DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

Extraits de la revue
Partage international

Janvier-février 2005 - N° 197-198



Ceci est une version abrégée de la revue Partage international, version française du magazine Share International.
La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.



Sommaire

  • La fin des ténèbres - par le Maître -- , un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles.

  • POINT DE VUE
    • La victoire de Bush ne fera que hâter la fin de l’empire américain - par Mark Sommer
    • La réalité des frères de l’espace et leur œuvre - interview de Benjamin Creme     par Janez Ferjancic

  • RAPPORT 2004 SUR L’ETAT DU MONDE
    • Pour une vie centrée sur le bien-être

    • Le dharma, loi immuable - par swami Nirliptananda
  • LES PRIORITES DE MAITREYA
    • Les Nations unies cherchent à accélérer la réalisation des objectifs du millénaire
    • Un programme pour améliorer la santé en Ethiopie
    • L’extension des bidonvilles risque de favoriser l’extrémisme
    • L’intérêt de l’éducation des filles

  • SIGNES DES TEMPS
  • LA VOIX DE LA RAISON
  • LA VOIX DU PEUPLE
  • TENDANCES
    • Un moratoire sur la dette c’est bien ; l’annulation c’est mieux
    • Amérique du Sud : le changement se fait sentir
    • Wangari Maathaï : prix Nobel de la paix
    • Les Néo-Zélandais aident les pays pauvres

  • COURRIER DES LECTEURS

  • FAITS ET PREVISIONS
    • Le Japon menace de rapatrier ses investissements américains
    • Un dollar qui n’en finit pas de chuter
    • Sombres perspectives          
    • Explosion du déficit
    • Un déficit malvenu                           
    • Les petites îles menacées
    • La Chine s’offre IBM

    • Irak : pas d’armes de destruction massive

  • QUESTIONS-REPONSES

    • Leurs aspirations ne seront pas repoussées - par le Maître --

 


HomeLa fin des ténèbres

par  le  Maître --, par  l’entremise  de  Benjamin  Creme

De temps à autre, les forces naturelles de la planète manifestent leur irrésistible puissance sur un mode destructeur et inopportun pour les hommes. Ainsi de la récente catastrophe dans l’océan Indien.

La mort soudaine de milliers de personnes et les immenses dommages causés aux habitations et infrastructures ont bouleversé le monde, et suscité une réponse remarquable : pour la première fois toutes les nations, à l’Est comme à l’Ouest, au Nord comme au Sud, se sont rassemblées dans un mouvement d’aide spontané.

Les peuples poussent leur gouvernement à faire preuve de générosité, et à annuler les arriérés de la dette des pays les plus pauvres. Cette vague de compassion pour les victimes du cataclysme s’est traduite aussi par un élan de solidarité envers tous les démunis du tiers monde, ce qui indique clairement que les peuples sont prêts pour Maitreya.

Il ne saurait y avoir de signe plus sûr qu’il en est ainsi. Nul ne peut douter de la sincérité de cette préoccupation pour les déshérités ; la tragédie du tsunami a touché les multitudes, les incitant à demander l’instauration de la justice et la transformation du monde.

L’aspiration des peuples

Enfin, l’on prête attention à leur voix. Enfin, les énergies bénéfiques de Maitreya suscitent une réaction dans le cœur d’un grand nombre d’hommes qui ignorent encore sa présence. Enfin, les gouvernements des pays riches répondent à l’aspiration de leur peuple à la justice et à la paix. Ils pressentent que leur propre avenir dépend de l’attention qu’ils prêteront à la voix du peuple, qui se fait entendre toujours plus clairement et plus puissamment.

Que les gouvernements le comprennent : la voix du peuple est celle de la sagesse. Il s’agit d’un appel au réalisme et à la vérité, aux seules décisions susceptibles d’amener un monde meilleur et plus sensé. Les gouvernements qui ignoreront cette voix sont condamnés, car ils perdront leur autorité et la confiance de leur peuple.

Le moment de l’émergence

Pour l’heure, Maitreya attend le moment d’émerger et évalue avec le plus grand soin le pour et le contre. Il se réjouit des signes qui montrent que les hommes sont prêts, et sait que la date est proche. Il se réjouit de cette opportunité de travailler au grand jour pour l’humanité et le Plan.

Ainsi, sa puissance et son efficacité seront immensément accrues. Ainsi, il pourra travailler directement avec les hommes, montrer l’importance qu’il accorde à leur bien-être, sa compréhension de leurs besoins et de leurs difficultés, sa conscience de leurs problèmes et de la manière dont ils peuvent être résolus. Il souhaite être perçu comme un frère et ami, un père plein de sagesse aux conseils bénéfiques et fondés, un aide et un partenaire sur le chemin de cet avenir radieux qui attend tous les hommes.

Patientez donc encore un peu et sachez que, en dépit des problèmes et des difficultés, des pertes et des déchirements, le Plan de transformation du monde et de salut des hommes est en bonne voie vers la victoire, et tout ira pour le mieux.  


Haut de pageSignes

Une jeune fille verse des larmes de pierre

Une jeune indienne de 15 ans a été hospitalisée après que de petits cailloux aient commencé à sortir des coins de ses yeux. Les médecins ne peuvent expliquer le phénomène. Selon les habitants du village de la jeune fille, dans l’Etat de Jharkhand, soit elle est possédée par un esprit maléfique, soit elle est l’incarnation d’une déesse.

Savitri déclare ressentir des maux de tête atroces avant que les pierres commencent à apparaître. De petits cailloux ont également émergé de ses oreilles, de son nez et de sa bouche. « Il est arrivé que des cailloux sortent du nez ou des oreilles de quelques personnes, explique le Dr Ragho Saran, qui a suivi Savitri.  Mais c’est la première fois que je vois des cailloux sortant des yeux. La formation de cailloux est due à un taux élevé de calcium dans le corps. Mais on les trouve en général dans la vésicule biliaire et les reins. »

« Des cailloux émergeant d’organes comme les oreilles, le nez et la bouche peuvent se concevoir, a précisé le Dr I.B. Prasad, chef du département de médecine à l’hôpital où Savitri a été traitée. Mais des cailloux sortant des yeux est un étrange phénomène puisqu’il n’est pas mention-né dans la littérature médicale. »

Savitri et sa famille désespèrent de trouver un remède à ces symptômes. Sa chambre d’hôpital a été submergée de journalistes mais sa famille déclare que personne ne s’est présenté avec une éventuelle aide médicale.

[Source : New Zealand Herald, Nouvelle-Zélande]

[Le Maître de Benjamin Creme confirme que ce phénomène est encore un miracle manifesté par Maitreya. Il est temporaire et ne durera pas longtemps.]

HomeMiracles de la Vierge au Liban

A la mi-août 2004, un jeune Jordanien âgé de dix ans, en pèlerinage avec sa famille au monastère de Saydet Ras à Baalbek (Liban), a déclaré avoir vu la statue de la Vierge bouger. La nouvelle du miracle s’est répandue, ainsi que des comptes rendus de guérison et maintenant des milliers de gens affluent pour voir la statue de la « Dame de Beshwat ». Le père Elias Khodatri, supérieur du monastère, raconte que de nombreuses personnes ont vu la Vierge ouvrir et fermer les yeux.

Le dimanche 4 septembre 2004, Asaad Chamoun, âgé de soixante-dix neuf ans, infirme à la suite d’une intervention chirurgicale et forcé d’utiliser un fauteuil roulant depuis sept ans, a été guéri devant des centaines de personnes. A. Chamoun s’est levé de son fauteuil roulant et a marché à côté de son épouse Fadwa et de son fils Joseph. Il a ensuite marché de la vieille église où la Dame de Beshwat est apparue jusqu’à la nouvelle église où il a déclaré : « J’ai vu une lumière en face de moi et j’ai été obligé de marcher. J’ai essayé et j’ai pu le faire. »

Le personnel de la Défense civile et la police municipale assurent la sécurité des pèlerins, et les habitants du quartier leur offrent du café, de l’eau fraîche et du pain.

[Source : The Daily Star, Liban]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que ceci faisait partie d’une série de miracles importants et qu’il y aurait encore d’autres miracles manifestés par le Maître qui fut la Vierge Marie.]

HomeRescapés du tsunami

Une jeune Srilankaise de onze ans, Sylvia Lucas, fut emportée par la vague alors qu’elle jouait sur la plage dans le village de Pasikudha. Des hélicoptères de secours réussirent à sauver d’autres personnes qui se trouvaient auprès d’elle, mais ils ne la virent pas. Elle resta accrochée à un rondin pendant vingt-quatre heures, repoussant un « gros poisson » qui tournait autour d’elle dans l’eau et elle fut finalement remarquée par un hélicoptère de secours le lendemain.

[Source : Sky News]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la fillette avait été aidée par Maitreya.]

Lorsque le tsunami frappa une base aérienne indienne sur l’île de Nicobar, la fille du chef de l’escadron Meghna Rajshekhar, âgée de treize ans, fut emportée avec de nombreuses autres personnes. Les sauveteurs ne la virent pas et n’entendirent pas ses cris, et elle passa deux jours loin en mer, flottant sur une porte en bois qu’elle dut partager avec des serpents de mer – qui ne lui firent aucun mal. Elle flotta finalement jusqu’au rivage où des habitants du coin la découvrirent marchant hébétée sur la plage.

[Source : ABC News, Etats-Unis]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la fillette avait été protégée par un Maître indien qui l’a également protégée des serpents de mer.]

Un bébé de vingt jours a été retrouvé vivant, flottant sur un matelas, dans le restaurant détruit de ses parents à Penang, en Malaisie. Ses parents, A. Suppiah et son épouse Annal Mary, furent emportés par le tsunami mais ils purent tous deux retourner jusqu’à leur restaurant détruit où ils trouvèrent leur bébé en pleurs, sur le matelas qui flottait sur un mètre cinquante d’eau.

[Source : Aljazeera.com]

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le bébé avait été sauvé par le Maître Jésus.]


HomeLa voix de la raison

Le Plan Marshall du chancelier britannique

Gordon Brown, le chancelier de l’Echiquier britannique, veut utiliser les présidences britanniques du G8 et de l’UE comme tremplin pour enrayer la pauvreté et instaurer un nouveau Plan Marshall en faveur des pays les plus pauvres. Récemment, à Glasgow, le chancelier a énuméré ses objectifs pour les présidences et exposé les trois principaux engagements de son plan.

– Il souhaite l’effacement total de la dette des pays les plus pauvres, qui doivent 80 milliards de dollars au FMI, à la Banque mondiale et à la Banque africaine de développement. « Insister pour le remboursement de ces dettes est injuste – c’est une offense à la dignité humaine. Ce qui est moralement faux ne peut être économiquement juste », a-t-il  déclaré.

– Il a promis « les premières négociations commerciales mondiales de l’Histoire en faveur des pays les plus pauvres ».

– Il s’est engagé à créer une nouvelle  facilité financière internationale destinée à récolter 50 milliards de dollars supplémentaires, d’ici un an, auprès des marchés de capitaux internationaux.

Dans sa quête passionnée pour l’allégement de la dette, G. Brown s’est engagé auprès de nombreuses organisations non gouvernementales largement soutenues par le public. Ce faisant, il a identifié une nouvelle forme de politique qu’il appelle « consensus progressif ». Au cours d’une récente interview parue dans le journal britannique The Independent,  il a expliqué  que le soutien du public était vital pour ce consensus, citant l’exemple du public britannique qui est en faveur de l’allègement  de la dette et de la nécessité de prendre des décisions au niveau local. « Les progrès dans ce domaine dépendent de la volonté populaire. Ils ne peuvent être accomplis par les seuls gouvernements ou par une élite politique »,  a-t-il ajouté.

Suite au désastre du tsunami de décembre 2004, G. Brown a négocié un accord avec les chefs des pays les plus riches en faveur d’un moratoire d’au moins un an sur les 3 milliards de dollars de dettes dues par les pays frappés par le désastre. Evoquant l’immense soutien du public dans le monde entier et les implications de ce soutien sur le problème plus vaste de la pauvreté dans  le monde, le chancelier a déclaré : « La solidarité mondiale de ces derniers jours n’exprime pas seulement de la sympathie, mais aussi un soutien montrant que même si nous sommes des étrangers, séparés et dispersés à travers le monde, même si nous sommes de races différentes, même si notre richesse et nos revenus nous différencient, même si nous sommes divisés par nos croyances et nos idéologies – même si  nous sommes  différents et souvent divisés – nous constituons un seul univers moral. Et le sens moral que nous partageons et qui nous est commun fait que nous savons où est notre devoir envers les autres. » 

[Source : The Independent, G.-B.]

HomeUn élan de solidarité sans précédent

Les organisations humanitaires considèrent que l’extraordinaire élan de solidarité ayant suivi le tsunami a prouvé aux politiciens que le public était très sensible à la souffrance humaine. Cela pourrait  faciliter la lutte contre la misère dans le monde.

Comme l’a déclaré Anne Macdonald, directrice des relations publiques d’Oxfam, « des millions de gens ont vu à la télévision des familles entières entassées dans des logements minuscules. Des milliers et des milliers de gens nous ont appelés, et nous nous sommes aperçus en parlant avec eux qu’ils sont conscients que la misère aggrave les conséquences des désastres de ce genre. Ils se sentent vraiment solidaires avec la souffrance de ces malheureux qui vivent pourtant presque à l’autre bout du monde. Si un nombre suffisant d’entre eux font pression sur leurs gouvernements, de grands pas peuvent être réalisés vers la résolution du problème de la dette des pays pauvres ou émergeants, ainsi que des discriminations commerciales et environnementales dont ces pays sont victimes. »

D’autres personnalités ont réagi dans ce sens, comme Tony Benn, député du Royaume Uni : « Ce désastre fait prendre conscience aux gens que les Nations unies ont besoin de davantage de fonds et d’équipements. Nous possédons la technologie nécessaire et l’argent, si les peuples contraignent les gouvernements à utiliser une partie de l’argent qu’ils consacrent aux armes et à la guerre. »

Kanya King, fondateur du Prix de la musique africaine, a affirmé : « Nous ne pouvons plus vivre isolément tout en assistant à la destruction de vies et de moyens d’existence. Nous devons tous prendre des initiatives pour changer les choses. Nous avons apporté la preuve que l’opinion publique et les médias peuvent influencer les gouvernements. »

Le Dr Ghayasuddin Siddiqui, leader du Parlement musulman, a déclaré : « La compassion et la solidarité envers l’humanité unissent chacun d’entre nous, par-delà nos croyances ou nos ethnies. Cette tragédie a démontré que tous les hommes pouvaient s’unir pour s’entraider. L’humanité a fait un pas en avant. »

[Source : The Independent, G.-B.]


HomeLa voix du peuple

La révolution orange et pacifique

Les récentes élections présidentielles en Ukraine ont finalement vu la victoire du candidat de l’opposition Viktor Yushchenko, de la Coalition des forces du peuple, face au premier ministre en place, Viktor Yanukovich, considéré comme le « candidat du Kremlin ».

Ces élections ont été marquées par d’importantes manifestations, organisées par le mouvement Pora (C’est l’Heure), composé principalement de jeunes dynamiques, efficaces, très motivés, et parfaitement formés aux technologies informa-tiques.

Lié à aucun parti politique, Pora s’était fixé pour objectifs d’encourager la démocratie en Ukraine et d’assurer des élections libres et équitables.

Le premier tour de ces élections, le 21 novembre dernier, ayant donné Viktor Yanukovich gagnant, des centaines de milliers d’Ukrainiens, arborant des écharpes oranges, le signe distinctif de Pora, ont protesté jour et nuit contre un scrutin entaché de multiples cas de fraude.

Finalement, face à la pression populaire, la Cour suprême (traditionnellement suspectée de subir les pressions du pouvoir en place et de manquer d’indépendance et d’intégrité), a imposé un second tour, qui a donné une facile victoire au candidat de l’opposition.

Après 17 jours de protestation ininterrompus, les manifestants de Pora ont pu célébrer le triomphe de la démocratie
en Ukraine. Financé par de multiples dons émanant de tout le territoire, le mouvement Pora avait pu organiser un véritable village de tentes avec un service de restauration, des sanitaires, une infirmerie, et des vestiaires pour se changer. Un service d’ordre assurait en permanence la sécurité des manifestants et des installations.

Longtemps considéré comme les « petits frères » de l’empire soviétique, les Ukrainiens ont, dans ce grand « moment de vérité », clairement démontré leur in-dépendance politique et leur unité face à la fraude électorale.

[Sources : The New York Times, Associated Press, Etats-Unis ; BBC, Grande-Bretagne ; www.pora .org]


HomeCourrier des lecteurs

Appel aux médias

Cher Monsieur,

Je me demande si des commentaires seront transmis sur le site Internet de Share International au sujet du tsunami asiatique et de la volonté d’aider tous ceux qui ont été frappés par cette catastrophe. Dans mon pays, la Norvège, tant de gens aimeraient aider. Des millions ont été donnés et des milliards le seront. Si l’on prend du recul, c’est maintenant un défi mondial pour tous les habitants des pays riches de donner en permanence ; il faudrait un changement de conscience afin que donner et aider deviennent des objectifs primordiaux. Dans de nombreux endroits du globe, des populations ont besoin d’une aide quotidienne. Au Soudan, des enfants meurent plus vite que nous ne pouvons les dénombrer, mais il n’y a pas là-bas de couverture médiatique. Si les médias y accordaient la moitié du temps consacré à la couverture du drame qui s’est produit en Asie, les gens prendraient conscience.

R., Knarvik, Norvège

[E-mail adressé au site Internet de Share International]

HomeLa laitière

Cher Monsieur,

Il y a quelque temps j’ai lu dans Partage international tout ce qui concernait le miracle mondial des statues buvant du lait, notamment celles de Ganesh. Nous avons une statue de Ganesh sur le rebord d’une fenêtre et cela semblait une bonne idée d’essayer. Ma fille âgée de deux ans et moi-même avons donc offert du lait à la statue dans un bol placé devant elle. Ma fille mit quelques gouttes de lait sur le bout de ses doigts et les posa à l’extrémité de la trompe de Ganesh. Malheureusement, il ne se produisit absolument rien. Au bout de deux jours, nous renonçâmes. Ma fille déclara que Ganesh n’avait pas faim et je me demandai si Ganesh n’aimait pas le lait de soja que nous lui avions offert.

Quelques jours plus tard, ma fille me montra une petite statuette du Bouddha que nous possédons en disant : « Le petit Bouddha veut aussi du lait. » Nous suivîmes le même procédé et à ma grande surprise, le lait avait disparu le matin suivant. Ma fille ne fut pas le moins du monde surprise. Nous lui offrîmes du lait (de soja) pendant quelque temps et il le « but ».

Notre petit Bouddha « boit-il » le lait ? Si c’est le cas, qui l’aide à le faire ? Depuis Noël, le petit Bouddha a cessé de boire le lait.

C. C., Amsterdam, Pays-Bas

[Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que le petit Bouddha n’a pas « bu » le lait, mais que Maitreya avait fait disparaître celui-ci, comme lors du miracle du lait qui s’est produit en 1995.]

HomePlus près que vous ne pensez

Cher Monsieur,

Nous avons mis une annonce sur un tableau d’affichage au sujet des anges et des croix de lumière. Nous demandons aux lecteurs intéressés de nous téléphoner et nous recevons toutes sortes d’appels, y compris certains appels de chrétiens fondamentalistes.

Un soir de l’hiver dernier, un homme a téléphoné et nous avons parlé avec lui pendant quelque temps. Il déclara incidemment que nous nous entretenons souvent avec des anges sans en avoir conscience. Cependant nous ne prêtâmes guère attention à ceci avant la fin de la conversation.

Nous avions l’impression qu’il s’agissait d’un fondamentaliste, car il était très sûr de lui – non seulement content de lui, mais s’exprimant avec l’intonation de quelqu’un qui sait tout. Il nous interrogea sur le sens exact de notre annonce et sur nos opinions. Nous nous attendions à ce qu’il commence à citer la Bible, comme le font habituellement les fondamentalistes. Mais il n’en fit rien.

Nous parlâmes encore pendant quelques minutes et il déclara : « Quelque chose de grand est sur le point de se produire. C’est aussi près que le bout de votre nez. C’est si près que vous ne pouvez le voir. Et rien de ce que vous pouvez imaginer de meilleur ne s’en rapprochera. » Il demanda ensuite si nous avions des questions à lui poser. Le tour de la conversation nous avait tellement impressionné que nous ne posâmes aucune question.

Cet homme était-il un Maître ?

B. et G. D., Montgomery, Alabama, Etats-Unis

[Benjamin Creme a indiqué que la personne au téléphone était le Maître Jésus.]

HomeQuestion tendancieuse

Cher Monsieur,

Le 4 décembre 2004, je me trouvai à Cuba Mall, en train de distribuer des brochures et de parler à tous ceux qui étaient intéressés par l’exposition des photographies publiées à l’origine au verso de Share International, lorsque soudain un homme se présenta devant moi.

Il n’était plus dans sa prime jeunesse, sans pour autant avoir atteint l’âge mûr. Il avait l’air un peu fatigué, mais il donnait une vive impression de force et de détermination. L’espace d’un instant, je me demandai avec inquiétude s’il ne s’agissait pas d’un fondamentaliste comme nous en avions rencontré un certain nombre ce jour-là. Je lui parlai mais je sentis qu’il n’était pas très intéressé. Il n’essaya cependant pas de s’esquiver. La conversation, guidée d’une certaine manière par lui, tourna autour du fait de savoir si j’aimais les Maoris, ce qui est le cas. En fait, il ne semblait pas avoir besoin de réponse. Il me regarda ensuite de manière très directe en disant : « Et les Chinois ? » Le matin même je m’étais dit que nous avions autant de Chinois que d’Européens dans notre rue. Je répondis à contre cœur que je détestais le racisme, mais qu’en grattant la surface on pourrait le trouver. Je commençai à penser qu’il s’agissait de Maitreya ou de l’un des Maîtres. J’essayai de trouver quelque chose d’approprié à dire et je déclarai : « Que pensez-vous de ce qui se produit aujourd’hui dans le monde  et des énergies qui affluent ? » Il me répondit : « Je connais les énergies. » Les mots étaient simples, mais ils en disaient long. Je restai silencieuse et il s’éloigna. En s’en allant, il tourna la tête et me regarda. A ce moment-là, je fus absolument certaine qu’il savait que je savais qui il était. Mon cœur bondit. Le reste du temps que je passai sur notre stand fut rempli de joie.

S’agissait-il de Maitreya ?

B. O., Wellington, Nouvelle-Zélande

[Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le visiteur était Maitreya.]

HomeUne prouesse d’équilibre

Cher Monsieur,

Le jeudi 16 décembre 2004, je rentrai chez moi après avoir aidé un membre de notre groupe à présenter la méditation de transmission au Watkin’s Esoteric Centre, dans le West End de Londres. Je me disais que j’avais beaucoup apprécié cet atelier – que cela avait été un réel bonheur et que je pourrais facilement m’arranger pour participer davantage à ce genre d’activités, en dehors de mon travail quotidien.

Je sortis à la station de métro Shepherds Bush vers 23 h 30 et je longeai le côté nord de l’espace vert de Shepherds Bush, au milieu d’une foule de gens qui avaient fêté Noël et rentraient chez eux en titubant. Je n’avais fait que quelques mètres lorsqu’un homme me dépassa rapidement sur la gauche, les bras tendus. Je le vis seulement de dos tandis qu’il s’éloignait en titubant. C’était un homme jeune, vêtu de noir des pieds à la tête et portant, m’a-t-il semblé, un capuchon ou un bonnet allongé. Raide et concentré, il avançait tant bien que mal, se frayant résolument un chemin au milieu des fêtards dont aucun ne semblait lui prêter attention. Je le suivis des yeux jusqu’à ce que la foule et l’obscurité l’eurent soustrait à ma vue.

Le plus surprenant, c’est qu’il était monté sur un monocycle de cirque et qu’il tenait à bout de bras une longue crosse de hockey sur glace à lame argentée.

Ce ne fut qu’une vision fugitive, mais c’était si comique et si étrange. Pouvait-il s’agir de Maitreya ou de l’un des Maîtres (ou simplement quelqu’un participant à un nouveau sport ésotérique étrange) ?

J. G., Londres, G.-B.

[Le Maître de B. Creme a indiqué que l’homme était Maitreya. Notre correspondante fut la seule à le voir.]


HomeQuestions-réponses 

Q. Pourquoi les Maîtres n’ont-ils pas averti toutes ces personnes innocentes avant le tsunami ? En quoi les souffrances prédites par Maitreya pour le peuple américain en raison de la réélection de George W. Bush pourraient-elles être comparées avec celles des Asiatiques emportés par la vague du tsunami ?

R. Les Maîtres ont sauvé des milliers de personnes d’une mort certaine. Ce sont des Maîtres de Sagesse et des Seigneurs de la Compassion. Ils font ce qu’il leur est possible de faire. Des avertissements ont été donnés aux spécialistes concernés, mais dans de nombreux cas ils ont été ignorés afin de « protéger l’industrie touristique » .

Ce n’est pas Maitreya, mais mon Maître, qui a prédit les suites de l’élection américaine. Il ne s’agit pas de comparer. Dans chaque cas, les événements sont le résultat de la loi de cause et d’effet – la loi du karma.

Q. [1] Maitreya avait-il la possibilité d’arrêter le tsunami ? [2] Se rendra-t-il dans les régions touchées et [3] veillera-t-il à ce que les femmes et les enfants ne soient pas violés au milieu de cette catastrophe ?

R. [1] Non. Les forces de la nature devaient être libérées. [2] Il s’y est rendu et il a sauvé de nombreuses vies. [3] Les Maîtres font tout ce qu’il leur est possible de faire dans les limites de la loi du karma.

Q. Le désastre qui a dévasté plusieurs pays pauvres et également touché des touristes de plusieurs pays riches pourrait-il être considéré comme un appel au «  réveil » pour l’humanité ?

R. Oui, au sens où cela montre que l’humanité est une seule famille et devrait partager, comme on le fait dans une famille. S’il s’agit d’investir dans la création de systèmes d’alerte aux tsunamis dans les pays pauvres, tout le monde doit participer aux frais.

Q. L’immense afflux d’aide, émanant non seulement des pays riches mais également des pays les plus pauvres, peut-il être considéré comme la réaction d’un monde uni comme jamais auparavant ?

R. Oui, sans aucun doute.

Q. La réponse rapide et généreuse des gens du monde entier à la dévastation causée par le tsunami asiatique aura-t-elle pour effet de hâter l’émergence de Maitreya ?

R. Je ne pense pas, mais elle montre (comme le dit mon Maître dans l’article de ce numéro) que les gens sont prêts à partager (et pas seulement en cas d’urgence) et, par conséquent, prêts pour les enseignements de Maitreya.

Q. Beaucoup de gens se demandent comment, si Dieu existe, il a pu permettre le terrible tsunami d’Asie qui a causé tant de mort et de destruction.

R. La réponse est que ce tsunami a pour origine l’action des forces vivantes de la Terre, le mouvement des plaques tectoniques dans la région, et qu’il n’a aucun lien direct avec « Dieu ». Il est dans la nature de la planète d’être animée de secousses sismiques et lorsque celles-ci se produisent sous l’océan elles provoquent des tsunamis. Les Maîtres avaient averti plusieurs spécialistes du danger. Malheureusement, les avertissements sont restés ignorés pour des raisons commerciales, touristiques. Les Maîtres ont sauvé la vie de milliers et de milliers de personnes qui, sinon, auraient péri dans la tragédie. Les Maîtres avaient également averti de l’éventualité des événements du 11 septembre mais, une fois encore, aucune action n’avait été entreprise.

Q. Dans votre ouvrage la Mission de Maitreya, tome II, vous dites que Maitreya, agissant en tant qu’Agent d’intervention divine, peut atténuer les effets des tremblements de terre de manière à ce que le nombre de morts soit peu élevé. Mais cela ne semble pas avoir été le cas ? Pour quelle raison ?

R. Les Maîtres travaillent dans le cadre de la loi karmique et apportent toute l’aide que celle-ci autorise. Cependant, s’ils donnent des avertissements dont nous ne tenons pas compte, ils ne peuvent user de la force pour nous faire réagir. Nous jouissons du libre arbitre.

Q. Le tsunami asiatique a-t-il été causé par des interférences humaines, telles que les bombardements, les explosions nucléaires ou l’extraction off-shore du pétrole ?

R. Non. Il s’agit d’un mouvement parfaitement naturel des plaques tectoniques de la Terre qui a causé le très puissant séisme qui fut à l’origine du tsunami.

Q. Comment les Maîtres considèrent-ils le retrait subit d’incarnation d’un nombre immense d’âmes pendant le tsunami ?

R. Ils le déplorent et sont attristés par cette souffrance et ils font tout ce qui est possible pour l’atténuer.

Q. Dans quelle mesure le karma est-il impliqué ?

R. Il n’y a pas de cause karmique pour un désastre qui résulte d’un mouvement naturel de la Terre, mais de nombreuses personnes ont « miraculeusement » survécu en raison d’un « bénéfice » karmique, tandis que des milliers d’autres sont décédées en conséquence du karma mondial.

Q. Selon certains scientifiques, la catastrophe sismique en Asie a fait « vaciller » la Terre, déplacé des groupes d’îles d’une  trentaine de mètres, incliné l’axe de la Terre et accéléré sa rotation d’un millionième de seconde par jour. Existe-t-il une signification ésotérique à tout cela ? Dans la Mission de Maitreya, tome II, vous déclarez que Maitreya a ralenti la rotation de la Terre de manière à ralentir les énergies et accélérer l’évolution.

R. Non, ces différentes choses se sont produites, mais elles n’ont aucune signification ésotérique.

Q. On a pu lire dans le journal India Daily, que de nombreuses personnes dans les régions touchées par le tsunami asiatique avaient vu des ovnis peu de temps avant la catastrophe. Des habitants de l’Etat indien de Tamil Nadu, des îles indiennes Andaman et Nicobar, et de l’île indonésienne de Sumatra auraient vu dans le ciel d’étranges objets flottants silencieux. A Port Blair, la capitale de l’île Andaman, des touristes ont raconté des phénomènes similaires. On dit également que des apparitions d’ovnis auraient eu lieu dans des régions éloignées du Bangladesh, de Myanmar et du Sri Lanka. Ces apparitions sont-elles authentiques ?

R. Ces comptes rendus témoignent d’une authentique activité d’ovnis. Les vaisseaux spatiaux venaient de Mars et ils évaluaient la tension, la pression sismique croissante et la possibilité d’un tsunami.

Q. Quels conseils donnerait Maitreya à ceux d’entre nous qui, aux Etats-Unis, sont horrifiés des abus du gouvernement, et qui souhaitent agir en faveur de la paix, de la restauration de l’environnement et de la justice sociale ? Je voudrais me rendre utile et être une source de lumière, mais je suis profondément consterné et découragé de voir que tant d’Américains ont été dupés et ont apporté leur soutien à un gouvernement aussi destructeur. Comment engager avec les autres un dialogue significatif alors que nous semblons tellement séparés et incapables de communiquer ? J’aimerais avoir votre avis.

R. Souvenez-vous que vous n’êtes pas seul. Prenez contact (Internet est rempli d’informations) avec des individus et des groupes qui partagent vos sentiments. Vous représentez la moitié de la population des Etats-Unis. Expliquez que le partage et la justice sociale pour tous les peuples sont les seuls moyens de parvenir à la paix.

Q. La situation en Irak, avec toutes ces morts qui se succèdent dans la course aux élections, est si terrible qu’on peut se demander si une partition, comme celle qui a mis fin au conflit en Yougoslavie, ne serait pas la meilleure solution.

R. Il se pourrait qu’une partition soit la seule solution au problème, pas une partition en Etats séparés, comme en Yougoslavie, mais une partition sous forme de zones d’influence (kurde, chiite et sunnite). La coalition américano-britannique est en train de découvrir que seul le dictateur honni, Saddam Hussein, était capable, dans une certaine mesure, d’unifier le pays par une main de fer.

Q. [1] L’émergence publique de Maitreya mettra-t-elle un terme à des processus tels que la mise en place d’une constitution européenne ? [2] De tels projets seront-ils abandonnés ?

R. [1] Oui. [2] Pour finir, oui.



Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDA

REVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.