DECOUVRIR
  Présentation
  Maitreya
  Benjamin Creme
  Signes des temps
  Méditation
  Pour les médias
  Qui sommes-nous ?

ACTUALITE
  Évènements
  Communiqués
  Agenda

REVUE PARTAGE
  Présentation
  Dernier numéro
  Articles du Maître
  Archives

APPROFONDIR
  Question/Réponse
  Défis de l'humanité
  Spiritualité
  Livres
  Audio / Vidéo

     Commandes/Dons
     Autres langues
     Plan du site
     Contact

Radio Partage

Abonnement à notre
lettre d'information

  captcha
Page précédente   Page suivante

Accueil > Revue Partage > Archives

Extraits de la revue
Partage international

Juin 2006 - N° 214



Ceci est une version abrégée de la revue Partage international

, version française du magazine Share International.

© Share International/Partage international, Tous droits réservés.
La reproduction de ces articles est autorisée dans des revues, journaux ou bulletins, sous réserve d'en mentionner la source (Partage international) et d'en adresser coupure à : Partage international, BP 242, 42014 Saint-Etienne cedex 2.

La revue existe grâce à ses abonnés, pour soutenir sa parution et la diffusion de ses informations, cliquez ici.


Sommaire

  • Le péril invisible - par le Maître --, un des membres aînés de la Hiérarchie des Maîtres de Sagesse, dont le nom est bien connu des cercles ésotériques. Pour diverses raisons, son identité n'est pas révélée. Benjamin Creme se trouve en contact télépathique permanent avec ce Maître qui lui dicte ses articles.
  • POINT DE VUE
    • Le roi du Népal fait volte-face, par Kunda Dixit
  • Attribution du Prix Goldman 2006
  • LA VOIX DU PEUPLE
    • Une grève de la faim aide les villageois indiens
    • Des millions de personnes dans les rues le 1er mai
  • SIGNES DES TEMPS
    • La Vierge des rochers
    • Une statue verse des larmes en Colombie
    • Une image de Jésus apparaît sur une tenture
    • De nouveaux poissons merveilleux
    • Un lingam de Shiva manifesté par Saï Baba
    • Un crucifix miraculeux
    • Malte : une statue qui verse des larmes
    • Une femme aveugle recouvre la vue
    • Des lumières inhabituelles dans le ciel
    • Un ovni à couper le souffle
  • Des physiciens adressent une lettre ouverte au président des Etats-Unis
  • FAITS ET PREVISIONS
    • Le développement de la fusion à froid
    • M. Gorbatchev : non aux énergies fossiles et à l’énergie nucléaire
    • Commémoration de la catastrophe de Tchernobyl
    • L’effondrement du dollar
    • Création en laboratoire de vessies urinaires artificielles
  • TENDANCES
    • Vers une unité sud-américaine
    • Malaria : importante découverte
    • Les promesses du ver à soie
  • COURRIER DES LECTEURS
    • Don d’ubiquité
    • Cherche-moi
    • Un portraitiste
    • Une guérison du Nouvel An
    • Une femme réconfortante
    • Une odeur de jasmin
    • Un afflux d’air
    • Un appel
    • Des soucis d’argent
    • Une aide toujours disponible
    • Danse des céramiques
    • Pianissimo
    • Changement d’humeur
    • Le signe de la croix
  • QUESTIONS-REPONSES par Benjamin Creme

    Le péril invisible

    par le Maître —, par l’entremise de Benjamin Creme

    Si les hommes voyaient le monde comme nous, les Maîtres, le voyons, ils en seraient stupéfiés, abasourdis et apeurés tout à la fois. La manière dont ils se représentent l’état de la Terre est si éloignée de la réalité, et ils font de telles erreurs de jugement sur les perspectives à venir que, sans assistance, ils seraient condamnés à voir péricliter et mourir leur habitat planétaire.

    En l’état actuel des choses, la planète Terre est en triste condition, et chaque jour qui passe aggrave une situation déjà critique. Nombreuses ont été les mises en garde concernant le réchauffement planétaire et d’autres problèmes d’environnement, mais même les prophéties les plus sombres restent en deçà des calamités qui menacent aujourd’hui le monde. Peu nombreux sont ceux qui voient l’immédiateté des périls, et l’urgence des mesures nécessaires pour y parer.

    Si grand que soit le danger auquel nous expose le réchauffement planétaire, celui-ci n’est hélas pas le plus important ni le plus grave auquel nous sommes confrontés. Sans que l’homme en ait conscience, il est engagé dans un processus lent mais régulier d’intoxication de sa propre espèce comme des règnes inférieurs. Les poisons et pollutions de toute nature, en tous domaines, constituent aujourd’hui le plus grand des périls pour les hommes, les animaux, et la Terre elle-même. Tous sont intoxiqués et malades, d’une façon ou d’une autre.

    Une triste conjoncture

    Inconnu de l’humanité mais flagrant pour nous, le plus grand des maux dont souffrent l’homme et la planète dans cette triste conjoncture a pour cause les radiations nucléaires. Les hommes ont commis une grave erreur en développant cette source d’énergie à haut risque. Egarés par la cupidité et les faux espoirs de profits élevés, ils ont concentré leurs
    recherches sur la « domestication » de la plus dangereuse des sources d’énergie jamais découverte par l’homme et ont négligé, ce faisant, un autre usage parfaitement sûr de l’énergie de l’atome. La fusion atomique est à leur portée ; elle s’opère à froid et sans le moindre danger, à partir d’un simple isotope d’eau disponible de toutes parts dans les océans, les mers et les rivières, pour ne pas mentionner l’eau de pluie.

    L’homme doit cesser de « jouer avec la mort ». La fission atomique résulte de l’utilisation des bombes qui ont détruit Hiroshima et Nagasaki ; elle s’est déchaînée à Tchernobyl et occasionne, imperceptiblement, la maladie et la mort aujourd’hui. Elle est « ce qui se trouve là où ça ne devrait pas être », et l’homme doit y renoncer s’il veut continuer à peupler la Terre.

    Des instruments rudimentaires

    Les scientifiques de cette planète sont convaincus d’avoir réussi à dompter le monstre, et de le tenir sous contrôle. Ils ne se rendent pas compte que leurs instruments sont des plus rudimentaires, qu’ils ne mesurent que les aspects les plus bas des radiations nucléaires, et qu’au-dessus des plans physiques denses s’étendent des plans plus subtils où ces radiations se révèlent encore plus dangereuses pour la santé et le bien-être de tous. Sans les efforts incessants de nos Frères extraplanétaires pour atténuer ce péril invisible dans les limites où le permet la loi du karma, nous serions d’ores et déjà en très mauvaise posture. Humanité, réveille-toi !


    L’environnement (compilation)

    Maitreya, l’Instructeur mondial affirme qu’après le secours à apporter aux millions d’êtres humains qui meurent de faim, la première priorité est l’environnement, et qu’il est de la responsabilité de chaque homme, femme et enfant d’inverser notre tendance à détruire la planète. 

    Nous présentons ici des communications de Maitreya, du Maître de Benjamin Creme et de Benjamin Creme lui-même, sur le thème de l’environnement.

     

    Je viens pour vous emmener avec moi dans cette contrée nouvelle, le pays de l’Amour, de la Confiance, de la Beauté et de la Liberté. Je vous y emmènerai si vous pouvez me suivre et m’accepter, me laisser montrer le chemin et être votre guide. Et, s’il en est ainsi, ensemble nous construirons un monde nouveau : un monde dans lequel les hommes pourront vivre sans crainte, sans méfiance, sans division, partageant ensemble les bienfaits de la Terre, connaissant ensemble la félicité de l’union avec notre Source. Tout ceci peut être vôtre. [Message de Maitreya n° 3]

     

    Quand Maitreya apparaîtra, il abordera les principaux problèmes qu’affronte aujourd’hui l’humanité : la faim et la misère – l’extrême pauvreté de millions d’hommes, condamnés à l’enfer de leur vivant ; les nombreuses guerres qui font rage dans le monde, qu’elles soient connues ou ignorées ; la grande armée des réfugiés, refoulés et rejetés ; les prisonniers de conscience, réduits au silence et voués à la souffrance. Il soulignera l’importance, pour l’homme, de mieux assumer ses responsabilités envers la planète et sa santé : création d’une économie juste, viable dans la durée ; gestion des ressources prenant en compte les générations à venir ; purification de l’environnement – l’air, la terre et les eaux dont toute vie dépend. Face à tous ces problèmes, Maitreya proposera ses solutions... Maitreya fera appel à tous pour se joindre à l’armée de ceux qui l’aideront – pour protéger et purifier l’environnement ; pour inciter les peuples à agir dans leur propre intérêt ; pour laver la planète des toxines qui la polluent, et rétablir l’harmonie entre les nations. Sa tâche n’est pas des moindres mais il se tient prêt à combattre le mal existant, et à le vaincre. [Le Maître de Benjamin Creme, le Temps est venu, PI, décembre 1997]

     

    L’environnement est aujourd’hui devenu la priorité numéro un. Dans quelques années, c’est le mental, l’esprit et le corps qui deviendront la priorité dans la vie d’un individu. [Maitreya, les Lois de la vie]

     

    Nous commençons à prendre conscience que nous ne pouvons continuer à agir n’importe comment, à dépouiller la planète, à polluer l’air, les rivières et les océans. Nous le savons. Des groupes concernés, de plus en plus nombreux, ont attiré l’attention des gouvernements sur cette question. Et maintenant, enfin, ceux-ci ou leurs représentants se rencontrent à des intervalles plus ou moins réguliers afin d’analyser les problèmes et voir de quelle manière les résoudre.

    C’est une maturité nouvelle qui se manifeste par le fait que l’humanité commence à avoir le sens de son unité. Faire preuve de maturité, c’est reconnaître que nous sommes tous des frères et des sœurs appartenant à la même humanité et que nous sommes ici pour exécuter un certain plan, jouer un certain rôle, ce dont la plupart des gens n’ont encore qu’une conscience très vague. Le fait que nous prenions enfin au sérieux les problèmes sur lesquels des groupes particuliers ont attiré depuis longtemps l’attention des gouvernements est le signe que nous prenons conscience de notre vulnérabilité mais aussi de notre unité. Nous devenons plus mûrs. [B. Creme, l’Art de la coopération]

     

    Les gens se sentent concernés par l’environnement. Observez comment cette prise de conscience se développe à travers le monde. Pour ceux qui veulent avoir le sentiment de ne faire qu’un avec le Tout-Puissant, l’environnement est le miroir qui permet au Soi de réaliser qu’il participe de toute la création.

    L’éveil de la conscience nous amène à observer la nature qui nous entoure. Un environnement propre et bien entretenu nous rapproche de Dieu. Il y a seulement quelques années, aucun homme politique n’aurait pris la question de l’environnement au sérieux. Maintenant, tout le monde se sent concerné. [Maitreya, les Lois de la vie]

     

    On peut voir les premiers signes d’une nouvelle conscience planétaire dans la manière dont les hommes s’aperçoivent qu’il leur faut coopérer pour faire face aux problèmes que pose l’environnement. Cela permet d’envisager l’avenir avec optimisme, et indique une réponse appropriée à un péril majeur pour la race : à moins que les dégâts occasionnés actuellement à l’équilibre écologique de la planète ne soient bientôt réparés, beaucoup verront leur espérance de vie diminuer de façon spectaculaire. Personne, qu’il soit riche ou pauvre, n’est totalement à l’abri de l’insidieuse destruction du système immunitaire de l’homme. C’est à leurs risques et périls que les hommes s’en prennent à ce système. [Le Maître de Benjamin Creme, le nouvel âge est arrivé, PI, novembre 1998]

     

    Si l’environnement n’est pas restauré dans un très bref délai, il n’y aura pas de nouvelle civilisation. Il n’y aura plus de planète. Il nous reste probablement vingt ou trente ans pour restaurer la santé de notre planète. Comme je l’ai dit à maintes reprises, la clé de ce changement est l’acceptation du principe du partage. Nous devons également créer une économie durable qui utilise uniquement des ressources renouvelables et correctement gérées, afin de ne pas en priver les générations futures. L’économie actuelle, qui a la faveur des pays développés, est dépourvue de toute viabilité. Si nous continuons ainsi, il n’y aura plus de forêts ; la pollution des rivières, des mers, de l’air, du sol, sera telle que l’humanité sera décimée par les maladies.

    Déjà, du point de vue des Maîtres, la majorité des décès est due à la pollution. Elle diminue les défenses immunitaires et les gens contractent de nombreuses maladies telles que la pneumonie, la grippe, le sida. L’air même que nous respirons, l’eau, le sol sont totalement pollués et nous détruisons la planète dont nos enfants et nous-mêmes avons besoin pour poursuivre notre existence.

    Après le jour de la Déclaration, l’humanité tournera résolument son attention vers l’assainissement de l’environnement et le souci de rendre la Terre à nouveau viable. Tout être humain, quel que soit son âge, s’engagera dans cette action. Dès qu’un programme d’aide d’urgence en faveur des millions d’hommes qui meurent de faim aura été mis en place, dès que le processus du partage sera en route, l’attention de tous devra se tourner vers le soutien de nos écosystèmes, sinon il n’y aura plus de planète.

    Maitreya a affirmé que la sauvegarde de l’environnement devait devenir la priorité de tous, jeunes et vieux. Etant donné que, si nous voulons survivre, il est impératif que nous agissions dans ce sens, je n’ai pas le moindre doute nous le ferons, avec l’aide et les conseils de Maitreya et de son groupe de Maîtres et d’initiés qui travailleront ouvertement dans le monde. [B. Creme, l’Art de la coopération]


    LA VOIX DU PEUPLE

    Des millions de personnes dans les rues le 1er mai

    Avril 2006 a vu se poursuivre les protestations contre la réforme de l’immigration à l’étude aux Etats-Unis, et le 1er mai – jour de la Fête du Travail – plus d’un million d’immigrés ont participé au « Jour sans immigrés ». Protestant contre un projet de loi visant à criminaliser les immigrés clandestins, des centaines de milliers de travailleurs se sont mis en grève et ont refusé de faire des courses ou d’aller à l’école, afin de montrer l’impact des immigrés sur l’économie du pays et sur la vie quotidienne. De nombreuses entreprises comme Tyson, plus grand producteur de viande au monde, ont dû fermer en raison de la grève des immigrés travaillant dans l’agriculture, la construction et les loisirs.

    Les plus grandes manifestations ont eu lieu à Chicago et à Los Angeles, avec des rassemblements de 400 000 personnes, tandis que des milliers d’autres ont défilé dans plus de 50 villes américaines. La plupart des manifestants portaient du blanc, couleur choisie par les organisateurs comme symbole de solidarité, et nombreux étaient ceux qui portaient des drapeaux américains pour illustrer, selon le Sénat approbateur de l’Etat de Californie, « la formidable contribution quotidienne des immigrants dans notre société et notre économie ».

    Nombre de petites entreprises ont fermé en signe d’approbation et l’absentéisme scolaire à Los Angeles a atteint plus de 30 %, quelques écoles décidant même de fermer pour la journée. Les manifestants scandaient en espagnol : « Si se puede ! » (Oui, on peut le faire !) Les immigrés affirment que sans eux l’économie des Etats-Unis s’effondrerait et nombreux sont ceux qui voient ces communautés comme ayant une réelle voix politique dans le pays, avec comme cri de ralliement : « Aujourd’hui nous protestons et demain nous votons. »

    A 12 h 16, à New York, des manifestants ont formé une chaîne humaine en référence au 16 décembre 2005 – date à laquelle le projet de loi controversé est passé au Congrès. A Mexico, lieu de naissance de nombreux immigrés, des milliers de personnes sont descendues dans les rues afin de soutenir leurs compatriotes de l’autre côté de la frontière.

    Des manifestations ont également eu lieu dans le monde entier et des millions de personnes ont marqué la Fête du Travail par des défilés organisés par les syndicats et les mouvements altermondialistes et environnementalistes. En dépit de quelques affrontements et arrestations, la majorité des manifestants ont défilé pacifiquement.

    A Dhaka, capitale du Bangladesh, des milliers de travailleurs sont descendus dans les rues pour exiger des droits tels que la sécurité, un salaire minimum et l’égalité de salaire à travail égal.

    A Djakarta, des Indonésiens ont marché vers le palais présidentiel pour protester contre des projets de révision de la loi du travail de 2003.

    Au Zimbabwe, la police anti-émeute a interrompu une manifestation de syndicalistes, tandis qu’au Pakistan des manifestants pro-démocratie étaient arrêtés alors qu’ils bravaient une interdiction de réunion publique imposée par le régime militaire.

    A Séoul, capitale de la Corée du Sud, des milliers de personnes ont défilé pour protester contre les réformes économiques à l’origine de licenciements. En un mouvement sans précédent, environ 500 syndicalistes sud-coréens ont rejoint un défilé de travailleurs de la Corée du Nord.

    En Iran, des travailleurs se sont rassemblé pour réclamer des emplois, tandis qu’à Ramallah, des travailleurs palestiniens ont exigé leur salaire au gouvernement dirigé par le Hamas, anéanti financièrement suite au retrait de l’aide européenne. Des manifestations ont également eu lieu dans des villes d’Australie comme Brisbane, où les manifestants scandaient : « Le monde appartient au peuple. Les rues appartiennent au peuple. »

    Plus d’un million de personnes ont manifesté à travers l’Europe. A Londres, des milliers de syndicalistes ont défilé à Trafalgar Square demandant « justice sur le lieu de travail » – une loi qui permettrait des syndicats plus forts et la fin de l’exploitation des travailleurs étrangers.

    En Allemagne, les syndicats ont protesté contre l’impact de la mondialisation sur le pays et ont exhorté le gouvernement à introduire un salaire minimum.

    La Bosnie a également vu de grands défilés de chômeurs (qui représentent environ 40 % de la population) descendre la rue principale de la capitale Sarajevo, réclamant de nouvelles élections et la démission du gouvernement.

    Au Bélarus, scène de plusieurs manifestations pro démocratie ces derniers mois, environ 2 000 personnes se sont réunies dans la capitale Minsk pour protester contre l’incarcération du chef de l’opposition, Alexander Milinkevich.

    Cinquante manifestations se sont tenues en Espagne, d’autres en Italie, en Autriche, en France et en Turquie.

    Mais les plus grandes manifestations eurent lieu en Russie, où l’on a estimé à 1,5 million le nombre de personnes dans les rues. Moscou a vu les plus grandes manifestations avec environ 25 000 personnes descendant la rue Tverskaya et écoutant des discours de dirigeants syndicalistes.

    [Sources : bbc.co.uk, The Guardian, Grande-Bretagne]


    SIGNES

    Une statue verse des larmes en Colombie

    On a constaté qu’une statue de la Vierge se trouvant dans une église de Genoy, une petite localité située au sud-ouest de la Colombie, versait des larmes. La sculpture, appelée «  la Vierge du Rosaire », a attiré des milliers de visiteurs depuis que le phénomène a commencé, en avril 2006.

    [Sources : www.nbc30.com ; Reuters]

    [Le Maître de B. Creme a indiqué que Maitreya était à l’origine de ce miracle.]

     

    Une image de Jésus apparaît sur une tenture

    Des milliers de visiteurs se sont rendus dans une église située dans un village de pêcheurs reculé, sur l’île du Prince-Edouard, à l’est du Canada, pour voir une image de Jésus sur une tenture suspendue derrière l’autel.

    Angela Callaghan, paroissienne de l’église catholique romaine de St Simon et St Jude, à Tignish, a vu l’image pour la première fois le vendredi 3 mars 2006 alors qu’elle priait devant l’autel.

    La nouvelle s’est rapidement répandue et depuis de nombreux visiteurs sont venus voir la tenture. Certains voient une image de Jésus alors que d’autres voient une image de la Vierge, sur le tissu violet brodé d’une couronne d’épines dorée. L’église utilise la même tenture depuis deux ans, mais c’est la première fois que des gens ont vu une image. « Je crois que Jésus nous a envoyé cette image pour une raison particulière ; il veut que nous réfléchissions », a déclaré l’un des visiteurs. Une des fidèles, Irène LeClair, a expliqué qu’elle avait vu le visage de Jésus sur le tissu. « Je sais que je vois le visage de Dieu », a t-elle déclaré.

    [Source : www.theguardian.pe.ca]

    [Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un authentique miracle manifesté par le Maître Jésus dont l’image apparaît sur le tissu.]

     

    De nouveaux poissons merveilleux

    Il y a d’abord eu « Oscar », le poisson merveilleux, dont les écailles argentées laissent apparaître le nom d’Allah d’un côté et celui de Mahomet de l’autre. Maintenant il y a deux poissons miraculeux de plus, l’un sur lequel on peut lire le mot Allah et l’autre sur lequel on peut lire le mot Mahomet. [Voir Partage international d’avril 2006 pour le compte rendu concernant le miracle du poisson albinos Oscar.]

    Des musulmans venus de toute la Grande-Bretagne affluent pour voir le nouveau poisson miraculeux chez un habitant de Liverpool (Angleterre). Le propriétaire, M. Ali Al-Waqedi, avait emmené ses enfants dans l’animalerie locale pour leur montrer les animaux. « Nous commençâmes par regarder les poissons albinos à cause de leur couleur tout à fait inhabituelle. Puis, je vis que l’un d’entre eux portait l’inscription Allah. C’était très net et cela me rendit vraiment heureux, a t-il déclaré. Puis nous vîmes qu’un autre poisson portait l’inscription Mahomet, et c’était encore mieux […] mais avoir le poisson Allah et le poisson Mahomet dans le même bac, c’était incroyable. »

    Des leaders musulmans rattachés aux mosquées de la région sont convaincus
    que les deux poissons sont des signes miraculeux d’Allah. L’un d’entre eux, Sheik Sadek Kassem, a déclaré : « C’est une preuve et un signe qui ne s’adressent pas seulement aux musulmans de Liverpool, mais à tout un chacun. »

    M. Al-Waqedi a expliqué : « C’est un message d’Allah, un rappel, et ma foi s’en trouve renforcée. Tout le monde est impressionné par cette découverte. »

    [Source : Liverpool Echo, G.-B.]

    [Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’un authentique miracle accompli par Maitreya.]

     

    Un ovni à vous couper le souffle

    Le 9 mars 2006, on a vu planer un objet argenté étincelant au-dessus de Putney, à Londres. Michelle Medhat était assise dans son bureau. Elle regarda par hasard par la fenêtre et son attention fut attirée par un étrange objet dans le ciel. Selon M. Medhat, cet objet brillant avait la forme d’une pyramide et semblait tourner sur lui-même dans le ciel. A ce moment-là, la visibilité était parfaite : « Le soleil frappait l’objet et on pouvait voir qu’il tournait très lentement. J’eus le sentiment qu’il avait quelque chose de très étrange », a-t-elle déclaré.

    M. Medhat appela un collègue, Peter Gardiner. Ils observèrent l’objet pendant un certain temps. P. Gardiner crut tout d’abord voir « une grande bâche de couleur claire », mais « alors l’objet étincela et devint très brillant. Il avait un mouvement étrange. Il était d’une taille impressionnante, peut-être la taille d’un toit ou même d’une maison. »

    Les deux collègues observèrent l’objet pendant plusieurs minutes, tandis qu’il tournait sur lui-même avant de s’éloigner puis de disparaître tout à fait. « Je ne peux l’expliquer et par conséquent je l’appelle un ovni. Il m’a coupé le souffle, a déclaré M. Medhat. Plus je le regardais, plus je réalisais que ce n’était pas quelque chose d’ordinaire. Je n’avais jamais rien vu se déplacer de cette manière ».

    [Source : Wandsworth Borough News, Grande-Bretagne]

    [Le Maître de Benjamin Creme a confirmé qu’il s’agissait d’un authentique ovni. Il venait de Mars et il n’avait pas la forme d’une pyramide, mais celle d’un tétraèdre.]


    La crise morale de l’Amérique (extrait)

    compte rendu de lecture par McNair Ezzard

     

    Jimmy Carter, président des Etats-Unis de 1977 à 1981 et prix Nobel de la Paix en 2002, a fondé avec son épouse Rosalynn, peu après la fin de son mandat, le Carter Center d’Atlanta (Centre de recherche sur la paix et les conflits). Dans son 20e ouvrage, Nos valeurs en danger – La crise morale de l’Amérique, il appelle son pays à réagir face à la menace qui pèse aujourd’hui sur ses valeurs morales historiques.

     

    « Nous sommes une nation forte et nous préserverons cette force de telle façon qu’il ne sera pas nécessaire de la prouver par les armes ; car c’est une force pacifique, basée non seulement sur la taille de notre arsenal, mais sur la noblesse de nos idées et de nos idéaux. Je voudrais que les nations de la planète puissent dire que nous avons bâti une paix durable non par notre armement, mais sur une politique extérieure qui soit la traduction fidèle de nos valeurs les plus précieuses. Mais ces valeurs ne constituent pas mes seuls objectifs, un peu abstraits. Ce que je veux d’abord, c’est œuvrer à l’affirmation pérenne de la force morale de notre nation. »

    Cette citation, tirée du discours inaugural de J. Carter lors de son entrée en fonction en janvier 1977, résume parfaitement un des thèmes centraux de son engagement politique : l’affirmation des valeurs morales, tant individuelles que collectives. Ces valeurs ne sont pas seulement de nature religieuse. Ce sont celles, universelles, de vérité, d’humilité, de générosité, de justice, de paix et de liberté.

    Lors de son installation à la Maison-Blanche, J. Carter n’aurait jamais imaginé que trente ans plus tard, il aurait à écrire sur le déclin du sens des valeurs traditionnelles de son pays et des attaques qu’elles subissent, tant de l’intérieur que de l’extérieur. Son livre analyse comment, du fait de la montée en puissance des droites religieuses et politiques, les Etats-Unis se sont trouvés plongés dans la situation dramatique actuelle. Cette montée en puissance a débuté il y a vingt-cinq ans, lorsque les dirigeants des groupes conservateurs chrétiens ont fait alliance avec les conservateurs républicains. Ces deux groupes sont aujourd’hui les maîtres de l’agenda politique et social du pays. Cette entrée en force de la droite religieuse dans la sphère politique a constitué, pour lui, un véritable coup d’Etat. Elle a réussi à ébranler l’idéal jadis sacré de la nation, la séparation des églises et de l’Etat. Elle a donné « aux néoconservateurs l’audace et la force qui leur manquaient pour faire passer leur philosophie, jusqu’alors rejetée, dans la politique intérieure et extérieure ». C’est le mélange de ces deux systèmes de valeurs que J. Carter appelle fondamentalisme. Il faut de toute urgence que les Américains prennent conscience des dangers que font courir ces intégristes qui, bien que minoritaires, ont su conquérir une place centrale dans la pensée politique et les centres vitaux de décision, et ont rendu plus profondes que jamais les divisions politiques qui le traversent. Ils sont parvenus à changer la nature même du discours politique. La diversité d’opinions, religieuses et politiques, qui caractérisait autrefois la démocratie américaine, a aujourd’hui laissé place à une pensée binaire – blanc ou noir, bien ou mal.

    J. Carter reconnaît la sincérité d’une bonne partie des membres du mouvement fondamentaliste ; mais il refuse que leur vision étriquée du monde en vienne à se présenter comme celle du peuple américain. Il n’est pas pessimiste. Bien au contraire. Mais il est aussi réaliste, et sait que la démocratie américaine telle que nous la connaissons ne survivra pas sans effort. Les citoyens de ce pays doivent se lever et relever ce défi essentiel, s’ils veulent « donner forme au cœur et à l’âme de l’Amérique future ».

    Dans un chapitre intitulé La montée du fondamentalisme religieux, J. Carter dresse la liste des traits caractéristiques des intégristes. Une liste qui, à l’évidence, s’applique également aux néoconservateurs et à une partie importante de la droite politique : leurs dirigeants sont des hommes de type autoritaire, nantis d’un fort sentiment de supériorité et partisans inconditionnels d’un retour au passé. Pour eux, le monde se divise entre eux-mêmes, les vrais croyants, et les autres, le camp du mal, qui doivent être combattus par tous les moyens. Enfermés jusqu’à l’autisme dans leurs visions étroites du monde, ils exercent leur démagogie sur tout ce qui peut soulever l’émotion publique, et voient dans la négociation, les tentatives de résoudre les différends par le dialogue, autant de marques de faiblesse. En d’autres termes, ce qui les caractérise, c’est « la rigidité, la soif de domination et l’esprit d’exclusion ».

    Our endangered Values – America’s Moral Crisis. Simon and Schuster, New York, 2005.


    FAITS ET PREVISIONS

    Le développement de la fusion à froid

    L’utilisation du principe de la fusion nucléaire – au moyen d’une méthode économique, sûre, « froide », utilisant un simple isotope de l’eau disponible dans le monde entier – répondra à tous les besoins énergétiques futurs de l’humanité. Cette méthode sera mise à notre disposition lorsque le partage deviendra la norme économique. [ La Mission de Maitreya, tome II, p. 222]

    Martin Fleischmann et Stanley Pons furent les premiers à réussir une expérience de fusion à froid à l’Université d’Utah en 1989. Ils furent ridiculisés par leurs confrères scientifiques sur la base du fait que leurs expériences ne pouvaient pas être répliquées de manière certaine. M. Fleischmann, qui fut professeur d’électrochimie à l’Université de Southampton (Grande Bretagne), membre de la Royal Society et président du Conseil de la Société internationale d’électrochimie, connut une traversée du désert de plusieurs années mais poursuivit ses travaux sur l’électrodynamique quantique qui permettrait de mettre au point des processus de fusion cohérente à basse température.

    M. Fleischmann a maintenant rejoint une jeune entreprise californienne D2Fusion, comme chef de projet de recherche sur des prototypes de modules de production de chaleur basés sur la fusion à l’état solide.

    Dans son dossier de presse, la compagnie décrit la fusion à froid comme la fusion de deux noyaux de deutérium (hydrogène lourd) qui donne naissance à un seul atome d’hélium et à la libération d’une certaine quantité de chaleur. Contrairement à la fusion à chaud thermonucléaire qui requiert des températures similaires à celles que l’on trouve au centre du soleil, la fusion à l’état solide peut s’effectuer à des températures ordinaires sans libérer de dangereuses radiations. D2Fusion utilise l’expression « fusion à l’état solide » plutôt que « fusion à froid », car la première donne une image plus précise d’un processus semblable à d’autres qui sont connus dans le domaine de la physique des états solides, comme la supraconductivité.

    David Kubiak, directeur de la communication à D2Fusion, déclare que cette entreprise vise à contrer l’opposition d’une partie du monde scientifique et politique à cette technologie. Lorsqu’elle sera réellement opérationnelle, il deviendra difficile de la réfuter.

    Russ George, président de D2Fusion, déclare de son côté : « Le génie du Dr Fleischmann a inspiré une génération de chercheurs audacieux. Il y a maintenant des milliers de rapports scientifiques qui confirment la réalité, la sécurité et l’avenir fabuleux de l’énergie provenant de la fusion à l’état solide. Notre compréhension de ce processus reste imparfaite, mais il n’est pas davantage possible d’expliquer complètement le fonctionnement de l’aspirine, de l’acupuncture ou de la supraconductivité à haute température,  et ceci n’empêche pas de tirer parti de leurs applications. Nous avons maintenant la certitude que la génération de chaleur à partir de cette technique est abondante, sûre, bon marché et reproductible ; en terme d’approche économique, ceci constitue un point de départ parfait »

    [Sources : pesn.com ; businesswire.com]

    M. Gorbatchev : non aux énergies fossiles et à l’énergie nucléaire

    « Notre tâche essentielle consiste, aujourd’hui, à protéger notre environnement. » PI, mai 1989.

    Mikhaël Gorbatchev, ancien président de l’Union soviétique, lance un appel aux nations les plus développées pour créer un fond de 50 milliards de dollars afin d’encourager l’utilisation d’énergies alternatives. Actuellement président de la Croix verte internationale, bureau d’études spécialisé dans les questions environnementales, M. Gorbatchev, prévient que ni le pétrole ni l’énergie nucléaire ne constituent des alternatives viables pour l’avenir. Dans une déclaration marquant le 20e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, il a appelé les dirigeant des 8 pays les plus industrialisés (G8) à investir dans les sources d’énergies renouvelables. Les propositions de la Croix verte sont reprises dans une lettre envoyée aux dirigeants du G8 qui doivent se réunir en Russie, en juillet 2006. Quelques-unes des recommandations furent reprises dernièrement dans le Financial Times. « Nous indiquons des solutions pour aider les pays en voie de développement et éviter les coupures d’électricité que l’on connaît dans certaines villes », a déclaré M. Gorbatchev. La hausse des prix du pétrole, le réchauffement planétaire et les problèmes d’approvisionnement remettent au goût du jour certaines sources d’énergie renouvelable et ravive l’intérêt pour l’énergie nucléaire.

    Certains pays européens sont en train d’établir des plans de remplacement de leurs anciennes centrales électriques nucléaires dans les vingt prochaines années. Mais, M. Gorbatchev a déclaré que l’énergie nucléaire n’apporte pas de réels avantages sur les plans économiques, environnementaux et sociaux. Il ajoute que l’énergie nucléaire ne peut être envisagée comme une solution aux problèmes de changement climatique.

    [Source : Agence France Presse]


    REGARDS SUR LE MONDE

    Alerte : le nucléaire de nouveau à l’ordre du jour

    Un bref survol de la presse internationale montre une série inquiétante d’informations contradictoires sur l’énergie nucléaire : les mesures de sécurité prises à ce jour, les normes de sécurité, les accidents, les armes, les missiles, les sous-marins, les essais, le développement, la pollution des mers, des cours d’eau et des terres agricoles et les sites d’expérimentations avec leur poussière atomique ; les problèmes des déchets, des transports, du stockage. Malgré une longue liste de désastres, d’incidents évités de justesse et les énormes défis à court et à long terme, il est surprenant de voir que la question de l’énergie nucléaire est à nouveau à l’ordre du jour, en raison de la hausse du prix du pétrole qui conduit les responsables politiques
    à considérer le pouvoir nucléaire comme une option susceptible d’apporter l’in-
    dépendance énergétique.

    Le premier ministre britannique, Tony Blair, est en train de reconsidérer la position de l’Angleterre en matière d’énergie et a proposé un « débat ouvert ». Et il n’est pas le seul. Le récent accord nucléaire entre les Etats-Unis et l’Inde a tellement inquiété le Pakistan que celui-ci vient de tester avec succès un missile balistique à longue portée ( 2 000 km) capable de transporter une tête nucléaire. Le premier ministre Shaukat Aziz a déclaré sur un ton de défi : « Nous poursuivrons vigoureusement notre recherche de sécurité et d’énergie, quelle qu’en soit la source, y compris nucléaire. »

    L’effondrement de l’Union soviétique a fait que, malgré l’étendue du désastre de Tchernobyl, aucune étude exhaustive des divers effets de la radiation nucléaire n’a été réalisée et que les études sanitaires et environnementales sont restées fragmentaires. Des accidents de réacteurs nucléaires continuent de se produire, tandis que des chercheurs et des experts s’efforcent de trouver des méthodes plus sûres pour stocker les déchets.

    Pour la Finlande, la Grande-Bretagne et bon nombre d’autres pays, la solution semble être l’« enfouissement profond » dans une fosse d’au moins 500 m de profondeur, remplie de déchets puis rebouchée et scellée. Ce problème est très épineux du fait que les déchets doivent être conservés dans un lieu intermédiaire afin qu’ils puissent refroidir suffisamment
    pour pouvoir être enterrés. Mais pendant ce temps, de nouveaux déchets sont produits. En outre, la stabilité géologique du site d’enfouissement est d’une importance vitale – aucun site d’enfouissement ne doit se trouver sur une faille tellurique ou dans une région pouvant présenter une activité géologique.

    « Divine Strake » est le nom de code ironique donné aux derniers projets du département américain de la Défense pour tester des bombes anti-bunker dans le Nevada, en juin 2006. Le Time annonce : « Une puissante explosion prévue en juin sur le site d’expérimentation du Nevada est destinée à aider les chefs de guerre à mettre au point la plus petite arme nucléaire capable de détruire des cibles souterraines. » Ce qui a entraîné des inquiétudes quant à une relance de l’armement nucléaire tactique.

    Les Indiens Shoshone et des citoyens de Salt Lake ont lancé des poursuites contre le département de la Défense afin d’empêcher l’explosion d’une bombe de 700 tonnes de nitrate d’ammonium et de carburant à 150 km au nord-ouest de Las Vegas. Même s’il n’est pas nucléaire, cet essai constituera l’explosion chimique en plein air la plus puissante jamais conduite sur le site expérimental du Nevada – 280 fois plus puissante que l’explosion qui détruisit le bâtiment fédéral d’Oklahoma City en 1995.

    Les communautés locales et les indigènes espèrent que cet essai sera abandonné – « un nuage de poussière de 3 000 m de haut » – pourrait répandre des particules radioactives sur tout l’Ouest, car cette zone a servi pour des tests atomiques pendant plusieurs décennies à partir des années 1950. « Il semble que le département de la Défense n’ait rien appris des désastres de Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl et des morts atroces infligées aux soldats et à de simples citoyens par les expériences nucléaires, précise la plainte. L’explosion contaminerait les réserves indiennes, « les rendant inutilisables pendant des millions d’années pour le peuple Shoshone et pour tous les autres êtres humains ».

    Certains experts s’inquiètent du fait que l’administration Bush pourrait être en train de mettre au point des armes nucléaires tactiques de faible puissance. « Nous avons certainement de bonnes raisons d’être préoccupés », a déclaré Vanessa Pierce, directrice de projet pour le
    Health Environment Alliance de l’Utah. Je pense que ce test montre que les concepteurs d’armes sont tellement obsédés par l’idée de créer de nouvelles armes nucléaires comme ces mini-engins, qu’ils sont prêts à faire n’importe quoi. »

    Le surnom de Divine Strake rend les Amérindiens furieux car ils voient le test non seulement comme une menace pour la vie mais aussi comme la violation d’un territoire sacré.

    [Source : Salt Lake Tribune, E.-U]


    COURRIER DES LECTEURS

    Don d’ubiquité

    [1] Cher Monsieur,

    Les 18 et 19 mars 2006, le groupe de méditation de transmission de Southend tenait un stand à l’exposition Mind Body and Soul à Brentwood, Essex (Grande-Bretagne). Nous avions prévu une présentation de la méditation de transmission et posé sur chaque siège un prospectus au sujet des conférences de Benjamin Creme à Londres. Une dame prit un prospectus et demanda : « Pourriez-vous me parler de Maitreya ? » Lorsque je commençai à parler de la Réapparition, il me sembla qu’elle connaissait parfaitement le sujet. Elle ne cessait de sourire et de m’encourager à continuer. Elle resta également à la méditation de transmission d’une vingtaine de minutes qui suivit la présentation.

    Je vous serais reconnaissante de bien vouloir demander à votre Maître qui était cette dame.

    E. P., Westcliff on Sea, G.-B.

     

    [2] Cher Monsieur,

    J’ai assisté à l’excellente conférence sur la méditation de transmission donnée par Essy Payne au salon Mind, Body and Spirit, à Brentwood, en mars 2006, puis je suis retournée à notre stand pour voir ma collègue Sue. Elle était en train de parler à une dame très séduisante d’une trentaine d’années, qui répondait de manière exubérante aux informations données. Elle avait un rire communicatif et une fougue étonnante et Sue, qui n’a qu’une vision d’un dixième, sentit également qu’elle avait quelque chose de particulier. Lorsqu’elle revint un peu plus tard, elle sembla déçue que Sue ne soit pas là et elle me tendit la main en disant : « Merci. »

    Cette femme était littéralement étincelante ! Etait-ce Maitreya ?

    J. W., Romford, Essex, G.-B.

    [Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que la « femme » dont il est question dans les deux lettres et qui a été vue en même temps dans deux endroits différents, était Maitreya.]

     

    Une femme réconfortante

    Cher Monsieur,

    En juin 2005 j’ai eu un accident de bicyclette. Une voiture me heurta sur la gauche. Le choc me projeta par-dessus le capot et j’atterris sur le sol. Sur le coup je me sentis simplement raidie sous le choc. Je ne demandai pas d’aide. Je souffris beaucoup pendant un mois mais étant donné le choc, il m’est difficile de croire que je n’ai pas eu d’os cassés (si ce n’est une côte fêlée peut-être) !

    J’étais absolument terrifiée et je souffrais beaucoup, personne ne me parlait ni n’essayait vraiment de m’aider (les ambulanciers, la police). Je ne pouvais rien voir, mais une femme charitable s’avança vers moi et me prit la main. Elle s’efforçait de me rassurer en me disant qu’elle resterait jusqu’à ce que je sois dans l’ambulance. Elle était très gentille et je ne cessai de la remercier, mais je ne pouvais voir qui elle était car il m’était impossible de bouger.
    Je ne cessais de demander aux ambulanciers et à la police de prendre ses coordonnées pour que je puisse la contacter plus tard et lui exprimer ma gratitude. Elle m’empêcha de sombrer. Personne ne prit ses coordonnées ni savait qui elle était. Je me demande s’il s’agissait de quelqu’un de particulier. Cela m’ennuie réellement de n’avoir pu la remercier par la suite. Quelqu’un est-il intervenu pendant l’accident pour éviter que les conséquences aient été plus graves ?

    N. J. Concord, Ca, Etats-Unis

    [Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que la « femme » était Maitreya, qui est intervenu pour protéger la cycliste.]

     

    Un portraitiste

    Cher Monsieur,

    Il y a environ un an (en avril 2005), je regardais les nuages se déplacer dans le ciel. Je remarquai un amas de nuages qui formait l’ébauche d’un visage. En le re-gardant, je ne pus en détacher mon attention. L’amas de nuages se transforma alors en une image identique à celle du visage en négatif qui apparaît sur le suaire de Turin, puis elle se transforma en un véritable visage. Ce visage avait les yeux fermés et c’était celui d’un homme à la peau olivâtre. Les cheveux étaient bouclés et d’un brun foncé, identique à celui de la barbe. Les cheveux avaient un léger reflet auburn. Au bout d’un moment, l’image redevint un simple nuage. Lorsque mon attention était fixée sur l’image j’étais submergé d’un profond sentiment de paix et de calme. D’autres personnes vous ont-elles fait part d’expériences semblables ?

    D., Grande-Bretagne

    [Benjamin Creme a répondu ceci : pas exactement semblables, mais similaires. Mon Maître a indiqué que l’image dans les nuages avait été créée par le Maître Jésus. C’était en quelque sorte un autoportrait.]

     

    Une guérison du Nouvel An

    Cher Monsieur,

    En juin 2005, on a diagnostiqué une affection intestinale chez mon fils âgé de treize ans. Les symptômes étaient une douleur intense toutes les demi-heures, jour et nuit. Pendant cette période il perdit environ huit kilos et la moitié de ses cheveux. Maintenant, après neuf mois, il va beaucoup mieux, mais il doit encore prendre des médicaments à dose modérée. Nous avons traversé l’enfer. La veille du Nouvel An 2006, j’ai fait un rêve au cours duquel j’ai vu deux personnes – un adulte et un enfant, tous deux vêtus de blanc. Je me souviens que l’on me dit que mon fils Shiraaz serait tiré d’affaire. Le Jour de l’An il s’éveilla transformé. Il donnait l’impression et il agissait comme si son problème avait disparu. Il était beaucoup plus heureux. Je lui dis qu’à partir de cette année il allait être une nouvelle personne (à cause de ce que j’avais vu en rêve). Pourriez-vous me dire si mon rêve était réel, ou ai-je fait preuve de trop d’imagination ?

    M. Y., Auckland, Nouvelle-Zélande

    [Le Maître de Benjamin Creme a confirmé que le rêve était réel, et inspiré par le Maître Jésus qui fut l’homme en blanc du rêve et qui guérit l’enfant.]


    QUESTIONS-REPONSES

    Q. Est-il exact que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a eu un « entretien » avec le douzième imam du chiisme avant d’annoncer, en avril 2006, que l’Iran avait rejoint les rangs des nations capables de produire de l’uranium pour l’énergie nucléaire ? Le président iranien a-t-il rencontré Maitreya ? Si c’est le cas, quels conseils Maitreya lui a-t-il donnés ?

    R. Non. Mais durant son allocation aux Nations unies à New York, le 14 septembre 2005, les membres de son groupe l’ont vu «  enveloppé de lumière ». D’après mes informations, il s’agit d’une bénédiction de Maitreya. [voir Partage international, janvier/février 2006]

     

    Q. Etant donné que le réchauffement planétaire ne cessera pas dans l’immédiat, même si les réserves de pétrole, estimées à 200 ans, contenues dans le sous-sol du Canada (chiffres de la BBC) et les réserves de charbon encore plus grandes, ne sont jamais utilisées, devons-nous nous attendre au cours des prochains siècles à une fonte de la glace polaire qui rendrait de nombreuses régions côtières inhabitables ?

    R. Des mesures seront prises pour diminuer ce risque.

     

    Q. Pouvez-vous expliquer pourquoi, si un réchauffement planétaire est un problème majeur, Maitreya a « légèrement rapproché la Terre du Soleil » ? Ceci accentue-t-il le réchauffement, et si c’est le cas pouvons-nous présumer que quels que soient les changements climatiques, ils ne seront finalement pas plus nuisibles que si Maitreya n’avait pas accompli cette action qui semble plutôt bizarre ?

    R. Vingt pour cent du réchauffement global est causé par le fait que la Terre a été légèrement rapprochée du soleil. Quatre-vingt pour cent est causé par notre mauvais usage des ressources et les émissions de gaz à effet de serre.

    Pourquoi Maitreya a-t-il agi ainsi ? On doit présumer qu’il a agi, dans le cadre de la Loi, pour le bien de l’humanité. Cela rendra de vastes régions du nord de l’Europe, de l’Asie, du Canada et de la Russie, aujourd’hui largement bloquées par la glace pendant la plus grande partie de l’année, extraordinairement fertiles, ce qui permettra de produire de la nourriture. Cela renforcera également la nécessité d’une action de notre part pour limiter le réchauffement planétaire.

     

    Q. [1] Pouvez-vous dire s’il y a quelque vérité dans l’affirmation, basée sur des recherches récentes et des preuves archéologiques, qu’environ 9 500 ans avant Jésus-Christ, un grand cataclysme mit fin au Jardin d’Eden et laissa une profonde cicatrice dans notre mémoire raciale ? [2] Est-il possible que ce qui s’est produit et fut, semble-t-il, relaté dans la mythologie mondiale, notamment dans l’histoire biblique du Déluge, pourrait avoir été causé par un fragment, appelé Phaéton dans les anciens mythes, venant de l’explosion d’une supernova, et ayant traversé le système solaire ?

    R. [1] Ce n’est pas ainsi que je vois les choses. [2] D’après mes informations, le Déluge s’est produit il y a environ 16 000 ans, et c’est le résultat d’un mouvement de la Terre qui a causé la disparition sous l’océan de l’île de Poséidon (dont les Açores sont un reste).

     

    Q. Quel est le montant « raisonnable » d’économies que l’on peut garder pour soi avant d’envisager de donner le reste à des causes valables ?

    R. Il n’existe pas de montant « raisonnable »  précis. Le montant des économies de chacun est très variable. Il appartient à chaque individu de donner ou non, beaucoup ou peu.

     

    Q. On a beaucoup parlé ces derniers temps de Marie-Madeleine, avec le best seller de Dan Brown Le Da Vinci Code, et le regain d’intérêt pour les écrits de Margaret Starbird concernant la relation de Marie-Madeleine et de Jésus. [1] Pourriez-vous dire si leur relation fut vraiment un modèle de relations parfaitement conscientes, saines et équilibrées entre homme et femme et [2] si nous allons nous diriger vers la restauration d’un tel équilibre, en entrant dans l’Age d’or, avec la venue de Maitreya qui nous inspirera un changement des structures défaillantes des différentes sociétés patriarcales ?

    R. [1] Cette soi-disant relation est basée sur l’imagination et le sentimentalisme. La véritable relation entre ces deux figures historiques était une relation de Maître à disciple : Maitreya (à travers Jésus) et le disciple Marie. [2] Oui.

     

    Q. J’espère qu’au milieu de votre emploi du temps chargé vous aurez la possibilité de lire ma lettre et de me donner quelque espoir. Pourriez-vous me dire quelle est la situation au Nicaragua ? [1] Quelqu’un d’autre que moi connaît-il Maitreya ? Je ne fais rien actuellement et n’ai aucune idée de la manière de commencer à faire quelque chose. J’ai parlé à deux personnes et je parierais qu’elles ne se souviennent même pas de ce que je leur ai dit. Pardonnez mon jugement, mais elles n’ont pas été intéressées par mon histoire et je me suis montré trop timide et trop superficiel lorsque je leur ai parlé. Ce pays semble n’avoir aucune issue à la corruption politique, administrative et religieuse, aux tragédies et aux conflits de toutes sortes. Quelle est notre position ou notre place dans le Plan du Salut ? [2] Maitreya nous rend-il parfois visite ? Je sais qu’il est apparu devant quelques personnes dans le passé, mais quels ont été les implications ou les résultats de ces apparitions ? Ce pays est-il proche d’une rédemption ?

    R. [1] Oui, cherchez-les et travaillez avec eux. [2] Oui. Prenez courage, les choses sont sur le point de changer partout dans le monde, y compris au Nicaragua, mais cela ne se fera pas tout seul. Comme le dit Maitreya : « L’homme doit agir et manifester sa volonté. »

 

 

 





Haut de pageHaut de page

ACCUEIL | DECOUVRIR | MAITREYABENJAMIN CREMEACTUALITE | AGENDA

REVUE PARTAGE INTERNATIONAL | RECHERCHE | CONTACT | QUI SOMMES-NOUS

Copyright © 2005 Partage International. Tous droits reservés.