et incontrôlé du pendule et de son bras, ni vu un mouvement de pendule semblant dessiner une croix. Je lui dis que je n’étais pas surprise car la « main » était celle du Christ et je lui parlais de Maitreya et son émergence. Il me remercia, toujours quelque peu perplexe, puis il prit une carte, et s’en alla.

S’est-il produit quelque chose de particulier ? 

M.D., Barcelone, Espagne

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que Maitreya était à l’origine du mouvement du bras et du pendule.]


Questions-réponses

Q. Votre Maître pourrait-il nous dire combien de millions de personnes ont manifesté dans le monde , le 20 mars 2004 – premier anniversaire de l’offensive américano-britannique en Irak ?

R. Quinze millions.

Q. Le 11 mars 2004, à Madrid, en Espagne, il y a eu plusieurs attentats terroristes sur des trains de banlieue qui ont fait au moins 200 morts et plus de 1 200 blessés. C’est le plus grave attentat terroriste survenu dans un pays européen en temps de paix. Cet attentat a-t-il été perpétré par le groupe séparatiste basque ETA, ou par un groupe islamiste en raison de l’implication espagnole dans la guerre contre l’Irak ?

R. D’après mes informations il s’agirait d’un groupe appartenant à une frange de l’ETA. C’est la raison pour laquelle le groupe principal de l’ETA a dénié toute responsabilité.

Q. Si l’ETA est responsable de l’attentat de Madrid, [1] ses membres ont-ils planifié cet attentat tout seuls ? [2] L’ont-ils commis eux-mêmes ou ont-ils été aidés par d’autres groupes (Al-Qaïda, groupes islamistes radicaux, mercenaires payés, ou autres) ?
[3]
Pourquoi l’attentat n’a-t-il pas été revendiqué par le groupe principal du mouvement séparatiste basque ?

R. [1] Oui. [2] Eux-mêmes, mais il s’agissait de membres appartenant à une frange extrémiste. L’ETA n’a aucun lien avec Al-Qaïda. [3] Le groupe principal n’avait pas organisé cet attentat et le peuple espagnol s’est montré extrêmement choqué lorsque le gouvernement espagnol en a tout d’abord attribué la responsabilité à l’ETA. Ils n’avaient jamais commis d’attentat à une aussi grande échelle auparavant.

Q. Les revendications d’Al-Qaïda dans la responsabilité de l’attentat sont-elles authentiques, au sens où cette organisation terroriste serait également impliquée, ou l’utilise-t-elle comme une opportunité de semer la terreur un peu partout ?

R. Il s’agit d’une revendication purement opportuniste.

Q. Des démentis ont été donnés par un porte-parole de la branche politique de l’ETA et par l’ETA elle-même en ce qui concerne une éventuelle implication dans l’attentat de Madrid. Etant donné que l’ETA est actuellement affaiblie à la suite de la mise en détention de son précédent dirigeant, est-il possible que l’attentat ait été perpétré par une branche radicale de l’ETA sans que l’autre partie de l’organisation ait été au courant ?

R. C’est précisément le cas. Une frange radicale, faisant preuve d’impatience à l’encontre de la direction générale de l’ETA, a décidé d’aller plus loin que l’ETA ne l’avait jamais fait auparavant en perpétrant un attentat à grande échelle, particulièrement destructeur et spectaculaire. Le gouvernement espagnol avait donc raison de déclarer que l’attentat portait « l’empreinte » de l’ETA. Les Espagnols cependant étaient très en colère à l’idée que le gouvernement puisse essayer de masquer une attaque d’Al-Qaïda (en raison de l’implication du gouvernement espagnol en Irak) en suggérant que l’ETA était responsable. Immédiatement, le gouvernement Bush demanda au gouvernement espagnol de laisser tomber toute référence à l’ETA et d’annoncer que les coupables étaient des terroristes musulmans, appartenant sans doute à Al-Qaïda. Ce qui a été fait. Un certain nombre de musulmans, dont certains originaires du Maroc, ont été arrêtés. Ils ne sont pas coupables de cette action tragique. La CIA, comme d’habitude, s’est arrangée pour fournir des « preuves » – un sac avec un Coran à l’intérieur ! Attribuer tout attentat terroriste à Al-Qaïda, qu’elle en soit ou non responsable, est bien sûr un bon moyen d’agir en faveur de la réélection du président Bush.

Q. Est-il cynique de soupçonner une ingérence des Etats-Unis ?

R. Les Etats-Unis sont effectivement intervenus pour faire porter la culpabilité de l’attentat à Al-Qaïda.

Q. Si le gouvernement américain est impliqué dans la « modification des faits  » [1] comment a-t-il procédé ? Dans quel but ? [2] les soi-disant « preuves » étaient-elles authentiques ?

R. [1] En faisant pression sur le gouvernement espagnol. [2] Elles n’étaient pas authentiques, mais on leur a fait beaucoup de publicité tandis que tout autre possibilité, notamment celle d’une responsabilité de l’ETA, fut rapidement abandonnée.

Q. [1] Je ne suis certainement pas le seul à penser que si le gouvernement américain pensait  pouvoir continuer à berner le public, il exhiberait le soi-disant Saddam Hussein dans le but de gagner des voix pour les futures élections. En fait, nous n’entendons plus parler du pauvre double de Saddam Hussein. [2] Est-il toujours en vie ? [3] Où est-il détenu ?

R. [1] Oui, sans doute. Les dirigeants américains réalisent qu’une exposition publique conduirait à une grande suspicion quant à l’identité de leur captif. Ils considèrent probablement qu’il a servi leur but immédiat [2] Oui. [3] Aux Etats-Unis.

Q. Parmi les prisonniers détenus à Guantanamo, quel est le pourcentage de ceux qui ont été impliqués dans des activités terroristes ?

R. Environ un quart – 25 %.

Q. Je suis abonné à Share  International depuis plus de dix ans. J’ai fait des dons, assisté à des méditations, lu certains des ouvrages, consulté régulièrement le site Internet et vu Benjamin Creme en personne à Los Angeles et à Londres. En fait, j’ai même programmé un séjour à Londres avec ma famille dans le but d’assister à une conférence. Je suis suffisamment sensible pour ressentir le pouvoir spirituel qui entoure Benjamin Creme ; ceci a préservé mon écoute. Cependant, alors que je trouve l’aspect spirituel enrichissant, l’aspect politique me semble souvent mal inspiré.

Je lis en particulier, chaque mois, avec la plus grande attention, les « Questions-réponses » de votre revue et je suis de plus en plus consterné par l’orientation politique de Benjamin Creme et de Share International. Cela m’a empêché de participer de manière plus approfondie à votre mouvement. Etant donné que l’on trouve sous cette rubrique de nombreuses assertions outrageantes et irresponsables qui ne s’appuient sur aucune autre source, j’ai commencé à douter du reste du programme.

Je ne vous demande pas de cacher votre orientation. Il est bon que vous l’exposiez aussi ouvertement. Cependant, cela limite votre crédibilité pour moi et peut-être pour d’autres. Avec mes meilleures pensées.

R. Je suis certain que l’auteur de cette lettre n’est pas le seul à être insatisfait du contenu politique et économique de Share International (Partage international). Je peux comprendre sa consternation devant ce qu’il considère comme un empiètement de plus en plus grand de l’aspect purement « politique » sur l’aspect « spirituel ». Etant donné que nous nous montrons très critiques à l’encontre du gouvernement américain actuel et de sa contribution massive au chaos, à la peur et au stress qui règnent dans le monde, et que notre correspondant est américain et porte un regard différent sur les actions américaines, ce doit être pour lui douloureux, vexant et embarrassant. C’est la même chose pour de nombreuses personnes, ici en Grande-Bretagne, lorsque nous voyons notre gouvernement mentir et dissimuler dans son soutien à l’action américaine.

Il ne faudrait pas oublier que notre approche n’est jamais celle d’une politique partisane et que les questions émanent de lecteurs qui sans aucun doute cherchent des réponses honnêtes qu’ils ne trouvent pas ailleurs. Il est certain que tous ne considèrent pas nos réponses comme des « assertions outrageantes et irresponsables » mais comme des déclarations qui ont réellement le soutien de la Hiérarchie.

L’intention déclarée de Share International est de réunir les deux directions majeures de la pensée du nouvel âge – l’aspect politique et l’aspect spirituel – afin de montrer la synthèse sous-jacente aux changements politiques, sociaux, économiques et spirituels qui se produisent actuellement à l’échelle mondiale.

Pour Share International, tout ce qui rend la vie meilleure pour l’humanité est spirituel, que ce soit sur le plan physique, mental ou à proprement parler « spirituel ».

Pourquoi Maitreya manifeste-t-il avec les millions de protestataires qui appellent à l’action politique afin de mettre un terme à la guerre et à l’injustice ? La crise spirituelle si douloureuse que nous traversons tous est aujourd’hui focalisée dans les domaines politiques et économiques. Ce n’est que dans ces domaines qu’elle peut être résolue, ce qui ouvrirait la voie à l’instauration de justes relations humaines.

Q. Que pensez-vous, vous et votre Maître, de l’assassinat de Cheik Yassin, dirigeant spirituel du Hamas ? Quelles en seront les conséquences ?

R. C’est du terrorisme sous son aspect le plus criant, le plus irresponsable et le plus impitoyable, et cela montre le mépris et l’opposition d’Ariel Sharon envers le processus de paix. Cela ne fera qu’enflammer le Moyen Orient et prolonger la lutte en faveur de la justice pour le peuple palestinien.

Q. Ariel Sharon déclare qu’il veut supprimer certaines des colonies israéliennes. S’agit-il simplement d’une ruse ? Qu’est-ce qui se cache derrière ce genre de déclaration ?

R. J’ai bien peur que les déclarations d’Ariel Sharon soient dénuées de toute valeur vu son action à l’encontre des droits du peuple palestinien. Il n’a aucune intention de céder du territoire.

Q. L’Histoire montre que les empires présument de leurs forces et sont souvent occupés sur trop de fronts à la fois à combattre des ennemis réels, imaginaires ou purement inventés. [1] L’empire américain est-il entré dans la phase finale de son existence ? [2] Qu’est-ce qui peut ramener les Américains à la raison ?

R. [1] Oui. [2] Un grave effondrement économique.

Q. Il est chaque jour plus évident que les Etats-Unis, à travers des agences comme la CIA, imposent leur volonté et manipulent à leur profit ce qui relève de la souveraineté d’autres pays (les élections par exemple). Ceci a-t-il toujours existé même si ce n’est que maintenant que nous voyons la corruption venir à la surface, comme Maitreya l’a prédit ? Ou la corruption politique a-t-elle atteint une profondeur nouvelle avec le gouvernement américain actuel ?

R. Les Etats-Unis sont un pays jeune dominé en tant que personnalité par les aspects inférieurs du sixième rayon d’idéalisme ou de dévotion. Ils souffrent par conséquent de tous les vices de ce rayon : la dévotion à ses propres intérêts, la suspicion aux motivations des autres, la combativité et l’affirmation de soi, l’aveuglement quant à ses propres motivations, etc. Les tactiques tyranniques de ce pays sont endémiques et durent depuis longtemps. Ses habitants et ses gouvernements successifs croient répandre la liberté et la justice dans le monde, alors qu’en fait ils servent leurs propres intérêts. L’aveuglement est l’une des principales caractéristiques du sixième rayon. La corruption politique a donc toujours existé, mais avec le gouvernement actuel, mené par des extrémistes fondamentalistes, elle prend des proportions plus importantes que jamais.

Le monde, comme l’a écrit Djwhal Khul, par l’intermédiaire d’Alice Bailey, attend que l’âme de deuxième rayon des Etats-Unis se manifeste, comme elle l’a fait à travers le Plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale.



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDAREVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.
Grande conference Bruxelles novembre 2018